Accueil | Publications | Écrire à plusieurs | Mots qui rient | Carterie | Expositions | Idées et trucs | Annonces | Cadeaux


Farfouillis - Pensées et rêveries

LA FARFOUILLE

 RECHERCHE : CTRL + F



Articles choisis :


La farfouille des méninges, la pensée du jour...

SITE PROTÉGÉ © Toute reproduction totale ou partielle des articles ci-dessous nécessite obligatoirement un lien vers la page, ou l'accord du site

La bonne conscience

Une infirmière. Un malade.
Tous les jours, un malade très malade doit recevoir une piqûre.
L'infirmière n'a pas beaucoup le temps, mais elle pense souvent à son malade : "Oh ! je devrais lui faire sa piqûre..."
Comme elle n'a pas le temps, le malade ne reçoit pas son traitement.
L'infirmière pense à son malade.
Et le lendemain, pareil.
Et le surlendemain, de même.
Et le temps passe.
L'infirmière pense à son malade, mais elle ne lui fait pas ses piqûres ; faut comprendre, elle est drôlement occupée.
Elle prend de ses nouvelles, elle s'inquiète, elle pense à lui tous les jours, elle le lui dira même.
Le malade est content parce que l'infirmière vient de lui dire qu'elle pense à lui tous les jours.
Et il meurt.

La spéculation est un luxe, tandis que l'action est une nécessité.
(Henri Bergson, L'Évolution créatrice)

Retour haut de page

tu quoque
"Sapristi ! Vous, les femmes,
avez d'extraordinaires coiffures"
(Wikipedia)

Locutions latines

1.  Tu quoque !

L'erreur de logique.
Pour illustrer Tu quoque, le dessin satirique ci-contre montre un membre du 93e régiment d'infanterie portant une énorme toque de plumes et s'étonnant de la taille de la coiffe de la dame.
(Major Dum Dum)
Tu quoque est une locution latine en rhétorique qui signifie "toi aussi".
Exemples :
- "Comment Voltaire peut-il prétendre parler de l'égalité des Hommes alors qu'il avait investi dans le commerce des escla­ves ?"
- "Comment peut-on lire ce que Jean-Jacques Rousseau peut écrire sur l'édu­cation des enfants alors qu'il a aban­donné les siens ?"
- "Ce conférencier prône la mobilisation individuelle pour lutter contre le ré­chauf­fement climatique ; or il est venu à moto au centre de conférence, alors que celui-ci est desservi par les transports en commun."

Retour haut de page

Locutions latines

2.  "Ad hominem"

→ Ad hominem (à l'homme).
Argument par lequel on attaque l'adversaire directement dans sa personne en lui opposant ses propres paroles ou ses propres actes.

3.  "Reductio ad Hitlerum"

→ Reductio ad Hitlerum (réduction à Hitler).
Procédé rhétorique consistant à disqualifier les arguments d'un adversaire en les associant à Adolf Hitler ou à tout autre personnage honni du passé.
Plus généralement, le procédé consiste à assimiler l'adversaire ou ses arguments à des idées, philosophies, idéologies détestées, par exemple en les qualifiant de nazies ou de fascistes.
Cette tactique rhétorique a pour objet d'exclure l'adversaire du champ polémique tout en évitant le débat de fond.
L'expression est apparue pour la première fois en 1951 dans un article du philosophe Leo Strauss pour la revue Measure : a critical journal et a été reprise et popularisée en 1953 dans son livre Natural Right and History.
Elle a été réutilisée plus tard par le philosophe spécialiste de la Shoah George Steiner.

La loi de Godwin

→ La loi de Godwin... Règle empirique qui se distingue de reductio ad Hitlerum par l'idée selon laquelle un tel argument (comparaison avec les nazis ou avec Hitler) est inévitable dans un débat qui s'éternise.
Mike Godwin est un avocat américain né en 1956, est connu pour avoir énoncé cette loi : "plus une discussion online dure longtemps, plus la probabilité d'y trouver une comparaison avec les nazis ou avec Hitler s'approche de 1".
Cette théorie a donné lieu en 2014 à une étude de François De Smet qui interroge, au prisme de la philosophie, la limite de la liberté d'expression sur internet et "l'incapacité contemporaine à admettre le mal".

Wikipedia - Reductio ad Hitlerum
Wikipedia - ad hominem
Huffingtonpost

Retour haut de page

Le lavage de cerveau

Lavage de cerveau
Lavage de cerveau
©nikibar
Avez-vous l'esprit critique ou êtes-vous des "lavés du cerveau" ?
Craignez-vous d'être influencés, soumis, manœuvrés ou endoctrinés ?
Regardez votre nombril, autour de vous, regardez le monde. Nous sommes tous manipulés, peu ou prou, que ce soit en écoutant la publicité, les conseils d'un ami ou d'un commerçant, en lisant des magasines, en naviguant sur internet, en lisant la presse, en écoutant les dirigeants de tout bord, etc, etc.
Influence politique, propagande religieuse ou manipu­lation mentale de toute sorte, nous sommes des marionnettes de Milgram, des Rhinocéros de Ionesco ou des moutons de Panurge : c'est bêêête, hé oui !

François Rabelais (Quart Livre) : Sur un navire, Panurge se querelle avec un marchand de moutons. Pour se venger, il lui achète un mouton et le jette par-dessus bord : tous les moutons du marchand suivent la bête, se jettent à la mer et se noient, ainsi que le marchand qui tentait de retenir son troupeau...

Ce qu'il faut savoir sur le lavage de cerveau :
Ce sont des stratégies et des techniques employées pour la manipulation de l'opinion publique en employant la désinformation, la propagande, et en diffusant des présentations tronquées de la réalité.
Ces pratiques visent à agir sur la volonté ou le libre arbitre des individus.

La stratégie de la diversion

Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l'attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d'informations insignifiantes.

Créer des problèmes, puis offrir des solutions

On crée d'abord un problème, une "situation" prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu'on souhaite lui faire accepter.
Par exemple : laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté.

La stratégie du dégradé

Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l'appliquer progressivement, en "dégradé", sur une durée de 10 ans.
Chômage massif, précarité, flexibilité, délocalisations, salaires n'assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution si ils avaient été appliqués brutalement.

La stratégie du différé

Une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme "douloureuse mais nécessaire", en obtenant l'accord du public dans le présent pour une application dans le futur.
Exemple : le passage à l'Euro et la perte de la souveraineté monétaire et économique ont été acceptés par les pays Européens en 1994-95 pour une application en 2001.

S'adresser au public comme à des enfants en bas-âge

La plupart des publicités destinées au grand-public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisants, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas-âge ou un handicapé mental.

Faire appel à l'émotionnel plutôt qu'à la réflexion

Faire appel à l'émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l'analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus.

Maintenir le public dans l'ignorance et la bêtise

Faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage.

Encourager le public à se complaire dans la médiocrité

Encourager le public à se complaire dans l'ignorance et l'inculture.

manipulation
©nikibar

Remplacer la révolte par la culpabilité

Faire croire à l'individu qu'il est seul responsable de son malheur, à cause de l'insuffisance de son intelligence, de ses capacités, ou de ses efforts.
Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l'individu se déconsidère et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l'un des effets est l'inhibition de l'action.

Connaître les individus mieux qu'ils ne se connaissent eux-mêmes

Au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes.
Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus eux-mêmes.

"Mensonge, mensonge": le lavage de cerveau, le CESNUR et l'APA
Le lavage de cerveau en Chine au début des années cinquante

Retour haut de page

Charlie Hebdo, (7 janvier 2015)

Je suis Charlie
"LE CRAYON SERA TOUJOURS AU DESSUS DE LA BARBARIE..."
Charlie Hebdo

BARBARIE, définition :
État de ce qui est barbare, de ce qui n'est pas civilisé ; qui va à l'encontre des valeurs morales. Inhumanité, cruauté, férocité.
Lexicographie

LÂCHETÉ, définition :
Manque de courage moral, de dignité, de loyauté (d'une personne et de son comportement) qui porte à des actions basses, viles ou cruelles (notamment à l'égard d'un plus faible).
Lexicographie

CRAYON, définition :
Petit outil qui, mine tendre ou dure, mine de rien, trace une ligne et laisse une marque.

Pour la liberté d'expression,
Pour crier la vie et le rire, pour dire non et dénoncer en crayon, pour être libre de toutes les couleurs.


Jean Jullien
Kalachnikov contre Crayon (dessin de Jean Jullien)

Retour haut de page

L'expérience de Milgram

Stanley Milgram (1933-1984) était un psychologue et un sociologue américain qui se posait la question sur les dangers de l'obéissance lorsqu'elle entre en conflit avec la conscience de l'individu.
Les expériences ont commencé en juillet 1961, trois mois après le début du procès à Jérusalem du nazi criminel de guerre Adolf Eichmann.
Lorsque l'individu obéit, il délègue sa responsabilité à l'autorité et passe dans l'état que Stanley Milgram appelle agentique. L'individu n'est plus autonome, c'est un "agent exécutif d'une volonté étrangère".
Une variante de cette expérience, Le Jeu de la mort, est un documentaire diffusé sur France 2 en 2010, mettant en scène un faux jeu télévisé (La Zone Xtrême) durant lequel un candidat doit envoyer des décharges électriques de plus en plus fortes à un autre candidat, jusqu'à des tensions pouvant entraîner la mort.
Lire l'article - Expérience de Milgram et Le jeu de la mort

Retour haut de page

LES DEUX AMIS

D'après Jean de la Fontaine
(Version originale)

Deux amis
Illustration de Gustave Doré

Version modernisée :

Deux amis habitaient un pays de chimères
Ils partageaient leurs biens et, solidaires,
Mettaient en commun toutes leurs affaires :
"Tout ce qui est à moi est à toi,
Après tout, nous vivons sous le même toit !"

Une nuit, alors que dans la maisonnée
Grâce à Morphée tout le monde dormait,
L'un des amis se réveille brusquement
Et court dans la chambre de l'autre, bruyamment,
Réveillant ainsi tous les habitants.

Tiré de son sommeil en sursaut, surpris,
L'ami s'étonne et sort du lit ;
Il prend son portefeuille, sa carte de crédit ;
Va vers l'autre et lui dit : "que se passe-t-il ?
En pleine nuit, cette agitation, ce bruit...
As-tu une dette d'argent ? Tiens, prends ce qu'il te faut.
T'aurait-on menacé ? Sois tranquille,
On va démolir ces vermisseaux.
(Je suis ceinture noire de judo).
Veux-tu finir la nuit, une femme à tes côtés ?
Je connais une jeune fille complaisante et jolie
Qui en ta compagnie et dans ton lit se plairait ;
Si je lui téléphone, elle viendra vite, je le sais !"

"Non, dit l'ami, je te remercie de ton beau dévouement
Mais il ne s'agit pas de cela : je dormais profondément
Et je rêvais que tu n'allais pas bien ; j'en étais inquiet,
Ce rêve semblait vrai et m'effrayait :
J'ai voulu te voir aussitôt pour vérifier."

L'amitié trouble et brouille les cœurs
Comment distinguer le meilleur ?
Qui des deux aimait le mieux ?
Que t'en semble, Lecteur ?

Qu'il est bon d'avoir un vrai ami !
Il est prêt à combattre vos ennemis,
Il devine vos peines, craint pour vous,
Frémit d'un rien et vous donnera tout.



Mais la réalité est tout autre ma foi,
Des amis on en a, mais de vrais, nenni,
Cette fable n'est qu'une jolie utopie,
La Fontaine le savait bien, lui qui en pâtit.

Les amis, ça se compte sur un doigt
Si tant est qu'on ait la décence bien fondée
De bien donner et ne rien demander.

Amis, si j'écris ainsi, veuillez ne pas m'en vouloir,
Je sais ce que je vous dois,
Je n'ai l'esprit triste ridé de noir
Que par désir ingrat d'encor plus ou mieux recevoir.

Niki Vered-Bar

Retour haut de page

Les questionnaires de Marcel Proust et de Bernard Pivot

Deux questionnaires à découvrir ou à redécouvrir.
Marcel Proust, écrivain génial du XXe siècle, a marqué la littérature mon­diale par son œuvre éblouissante et exceptionnelle
Vers 1890, il a rédigé un questionnaire d'après un modèle connu en Angle­terre, en adaptant les questions, en ignorant certaines et en ajoutant d'autres.
Ce questionnaire est devenu célèbre par les réponses qu'il y a apportées.
LE QUESTIONNAIRE DE PROUST

Bernard Pivot, né à Lyon en 1935, est journaliste, écrivain et a animé (de 1973 à 2005) des émissions culturelles télévisées telles que Ouvrez les guillemets, Apostrophes, Bouillon de Culture et Double je.
Bernard Pivot soumettait son questionnaire, une version dérivée du questionnaire de Proust, à ses invités lors de l'émission Bouillon de culture.
À voir aussi, la vidéo : Bernard Pivot pose les fameuses questions à Woody Allen...
LE QUESTIONNAIRE DE BERNARD PIVOt

Retour haut de page

Albert Camus - L'étranger

Lorsque les mots deviennent images...
On lève le rideau à chaque page. Le décor est planté, les acteurs jouent leur rôle sur la scène et un spectacle naît sous les yeux du lecteur :

(Extrait)
"L'après-midi était beau. Cependant, le pavé était gras, les gens rares et pressés encore. C'étaient d'abord des familles allant en promenade, deux petits garçons en costume marin, la culotte au-dessous du genou, un peu empêtrés dans leurs vêtements raides, et une petite fille avec un gros noeud rosé et des souliers noirs vernis. Derrière eux, une mère énorme, en robe de soie marron, et le père, un petit homme assez frêle que je connais de vue. Il avait un canotier, un noeud papillon et une canne à la main. En le voyant avec sa femme, j'ai compris pourquoi dans le quartier on disait de lui qu'il était distingué..." (Albert Camus)

Vidéo : L'étranger, d'Albert Camus
Lu par Michael Lonsdale


Albert Camus
Youtube (Photo : ina.fr)

Retour haut de page

Aujourd'hui, je me suis sauvée la vie !

Je ne me suis pas suicidée.

Retour haut de page

Trucs et astuces pour le téléphone mobile

portable
Perte ou vol de votre portable :
Le code IMEI – ou numéro IMEI – d'un téléphone portable est son numéro d'identification unique, sa carte d'identité en quelque sorte. Ce numéro est utile en cas de perte ou de vol de votre mobile, aussi est-il important de l'avoir noté quelque part. Voici comment le trouver en quelques secondes.
Composez le *#06# sur votre téléphone (sans appeler) et vous verrez apparaître un numéro. Ce code est unique dans le monde entier. Notez ce numéro et gardez-le en lieu sûr. Si on vole votre portable, vous pourrez communiquer ce code à votre fournisseur d'accès. Votre portable sera ainsi totalement bloqué même si le voleur change la carte SIM.
Vous ne récupérerez peut-être jamais votre téléphone, mais au moins, vous aurez la garantie que personne ne pourra l'utiliser.

Le numéro des urgences dans la plupart des régions du monde est le 112.
Ce numéro peut être composé même si le portable est bloqué.
(Merci au Dr Jacky Bronstein pour l'envoi de son mail)

Faire une Capture d'écran sur l'Iphone
Pour cela, appuyez simultanément et de manière brève sur le bouton "Menu" (ou bouton Home au milieu de l'iPhone) et le bouton "Verrouillage" (ou bouton Power au dessus de l'iPhone). Cette combinaison fera un flash et le son d'une photo, ce qui veut dire que la capture a bien été prise.
Pour accéder à la capture d'écran, aller dans "Photo" puis "Pellicule" de l'iPhone.
(Pour l'iPod, c'est "Photos" - "Photos enregistrées".)

Retour haut de page

S'éloigner de la Terre

Regardez notre planète Terre, la nature disloquée, et le cirque fou de couleurs, de formes, de matières et de sons impossibles générés par le genre humain. Vous voyez les actes de 7 milliards d'individus habitant le monde aujourd'hui et les empreintes des actes du passé.
Imaginez que vous vous éloignez de la Terre, sans cesser de l'observer ; vous montez dans l'espace, vous vous insinuez dans l'univers sans fin, vous pénétrez le grand vide sombre plein de tout.
Loin là-haut, vous continuez à regarder la Terre... l'humanité ne semble-t-elle alors inéluctablement absurde ?

Retour haut de page

Jeu d'enfant...


enfants
Dessin envoyé par Hélène Thouvenot
"Le plus simple écolier sait maintenant des vérités pour lesquelles Archimède eût sacrifié sa vie." (Renan Ernest, Souvenirs d'enfance et de jeunesse - 1883)

Retour haut de page

21e siècle

L'homme, une espèce en voie d'extinction.

Retour haut de page

Le savon aurait besoin d'un bon nettoyage !

savon de Marseille
Quand vous achetez un savon, lisez-vous l'étiquette de la composition ? Saviez-vous que la notation "Sodium Tallo­wate" ou "Tallow Acid", désigne de la grais­se animale ?
Le tallowate de sodium est un sel de suif sa­po­ni­fié composé de graisse de ruminants, gé­né­ra­le­ment de boeuf ou de porc, et de soude. Cette dénomination correspond à celle de la no­men­clature internationale des ingrédients cos­mé­ti­ques (INCI). Il est souvent utilisé en cosmétique, notamment dans la composition de savons.
Pourtant, 80% des savons "de Marseille" vendus sur le marché, même s'ils ressemblent à s'y méprendre à leurs ancêtres dispensateurs de bonne hygiène naturelle, con­tien­nent des graisses animales et des additifs qui peuvent se révéler polluants et dangereux.
Le terme "savon de Marseille" n'est pas une marque déposée, il ne correspond qu'à une méthode de fabrication. Jusqu'en 1820, sa fabrication contrôlée n'autorisait que de pures huiles d'olive. Depuis, d'autre matières grasses remplacent l'huile d'olive, les huiles de palme, d'arachide, de coco et de sésame - et même du suif - afin d'obtenir un savon moins cher.
Aujourd'hui, quelques rares savonneries respectent encore les méthodes de fabrication à l'ancienne et tentent de maintenir l'image évocatrice de naturel, simplicité et propreté. Mais la plupart des savons vendus sous l'appellation "Savon de Marseille" sont le plus souvent fabriqués en dehors de la France et de l'Europe, contiennent des graisses d'origine animale, des agents anticalcaires, des conservateurs, des colorants, des parfums et autres...
Pas très propre tout ça !

Viviane Lesselbaum vient de lire cet article et a écrit :
"J'ai saisi ma plus grosse loupe qui me servait à vérifier l'authenticité d'une gravure en regard des reproductions offset trompeuses et je suis allée réveiller trois savonnettes qui somnolaient.
La première, dite "bio", de marque Yarden, de facture israélienne, précise qu'il n'y a pas de graisses animales dans ses produits. La deuxième, Dove, dans le style illisible des contrats d'assurance ne parle que de crème hydratante. La dernière, Palmolive, dite "naturals", précise entre autres ingrédients : sodium tallowate !!!"

La remarque de Viviane qui confirme les arnaques de certains fabricants de produits cosmétiques est aussi intéressante pour une autre raison : même si vous, cher consommateur, pensez à vérifier les étiquettes, est-ce que vous pensez aussi à vous munir d'une loupe ultra per­fec­tion­née pour lire les mini-macro-minuscules caractères ?
Hum... L'art de tromper le consommateur et de s'en laver les mains ?

Consulter d'autres sites : La vérité sur les cosmétiques
Le savon de Marseille veut laver son honneur

Retour haut de page

David Rakia, un peintre et un ami

Hommage
David Rakia
Autoportrait (1985)
Cliquer sur la photo
pour l'agrandir
Peintre aux multiples univers, David Rakia est décédé le 22 décembre 2012.
J'aimais sa peinture propulsée de tour­noie­ments de couleurs. Il peignait par touches fortes et rapides, justes et harmonieuses, en osmose avec ses valeurs spirituelles et hu­mai­­nes ; son pinceau effleurait le cosmos avant de mettre des cristaux de fir­ma­ment sur la toile. Parfois je me disais qu'il puisait son inspiration des météorites qui étaient tombées un jour sur sa palette, et qu'il les cachait derrière son large front bombé...
Il y a des années de cela, lorsque je peignais, il m'encourageait à exposer et à me faire con­naî­tre davantage. Quand je lui téléphonais pour lui annoncer que j'avais fini une nouvelle toi­le, il venait chez moi aussitôt. Je ne l'ai jamais en­ten­du dire qu'il n'avait pas le temps ou qu'il était occupé. De même, il aimait me montrer ses oeuvres. Je passais souvent à son atelier, chez lui, puis au centre ville. Il sortait alors ses tableaux, un par un, les posait sur le sol, un peu en biais, et nous en discutions.
Ces dernières années, la maladie s'est immiscée entre lui et son chevalet. Malgré l'altération de sa santé qui entravait ses gestes, il réussit à se projeter dans une nouvelle forme d'expression et à créer encore, et encore...
David, j'ai de la chance de t'avoir connu, merci.

Retour haut de page

Perdre un être cher

Un morceau de puzzle dissous, un cri, une amputation. Cela fait mal partout comme une fièvre ou une maladie infectieuse.
On sent l'absence à chaque instant : les souvenirs se décalquent sur les pensées et les gestes du quotidien. Les souvenirs... On ne peut plus partager, corriger, donner, expliquer. Plus rien, jamais plus.
Le passé s'égrène de traces teintées, de résidus flous et de reviviscences qu'on accroche tant bien que mal dans sa mémoire comme des butins précieux. Le manque est une indigence, une forme de vie accessoire. Définitivement mutilé, on devra apprendre d'autres routines plus grises.
Restent des réminiscences des bonheurs d'hier, des rires et des complicités qui servent de bouées de sauvetage.
Le temps de l'adoucissement est long, le temps a ses propres pièges, des nu­an­ces inconstantes jonchées d'angoisses. On finit peut-être par s'adapter à être un éclopé solitaire qui zigzague sur des souvenirs en se cognant à la réalité ?

Retour haut de page

Un peintre mal connu : Louis Janmot

Fleur des Champs
C'est à Viviane Lesselbaum que je dois cette découverte : une peinture de Louis Janmot (19e siècle), Fleur des Champs.
Une douceur, une poésie, un charme, une sérénité...
Ce portrait de femme m'a émue, fascinée même, et grâce à l'article de Viviane et quelques recherches, une page a été construite et est consacrée à ce peintre.
Son nom ne figure pas dans les dictionnaires habituels et quoique le musée de Lyon expose la plupart de ses oeuvres, à peine quelques sites mentionnent ce peintre sur le Web.
Croyez-moi, l'oeuvre de Louis Janmot gagne à être connue.
Merci Viviane !
Louis Janmot - Fleur des Champs

Retour haut de page

Le mal des transports

mal des transports
Souffrez-vous de nausées ou de vomissements en avion, en bateau, en train ou en voiture ?
C'est ce qu'on appelle cinétose ou le mal des transports, un trouble lié à la perception qu'a l'organisme des mouvements du véhicule.
Généralement, les enfants y sont plus sensibles que les adultes.
Les thérapies que l'on propose, médicaments, bracelets magnétiques - ou même le bouquet de persil de nos grand-mères, se révèlent le plus souvent inefficaces.
(Avril 2012) à la télévision sur France 5, lors de l'émission présentée par Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymes "Allô, docteurs !", un invité a exposé sa solution : il suffirait d'obstruer le nombril avec du sparadrap ou autre machin collant...
Comment ça marche ? Mystère et boule de gomme ! Pourtant, ce serait efficace à 100% ! Après tout, pourquoi ne pas essayer ?
Mal des transports : quand voyager devient un cauchemar
Remèdes de grand-mères et petits bobos

Retour haut de page

Mon âge

...Un vêtement trop grand pour moi.

Retour haut de page

J'ai un don

...Celui de ne rien avoir à dire et d'en parler pendant des heures.

Retour haut de page

Importun

importun

Retour haut de page

Vertige

J'ai la terre qui tourne...

Retour haut de page

Hoax

Encore un mot nouveau... Un hoax est un canular ; c'est une information fausse, parfois drôle, souvent malveillante, que les internautes diffusent sur Internet par l'intermédiaire de leur messagerie.
Ils revêtent souvent une présentation soigneuse et honorable et sont persuasifs. Ne vous y fiez pas ! Il y a quelques années, beaucoup d'inter­nautes avaient endommagé leur ordinateur en suivant les instructions d'un message qui les enjoignait à détruire un fichier...
Depuis des mois, des milliers d'utilisateurs recevoivent des messages, de prime abord très crédibles, les avertissant d'une restriction de leur compte Paypal... De l'arnaque pure ! Ne les ouvrez pas !

N'avez-vous jamais reçu de courriel annonçant un fait hors norme et d'une importance ca-pi-tale qu'il fallait absolument que vous transmettiez à tous vos contacts ?
Vous, persuadé que vous allez devenir l'un des maillons de personnes averties au savoir inestimable, vous vous imbriquez dans la chaîne...

En fait, en véhiculant ce genre de canulars, vous allez surtout perdre toute crédibilité, contribuer à répandre des doses massives de désinformation, saturer le réseau, véhiculer des codes de virus et peut-être même discréditer, calomnier un groupe ou une personne.
Pour éviter cela, méfiez-vous des informations que vous recevez par le Net et n'en transmettez aucune sans la vérifier :
http://www.hoaxbuster.com/
http://www.hoaxkiller.fr/

Voici un exemple de Hoax qui circule depuis août 2007 :
Deux "lunes" dans le ciel
Si vous ne dormez pas à cette heure-là....
Afin d'être assuré de ne pas manquer cet événement, marquez-le à votre agenda afin de ne pas l'oublier !!!
Le 27 août prochain, à Minuit 30 minutes, regardez dans le ciel. La planète Mars sera la plus brillante dans le ciel étoilé. Elle sera aussi grosse que la pleine lune.
Cela se passera le 27 août prochain, à minuit et 30 minutes, Mars sera à 34,65 millions de miles de la Terre.
Soyez donc certains de ne pas manquer ça. Cela nous apparaîtra, aux yeux nus, comme si la Terre possédait 2 Lunes!!!
La prochaine fois que cet événement se reproduira est prévu pour l'année 2287.
Partagez cette information avec tous vos amis car PERSONNE en vie aujourd'hui ne pourra voir cela une seconde fois.

Retour haut de page

SMS gratuit depuis Gmail

Voici l'information que j'ai trouvée sur IsraelValley, le site officiel de la Chambre de Commerce France-Israël:
"News: ISRAEL COMMUNICATION :
Google Israël lance un service de SMS gratuits en hébreu depuis Gmail. ICQ avait déjà lancé il y a quelques années un programme similaire de SMS gratuit pour les partenaires et abonnés Pelephone.

Par M.F
Rubrique: Hi-tech & innovation
Publié le 14 mars 2010

Google vient d'ajouter un service de SMS gratuits en Israël, en hébreu, depuis Gmail. Les utilisateurs israéliens de Gmail (en anglais) peuvent déjà envoyer et recevoir des SMS via Google Labs. Ce nouveau service permettra aux abonnés Gmail d'envoyer et de recevoir des SMS sur les réseaux de Partner Communications et Pelephone Communications. Notons que cela ne sera pas possible avec les abonnés de Cellcom.
Les utilisateurs ont un quota initial de 50 messages à envoyer. Ce chiffre augmente de 5 nouveaux SMS à chaque fois que l'utilisateur reçoit un SMS. Si la personne ne reçoit pas de SMS, le compte remet un SMS de plus toutes les 24h lorsque le crédit atteint 0. Google n'est pas la première société à offrir ce type de services. ICQ avait déjà lancé il y a quelques années un programme similaire de SMS gratuits pour les partenaires et abonnés Pelephone.
Google Israel a déclaré: «Nous espérons bientôt étendre ce service à d'autres opérateurs.»
Cellcom a répondu à cette annonce : «Cellcom permet déjà à ses abonnés d'envoyer des SMS gratuitement, mais uniquement depuis le site Web de l'entreprise.»"

http://www.israelvalley.com/news/2010/03/14

***

Les indicatifs téléphoniques des téléphones mobiles (Israël)

050 - 050, 051, 056, 068 : Pelephone
052 - 052, 053, 058, 064, 065 : Cellcom
054 - 054, 055, 066, 067 : Orange Partner
057 - 057 : Mirs

Retour haut-de-page

Facebook

no comment Envoyé par Hélène Thouvenot
"Facebook est un réseau social qui vous relie à des amis, des collègues de travail, des camarades de classe ou d'autres personnes qui ont quelque chose à partager avec vous."
Facebook

Retour haut-de-page

Une glacière télécommandée

la glacière télécommandée
(14.08.2009)
J'ai trouvé cet article sur plusieurs sites d'achats du Web : "la glacière télécommandée".
Et la pub est la suivante :
Cet été sur le bord de la piscine, plus besoin de vous lever pour servir vos invités en boissons fraiches...
Il y a toutefois un truc que je ne comprends pas : on se sert de la télécommande pour faire venir l'objet, d'accord... Mais on ne va quand même pas mettre cette télé­commande dans le maillot de bain, hein ? De plus, qui serait assez stupide pour laisser une télécommande aux abords d'une piscine ?
On va la laisser sans doute plus loin, à côté de la glacière, par exemple. Donc on devra se lever pour prendre la télécommande et faire venir la glacière qui est juste à côté ?
Et encore, si on a de la chance, parce que c'est si petit, une télécommande... Je vois ça d'ici, on va mettre deux fois plus de temps à trouver cette p... de télécommande pour faire bouger cette p... de glacière. On va faire des kilomètres, on va être en nage avant de pouvoir, enfin, boire une canette bien fraîche !
C'est tout de même beau la technologie...

Retour haut-de-page

Réchauffement climatique... ou mémoire courte ?

(30 juillet 2009)
Hier soir j'ai entendu à la radio (Reshet Beth) quelques mots prononcés au sujet du réchauffement climatique.
Sharon Wexler, représentante du service météorologique de la première chaîne de télévision en Israël, affirmait que les relevés climatiques enregistrés sur une période de 150 années rapportaient une hausse des températures, certes, mais de 0,7°... seulement !
Les lamentations concernant le réchauffement climatique seraient-elles dispropor-tionnées ? Seraient-elles dues à une mémoire trop courte ?
Souffrons-nous davantage de la chaleur ou avons-nous plus de mal à l'affronter ? Ne prenons-nous pas des habitudes de confort avec la modernité, la prolifération des technologies dans tous les domaines ?
Saviez-vous qu'en Israël l'année 1930 a été la plus chaude du 20e siècle ? Quant à la France, voici ce que relatent les chroniques de Météo-Paris, pour la même année 1930 :
- Janvier : presque chaud, avec des températures qui dépassent parfois les 15° dans tout le pays.
- Mars : extrêmement pluvieux, terribles inondations meurtrières suivies d'abondantes chutes de neige qui paralysent toute la moitié nord du pays.
- Juin : orages destructeurs.
- Juillet : très fortes pluies pendant presque tout le mois.
- Août : fortes chaleurs. Canicule du 20 au 25, à laquelle succèdent des orages très violents et des pluies diluviennes.
- Octobre : une tornade ravage la vallée du Grésivaudan (Isère) et 6000 noyers sont abattus. à la mi-octobre les températures sont plus élevées qu'en plein été.
- Novembre : très pluvieux. Tous les cours d'eau débordent à la fin du mois...
Photo : fleur sous la neige
L'année 1930 aurait-elle été une année hors du commun ? Cer­taine­ment pas !
On retrouve des catastrophes climatiques (¹), identiques ou pires que celles que nous connaissons ces dernières années, depuis toujours.
Du Xe au XIVe siècle, l'Europe et l'Amérique du Nord connurent un très net réchauffement climatique appelé "réchauffement climatique de l'an mil". (Optimum climatique médiéval)
Plus tard, de 1550-1580 à 1850-1860, c'est l'inverse, et vient alors une période climatique particulièrement froide. (Petit âge glaciaire)
Alors ? On ne cesse de nous mettre en garde contre le réchauffement de la planète... Et si ce n'était qu'une poussée de fièvre dont la Terre est coutumière, l'une de ses discordances temporaire ? Que comprendre à cela ?
Voici l'avis de Jean Jouzel (²), climatologue et glaciologue français reconnu mondialement :
"À l'échelle du globe, il n'y a pas ce sentiment qu'il y a aujourd'hui plus de grandes tempêtes qu'il n'y en avait avant. Mais les statistiques qui concernent les grandes tempêtes, comme celles qu'on a vécues il y a un an, ou les grands cyclones tropicaux, sur l'ensemble de la planète, remontent au mieux à 40 ans. Ce sont des statistiques souvent visuelles, dont le caractère descriptif a pu changer d'un individu à l'autre.
En Europe, on a des archives plus longues. Mais pour les historiens, ces dernières tempêtes ont beau avoir été spectaculaires, elles ne sont pas uniques. Ils en retrouvent une environ tous les cent ans."
En ce qui concerne les accidents climatiques qui se sont abattus en Europe ces dernières années, il ajoute :
"On ne peut pas dire : climat plus chaud, plus de tempêtes. Tout dépendra de la différence de température qu'il règnera entre les tropiques et nos régions."
Tempêtes et réchauffement climatique, par Benoît Urgelli - ENS-Lyon

***
(¹) Catastrophes climatiques
Parmi les catastrophes climatiques, on peut regrouper celles liées aux systèmes de pression (cyclones, tornades, trombes, vents, tempêtes), celles liées aux perturbations météorologiques (inondations, orages, foudre) et celles liées aux variations climatiques dues à des causes externes à la Terre (périodes chaudes ou froides, crises climatiques).
(²) Jean Jouzel :
En 2002, le CNRS lui décerne sa médaille d'or, la plus haute distinction scientifique française, conjointement avec Claude Lorius.
En 2007, il partage avec Al Gore et les autres scientifiques membres du GIEC le Prix Nobel de la Paix.


Écologie : la planète Terre...

Retour haut de page

Sperme synthétique

(09.07.2009)
J'ai entendu cette information ce matin, à la radio :
"Grande découverte scientifique. Les dames n'ont plus besoin des messieurs pour faire des enfants : on en parlait depuis quelques années déjà, cette fois c'est fait, on a réussi à créer en laboratoire du sperme synthétique."
Du coup, j'imagine que lorsque vous, madame, irez faire vos courses dans le supermarché du quartier, cela se passera ainsi :
Vous évoluerez entre la mayonnaise, les biscottes, la poudre à laver et les cacahuètes, vous passerez devant le fomage demi-chèvre et le beurre frais après vous être ravitaillée en surgelés... Vous prendrez quelques boîtes de la promotion du jour, la Salade mexicaine au thon et à l'huile d'olive. ("Cela fera mon repas ce soir...")
Vous hésiterez devant le rayon Maternité ("Faudrait quand même que je me décide à faire un gosse..."). Vous comparerez les prix pour, finalement, ajouter dans votre caddie un petit flacon de sperme sur lequel il y aura, bien sûr, l'étiquette Made in China.
Vous en trouverez du 1er choix en modèle de luxe, si votre bourse vous le permet (...). Sinon, vous achèterez un produit démarqué ou encore vous attendrez les soldes ou une offre promotionnelle.
Préfèrez-vous l'instantané ? Le condensé ? Le 100 % extra vierge ? (Oups ! je m'égare, là...)
Bientôt, avec le progrès qui évolue sans cesse vers la miniaturisation et la rapidité, vous pourrez vous procurer du sperme en concentré, à prise immédiate comme les nouveaux enduits, et la grossesse ne durera que trois ou quatre mois, voire trois ou quatre semaines... Trois ou quatre jours ?
Cela ne s'arrêtera plus, la science est sans limite. Vous choisirez le sperme à jumeaux ou triplés (pack familial pour famille nombreuse - trois doses pour le prix d'une), celui du terroir ou l'exotique, la dosette "yeux bleus", "tête blonde" ou "arc-en-ciel".
Serez-vous tentée par le "Kit grossesse", avec utérus autonome, gonflable et à pile ?
Et pourquoi pas du succédané de sperme pour accoucher d'une machine à laver ou d'une fête foraine ?

Au fait, à quand le mari synthétique ?

Retour haut de page

HOME, de Yann Arthus Bertrand

(10.06.2009)
J'ai regardé ce film-document avec grand intérêt : après 4 milliards d'années de bons et loyaux services, notre Terre agonise, blessée à mort par l'homme.
Home
Home - Vue du ciel
De belles images, un film qui émeut, énerve, inquiète, contrarie, et qui nous remet à notre place, face à nos responsa­bilités.
Les responsabilités ? On nous les instille depuis des dizaines d'années à coups d'émissions choc et de chiffres, souvent controversés, qui nous per­cutent contre les troubles anorexi­ques de notre écosystème et les pulsions boulimiques de l'homme.
Les dégats sont toutefois bien réels. À quoi bon minimiser ? Une telle démarche néga­tion­niste est une politique de l'autruche : ce n'est pas une aspirine qui guérira la défo­restation !
Qu'est-ce que les chefs d'état et les dirigeants de tout poil attendent pour regarder leurs enfants et leurs petits-enfants dans les yeux au lieu de fixer leur propre nombril ? À eux de s'en­ga­ger à l'échelle nationale et internationale, poli­ti­quement, so­ciale­ment et éco­no­mi­quement. Il leur faut développer le recyclage et les technologies utilisant les énergies naturelles renouvelables, restreindre la pollution, protéger l'envi­ron­ne­ment, les espèces animales en voie de disparition, et j'en passe !
Mais nous, les habitants de la planète, ne pouvons continuer notre train-train candide et illusoire. Chacun peut modifier son quotidien pour stopper la triste évolution, la chute de l'Empire Humain...
Le lendemain de la diffusion du film, des amis m'ont dit que, ces dernières années, chacun avait, peu ou prou, modifié son comportement en faveur de l'écologie. Bravo !
On peut corriger certains gestes sans renoncer au confort. Après tout, si nous sommes capables, dans nos foyers, de gérer notre budget en calculant nos dépenses, ne pouvons-nous assurer notre propre avenir en respectant la Terre ?
Une chose me paraît évidente : l'homme a, quelque part, échoué dans son évolution et, quoique imbu de sa science et de ses connaissances, il en est encore au stade de l'obscurantisme.
Le site de Yann Arthus Bertrand
Le film, version intégrale, sur Youtube
Les gestes écolo au quotidien
L'état de la planète
Écologie : la nature est fragile...

Retour haut de page

Peur de quoi ?

La plupart des gens ont peur de mourir ; moi, j'ai peur de ne jamais vivre.

Retour haut de page

Le Pointillisme

Un myope m'a dit un jour que lorsqu'il regardait un tableau sans mettre ses lunettes, cela ressemblait à du pointillisme... Cet art serait-il né d'une anomalie de la vision d'un peintre ?
L'impressionnisme est apparu vers la fin du 19e siècle sous l'impulsion d'une atmosphère nouvelle, une sensation de fugitif et de flou, une évocation au suggestif et au mouvement.
Georges Seurat
Georges Seurat
Un dimanche après-midi à l'île de la Grande Jatte
Le pointillisme est né sous le néo-impression­nisme.
C'est un procé­dé pictural qui découle de l'impres­sion­nis­me.
Créé par Georges Seurat, il s'agit d'une technique qua­siment ar­chi­tec­tu­rale qui utilise de minuscules points de couleur pure.
L'agglomérat de ces tou­ches suggère le con­cept final de l'oeuvre.
Maintenant, si cet art est né d'une vue basse, c'est possible, mais l'histoire de l'art ne l'a pas retenu. En effet, il est tout de même plus "élégant" d'expliquer les pirouettes de l'art par des mots redondants, philosophiques et énigmatiques, qu'avouer l'intervention d'une... myopie !

Retour haut de page

Une nuit bien remplie

Le jour, c'est la vie des êtres, la nuit, ce sont les choses qui s'animent et nos cauchemars qui s'étirent.
C'est aussi un monde en parallèle, le monde onirique...
Une nuit bien remplie est celle où notre monde astral prend le pouvoir sur notre être et sur nos actes conscients...

Retour haut de page

Le rêve est trop lent

Les secondes s'écoulent en rampant, en traînant nonchalamment : on attend...
Le soleil bouge à peine dans le ciel, immobile, il nous nargue : on attend...
Le temps est devenu monstueusement difforme, il ne s'égrène plus qu'à son propre rythme aigre et dur, on fait du surplace, on consulte sa montre, on va, on vient, on trépigne : on attend...
Le rêve est trop lent lorsqu'on attend un espoir.

Retour haut de page

Se sentir seul...

On peut être entouré de quarante personnes et se sentir seul...
On n'arrive pas toujours à communiquer ce que l'on ressent et parfois, on a l'impression que notre monde personnel est bloqué, fermé à toute intrusion, même amicale.
On est englué dans un espace étroit sans porte ni fenêtre.
Si on a de la chance, quelqu'un viendra se présenter à l'une des ouvertures qu'on est incapable de voir, frappera doucement, toc, toc, et aura le fluide nécessaire, une qualité de coeur, une approche généreuse qui ouvrira le passage...

Retour haut de page

Si j'avais un tapis d'étoiles...

Je fendrais la nuit, les cieux, d'autres lieux...
J'irais au fond de l'univers, je visiterais des mondes éteints et des mondes sans rien...
Je sauterais le temps, je jouerais avec les planètes, je réinventerais un printemps...
Je voyagerais au fond de mon moi et je trouverais d'autres lois...

Retour haut de page

Du temps à revendre

Un métier d'avenir, vendre du temps.
De quoi une grande majorité de gens se plaint-elle ? De manquer de temps ; alors que des tas d'autres personnes en ont à gaspiller. Alors ?
Alors, je vais centraliser tout cela.
Je vais acheter le temps à ceux qui en ont et le négocier à ceux qui en manquent... Je ferai fortune.
Bien sûr, cela prendra un temps fou, mais qu'importe, j'en ai à revendre, quelle affaire !
De plus, il y a de par le monde une telle quantité de temps perdu qu'il serait dommage de ne pas le recycler...
Peut-être qu'une heure ne vaudra pas soixante minutes, elle vaudra probablement moins, il y a quand même des secondes qui seront déduites. Mais quel gain de temps !
Les gens ne s'exprimeront plus comme avant. Les riches ne pourront plus dire : "Je ne peux pas faire ceci ou cela, je n'ai pas le temps !" Ils n'auront qu'à en acheter.
De même que les plus démunis ne pourront pas dire : "Je ne peux pas faire ceci ou cela, je ne trouve pas de boulot et je n'ai pas un rond..."
Ils n'auront qu'à vendre leur temps de libre, ils n'en ont rien à faire, et ainsi ils gagneront plein d'argent !

Retour haut de page

Joachim-Raphaël Boronali

L'histoire du tableau peint par un âne, alias Joachim-Raphaël Boronali, est une histoire vraiment extraordinaire.
Un canular monté par une bande de compères qui avaient de l'humour. L'écrivain Roland Dorgelès fut l'insti­gateur de cette histoire :
Nous sommes au début du 20e siècle et l'art abstrait fait ses premières apparitions. Nos amis, outrés d'entendre des gens et des critiques s'extasier sans retenue, souvent par snobisme, devant des oeuvres qu'ils ne comprennent pas, décident de monter cette mystification...
Le Lapin Agile est un célèbre cabaret de la butte Montmartre où la bohème artistique de l'époque (Max Jacob, Pablo Picasso, Roland Dorgelès, Francis Carco, Pierre Mac Orlan) a l'habitude de se retrouver. Le père Frédé, le patron du lapin Agile, possède un âne, Lolo, qui devient Boronali (anagramme d'Aliboron) pour les besoins de la cause...
boronali
Coucher de soleil sur l'Adriatique
Nos compères attachent un pinceau à la queue de l'âne et ainsi lui font peindre un tableau qu'ils intitulent "Coucher de soleil sur l'Adriatique", tout en faisant constater les faits par un huissier. Appuyé par une large publicité et un grand mystère, le tableau sera exposé au Salon des Indépendants.
Le public crie au génie, réclame vivement le peintre... et c'est l'âne qui arrive...
Précisons que le tableau fut vendu 20 louis d'or, soit à peu près 1300 euros actuels !

Retour haut de page

Kazimir Malevitch

Carré blanc sur fond blanc
Carré blanc sur fond blanc
Si le tableau de Boronali entre dans la catégorie du "Faux Art", il n'en est pas de même pour l'œuvre de Kazimir Malevitch...
Il fait partie de ces peintres qui, comme Picasso (entre autres), restent bien souvent incompris auprès d'un certain public.
En fait, ils détruisent les notions de complexité et de minutie des techniques d'au­tre­fois et cer­tai­nes de leurs peintures peu­vent sembler "faciles" aux non-initiés.
Leurs réa­li­sations n'en sont pas moins au­then­tiques.
Rappelons-nous que l'idée ou le concept d'une oeuvre est sou­vent sa force princi­pale et gardons-nous d'exclure une pein­ture en pensant que nous-mêmes aurions été capa­bles d'en faire autant. Peut-être (?), mais nous n'en avons pas eu l'idée...
Tout le reste, on aime, on n'aime pas, après tout, c'est le droit de chacun d'adhérer ou non à une oeuvre.
Essayons juste de ne rien rejeter d'emblée...

*

ART, de Yasmina Reza

art de yasmina reza

ART - Pièce de théâtre écrite en 1994 par Yasmina Reza.
Serge invite son ami Marc chez lui pour lui faire admirer une grande toile blanche avec de fins liserés blancs, qu'il vient d'acheter 200 000 francs.
Consterné par cet achat qu'il ne comprend ni n'approuve, Marc va trouver Yvan, leur ami commun, pour lui faire partager de son incompréhension.
Serge et Marc commencent à se disputer et entraînent Yvan dans leur confrontation.
Les trois amis vont se disputer aigrement autour de ce tableau "blanc avec de fins liserés blancs" en échangeant des propos inattendus sur l'art con­tem­porain...
ART, de Yasmina Reza.
Avec Pierre Vaneck (Marc), Fabrice Luchini (Serge) et Pierre Arditi (Yvan)

Retour haut de page

Ensuite...

Ensuite, je me reposerai, j'irai me cacher au fond de mes rêves et de mes nuits, m'isoler de la vie, me retirer des bruits, des cris, des ennuis...
Ensuite, je respirerai une fois encore les passions et les amertumes des années passées, toutes les couleurs denses et flétries des jours écoulés...
Ensuite, je m'allongerai sur la terre, elle chaude, moi froide, je me coulerai dans un néant doux et flou...

Retour haut de page

Le baiser moelleux

Il est très léger, aussi léger qu'une feuille d'automne, virevolte un moment, mû par le souffle des lèvres...
Il s'attarde aux abords du visage, frôle le cou, les joues, reprend son envol...
Il fait encore une délicate pirouette en l'air pour, enfin, se poser sur les lèvres offertes...

Retour haut de page

Une toile d'araignée

toile d'araignee Le matin, lorsque la toile est toute brodée de rosée, de gouttelettes minuscules telles des grelots muets, c'est une oeuvre d'art.
Le soleil s'y accroche et lui donne une brillance translucide en arc-en-ciel.
Un enchevêtrement à la fois mathématique et magique, une soie ténue, élastique, qui rebondit sous le souffle du vent et la respiration de la Terre...

Retour haut de page

Une minute...

J'ai apprivoisé le temps en le modelant de rêves...
Une minute, cela suffit pour construire des maisons, bâtir des mondes et briser les frontières.
Une minute, cela suffit pour faire pousser des arbres, cueillir des étoiles et peindre des rires.
Une minute, cela suffit pour visiter des planètes, voguer sur d'autres mers et conquérir d'autres lieux.
Une minute, encore une minute.
Une minute, cela peut ne jamais s'arrêter...

Retour haut de page

Où est la sortie ?

Je passe trop de temps à m'égarer dans mes pensées ; mes rêves sont des toiles denses qui m'amènent en des lieux lointains...
Je gambade sur des mondes étranges, je sautille sur les horizons, loin de ma vie.
Au retour, des morceaux de moi se dissolvent sur les pentes des labyrinthes, des dédales croisent ma route, les perdent en d'infinies sorties.
La sortie que je cherche n'est pas toujours celle que je prends.
Je retrouve ma vie et le réel, parfois sans joie, parfois sans moi...

Retour haut de page

Exaltation

Ah ! La création ! Je ne trouve rien de plus exaltant que de finir une toile, la regarder, en être satisfait.
On a alors une envie folle de crier au monde : "Venez voir !"...
...
Bon...
Il est vrai que, venu le temps des premiers visiteurs, des premières critiques, des premiers regards désabusés, horrifiés, des grimaces dégoûtées et des moues crispées, l'exaltation retombe vite en un flop navrant !

Retour haut de page

Plaisir de campagne

Suivre un ruisseau, remonter son passé ou s'enfoncer dans son élan, marcher des heures sans trouver ni l'un, ni l'autre...
écouter le frais murmure de l'eau trouée des pointes courbées de longs brins d'herbe, sentir son mouvement saccadé comme une respiration, son cours écumant de gaieté.
J'ai une vraie passion pour les ruisseaux et, même si la saison de l'enfance est bien loin à présent, je retrouve le même plaisir d'antan à sautiller d'une berge à l'autre, à m'allonger à ses côtés lorsque la journée est chaude et le soleil en feu, à déposer sur l'onde une feuille qui va, un temps, prendre des allures de barque.

Retour haut de page

J'exagère TOUT !

Et encore, n'étant pas de Marseille, je me retiens !

Retour haut de page

J'avais des rêves

J'avais des rêves au fond de mes poches, des rêves heureux, brillants comme des billes, des agates, tout ronds et lisses.
Ces rêves prenaient leurs aises, le fond tiède de mes poches leur convenait bien et je pouvais les toucher, les caresser en marchant, en respirant, en vivant, en espérant.
Puis, à l'usure du temps vint l'usure de mes poches et, de par les trous, les rêves s'en allèrent, tout doucement, en glissant, tout comme les billes que les gamins perdent, sans bien savoir comment cela se produit.
Les poches vides sont ridées...

Retour haut de page

L'hypocondrie

Je ne suis pas hypocondriaque, je suis une incomprise de la médecine et ce n'est pas de ma faute si les médecins n'ont pas encore découvert les maladies dont je souffre !
Lorsqu'on me mettra en terre ce n'est pas cela qui me guérira.

Retour haut de page

Les petits ennuis...

Il existe des petits ennuis insidieux qui s'accrochent à vous toute la journée et vous la rendent infernale.
Cela commence le matin, le p'tit ennui est là, dès le réveil, campé sur votre oreiller.
Vous savez, cet ennui qui vous fait dire lorsque vous ouvrez les yeux et que dehors il fait encore nuit et qu'il pleut : "Ohhh, comme j'aimerais rester encore au fond du lit..."
Lorsque vous finissez par vous lever, vous n'avez goût à rien.
La journée sera triste et molle, vous errerez d'un rien à un autre rien, sans rien faire, la motivation sous la moquette, le plaisir ailleurs et l'esprit en déroute, sans envie de quoi que ce soit...
Il y a des jours comme ça !

Retour haut de page

Onomatopée

J'aime bien "flop"...
C'est une sonorité mouillée, toute ronde, agaçante et persistante comme la goutte d'eau qui s'accroche encore au robinet qui fuit, puis qui saute et rebondit...

Retour haut de page

Qu'est-ce que la naïveté ?

La naïveté a la marque de l'enfance dans ce qu'elle a de charmant, de vulnérable, de simple ; une confiance, une ingénuité timide, une foi inaliénable.
Cette absence de préjugés, cette ouverture de l'esprit pourrait servir de fondement primordial pour des accomplissements hors du commun : dénuée de sombres calculs ou d'agressivité, la naïveté autoriserait donc des concepts audacieux, elle servirait de tremplin aux réalisations dont l'intuition serait le moteur.
Toutefois, ne soyons pas naïfs et trouvons le bât qui blesse : la naïveté s'accompagne aussi, bien souvent, d'ignorance. Il y manque un discursif, une analyse plus profonde.
Laissons la naïveté là où elle séduit, enrobée d'intuitif, des arts, d'imagination et éloignons-la de réflexions plus pointues.
La naïveté est belle, attachante, laissons-lui les cieux pour s'extérioriser et briller.
Ne vous semble-t-il pas que sans naïveté, le monde serait éteint ?

Retour haut de page

Prisonniers...

Nous sommes prisonniers d'une structure temps et matière où toute action reste marquée d'une empreinte profonde.
Les faits restent définitifs, nulle machine à remonter le temps pour corriger ce qui a été fait.
Sommes-nous impuissants devant la temporalité ?
Juste, peut-être, un désir, un espoir de faire mieux la prochaine fois.

Retour haut de page

Qu'est-ce qui cloche chez moi ?

J'ai le ding qui ne s'harmonise pas avec le dong...

Retour haut de page

Un matin ivre

Je me cogne à une aube verte, aux sons de clochettes frêles et farouches.
Des odeurs de romarin rebondissent sur de jeunes pousses assoiffées d'aventures.
C'est un réveil rose et transparent, une brume qui longe l'horizon, un soleil pastel, pâle et pudique.
La sève chavire, je me lève, je m'étire, je respire...
L'air est pur, clair comme une bulle de rire, lavé, neuf et frais.
Dès le premier toussotement du soleil, je glisse au fil de ses bouquets de lueurs distraites.
Les parfums bachiques bafouent mes efforts, jouent à saute-mouton et se bousculent entre eux en me faisant des pieds de nez...
Je bascule sur l'horizon bossu, ivre d'émotions et de saveurs piquantes, ce matin est celui de tous les absolus...

Retour haut de page

Les rêves

Les rêves se cachent le jour. Certains sont sous l'oreiller, d'autres sous le lit...
Ils ne sortent que la nuit, subrepticement, invisibles, silencieux.
Ils guettent le dormeur, prêts à agir.
Ils se glissent entre les pensées, les bousculent un peu, s'installent et se construisent parmi elles. Ils se développent au gré de leur propre fantaisie, divaguent par saccades, s'inspirent des pensées avoisinantes, prennent formes et couleurs, s'épanouissent en chorégraphies confuses et abstraites.
Parfois légers, parfois rudes, toujours éphémères et éthérés.
Puis, dès le réveil du dormeur, tels des bulles qui éclatent, ils s'esquivent sur la pointe des pieds et retournent se cacher...

Retour haut de page

Avons-nous un avenir ?

L'avenir est-il ouvert ? Existe-t-il ? Et pourquoi n'existerait-il pas ?
L'avenir, c'est chaque moment qui suit ; jusqu'à quand, sachant que chaque instant est déjà le passé ?
Alors, de là à dire que l'avenir est fermé ?
L'avenir nous le dira...

Retour haut de page

La chance

Je compte souvent sur la chance... Hélas, je ne suis pas très bonne en calcul.

Retour haut de page

L'avenir

L'avenir viendra un jour ou l'autre, probablement après demain, et hier n'est pas la veille.
Conclusion : cours plus vite !

Retour haut de page

La théorie des cellules

Pour gagner du temps et faire une bonne omelette, il faut secouer la poule avant de casser les oeufs...

Retour haut de page

Si la pluie arrosait le ciel...

Que se passerait-il si la pluie naissait de la Terre et tombait à l'envers ?
Si la pluie arrosait le ciel ?
Il me semble que les étoiles seraient plus lumineuses, le ciel plus... glissant !
Mais... comment ferait-on avec nos parapluies ? On devrait marcher, le parapluie ouvert vers le bas, afin de protéger nos dessous ?
Au lieu de mettre une capuche sur la tête, on aurait des jupes hermétiques, que l'on fermerait par une fermeture éclair, par exemple !
Et on ferait pousser nos salades accrochées sous les toits !

Retour haut de page

Se sentir unique

Voir un perroquet tout vert voler au-dessus de son balcon à Jérusalem, est-ce vraiment courant ?
Établir une relation affectueuse avec un petit rat qui sévissait dans le garde-manger, est-ce banal ?
Apprivoiser une mouche un soir de déprime, est-ce inaccoutumé ?
Faire tomber le petit baton de la crème glacée et découvrir qu'il n'est pas tombé "à plat" mais sur "la tranche", est-ce habituel ?
Être là lorsque la foudre abat trois arbres autour de vous, presque simultanément et, qu'entouré de branchages, on s'en dégage sans une égratignure, est-ce fréquent ?
Être présent lors d'un attentat, comprendre alors que la vie n'est qu'une histoire de secondes ou de millimètres lorsqu'on s'en sort indemne, alors qu'autour de soi... est-ce ordinaire ?
Comme la vie pétille lorsqu'elle est émaillée d'anecdotes rares, petites ou grandes, comme on se sent alors unique...

Retour haut de page

L'endormissement

Il y a dans l'endormissement un passage difficile à saisir, fin comme un fil de soie. C'est celui du demi-sommeil, cet état intermédiaire entre la veille et le sommeil.
En général, on ne capte cette fragile frontière qu'en se réveillant un dixième de secondes après s'être endormi.
Il est fréquent que l'on éprouve alors l'impression de trébucher, de louper une marche. C'est le moment où la conscience réintègre le corps physique, la conscience qui venait de se dissoudre dans un éther peuplé de personnages et de décors déformés...

Retour haut de page

L'émerveillement

L'émerveillement est la traîne pleine de pétulance et de magie qui subsiste de l'enfance.
C'est aussi un art, un don que possèdent ceux qui savent voir au-delà des conventions, au-delà des décors froids du réel, ceux qui ont les yeux ouverts sur une quintessence de saveurs, de beau, d'éthéré, de surprenant.
L'émerveillement, c'est savoir percer le mur du banal et trouver ce qui se cache derrière.
C'est l'art de la découverte, de la fantaisie, de la hardiesse, de l'innovation.
C'est l'art de regarder les nuages et d'y voir toute une histoire.
C'est l'art d'être heureux, car chaque chose devient unique.
C'est l'art d'avancer et de découvrir que chaque pas devient un autre.

Retour haut de page

Le flou est un art de vivre.

Le vêtement au vent, les cheveux en broussaille, le corps en léger déséquilibre qui coule au ralenti.
Un sourire niché sur un brouillard.
Une caresse douce qui n'en finit pas.
Un regard imprécis, qui butine d'un horizon à un autre.
Un mot qui ondule éthéré et vaporeux.
Une odeur qui glisse, lisse, sans contour.
Une pensée tiède et volatile...

Retour haut de page

Adapter la technologie

(08.03.2008)
Ne pourrait-on adapter la technologie aux personnes agées, alors qu'actuellement ce sont elles qui doivent s'y adapter, bon gré, mal gré...
Pourquoi ne pense-t-on pas davantage à épurer les appareils des trois quarts de leurs fonctions inutiles ou, tout au moins, inutilisées ?
Je ne fais pas encore partie du "3e âge" mais je sais que j'achèterais, de préférence, une machine à laver simple qui exécute les opérations basiques plutôt que l'une de ces machines modernes où tellement de propriétés sont proposées... et jamais employées ! On s'y perd !
Et que dire de ces personnes qui ne trouvent plus de téléphone portable simple (vous savez, ce petit appareil qui sert à appeler un correspondant et à lui répondre...) et qui sont obligées d'acheter des appareils qui comportent des dizaines de fonctions qu'elles n'utiliseront jamais et auxquelles elles ne comprennent rien de rien ?
Ordissimo
J'ai lu quelque part qu'on commençait à créer des ordinateurs adaptés aux séniors, c'est-à-dire, des PC avec des icônes bien nettes et bien visibles sur l'écran, des fonctions qui servent à surfer sur Internet, à utiliser sa messagerie, conserver les photos, écrire, un ou deux trucs encore, ET C'EST TOUT !
Enfin ! Génial ! Bravo à l'inventeur.
(Ordissimo) !
J'espère que d'autres concepteurs techno­lo­giques et élec­tro­niques iront dans le même sens...

Retour haut de page

Un secret

Un secret, c'est une petite boîte pâle et timide.
On l'ouvre de temps en temps pour lui confier une chose que l'on voudrait que personne d'autre qu'elle n'en ait connaissance.
On la referme silencieusement, furtivement, dans un coin d'ombre sombre pour ne pas être vu, on l'emmène ensuite jusqu'au bout du jardin le plus broussailleux et on l'enterre soigneusement...
Il y a des secrets que l'on ne peux jamais oublier et, un jour, on déterre la boîte, on ressort son contenu.
Lorsque la boîte est très grande, lorsque que son intérieur est si douloureux que la boîte explose d'elle-même, il subsiste une dure brume obscure et lourde qui traîne loin et accapare les alentours...

Retour haut de page

L'ironie

L'ironie est une forme d'agression qui a souvent des extrémités lapidaires.
Elle permet de camoufler une critique ou une remarque sous un sourire cinglant et acidulé.
Le langage habituel est muselé : on ne peut tout dire, tout faire, et l'ironie permet de contourner cela en appliquant ses propres nuances.
L'ironie se sert de ses rebonds pour griffer une situation.
Elle permet aussi de la dédramatiser en lui opposant des facettes de drôlerie.
À n'employer qu'à bon escient...

Retour haut de page

L'optimisme

L'optimisme est-il légitime ?
Je trouve que l'optimisme devrait être obligatoire, partout, en toutes circonstances...
Dès le réveil, on devrait avaler une bonne cuillère d'optimisme, hop, une pensée positive, un rejet des idées noires, pour affronter la journée.
Au travail, on devrait arborer l'optimisme en boutonnière, cela optimiserait les résultats, on croirait à une augmentation de salaire, on éviterait les crocs en jambe de collèges jaloux (quoi ? ils n'ont pas pris leur dose d'optimisme, eux ?)
Les conducteurs broieraient moins de bile : "Bof, un embouteillage... cela ne durera sans doute pas... quelle importance, je vais en profiter pour lire le journal, écouter du Mozart, parler à mon aîné, somnoler un tantinet..."
Les relations du couple seraient ô combien plus faciles :
"Chérie, notre avenir sera magnifique, je suis sûr d'obtenir cette augmentation !"
Les enfants ? grâce à votre potion quotidienne vous allez, enfin, être rassurés : pas de soucis, ils réussiront leurs exams, ils vont vers des destins de rêve.
(Eh ! du calme ! On a dit "Optimisme", pas "Imbécillité" !)
Oui, l'optimisme est légitime, il devrait être obligatoire, forcé, reconnu. On devrait même l'apprendre comme matière principale au collège.
On mettrait cela dans les CV : diplôme d'optimisme.
(Au fait, on peut remplacer Optimisme par Humour, Bonne humeur, Rire... cela marche aussi !)

Retour haut de page

La ponctuation

Les signes de ponctuation que je préfère sont les trois petits points qu'on pose après une phrase.
Trois petits points qui ne ferment rien, trois petits points qui laissent un espace de mystère, qui suggèrent, qui invitent à continuer...
Trois petits points de rien du tout qui laissent une ombre et un flou, qui veulent dire : "hein ! vous voyez... Je vous le disais bien... "
Trois petits points inachevés qui ne disent rien et tout, en silence...

Retour haut de page

La poésie

La poésie est une chanson, un rythme qui ondule, coule comme une caresse, des vagues soyeuses de mots qui brûlent le coeur.
C'est une sphère à la dérive qui enserre le verbe aux tons célestes et aux éclats sublimes, une réalité mystérieuse et mythique...

Retour haut de page

La déchirure

Je m'en allais, un matin frais d'été, vers un moment d'exception.
Je désirais retrouver le miroir de mon enfance, cet abîme pentu que je n'avais pas connu : j'étais née trop vieille.
Vous comprenez maintenant le but de ma recherche : une pièce manquait au puzzle de ma vie.
Je savais où trouver la déchirure : elle était à l'orée d'un petit bois d'où j'avais émergé, adulte, sans passé...
Il ne me fallut que peu de temps pour trouver le lieu exact...

Je me souvenais si bien de cette famille ahurie qui pique-niquait sur un tronçon d'herbe triste. Je n'avais pas oublié leur frayeur, leur incompréhension lorsqu'ils me virent arriver vers eux, les mains tendues :
- Gens, bonjour, ces rillettes sont tentantes, puis-je avoir une tartine ?
Ils étaient trop polis (et sans doute trop surpris) pour réagir. Ils me firent une place à leurs côtés, et me laissèrent leur narrer mon évasion de la clinique où l'on tentait de soigner ma schizoloufoquophrénie : je souffrais d'une occlusion opaque de mon passé antérieur.
J'avais à peine vingt ans et, ce jour-là, je venais de naître.
Oui, c'est bien devant ces rillettes et ces gens hébétés que ma folie, enfin, capitulait...

Tout de même, mon enfance me manquait, il restait une case vide dans mon évolution.

Donc, ce matin-là, je retrouvai mon point de chute.
La déchirure était bien présente, encore béante, souple et molle, fraîche de printemps encore jeune.
J'avais pris avec moi du fil et une aiguille.
Je me tâtais : quel point employer ?
Je me décidai pour le point de croix, après tout, il y a des souffrances qu'il vaut mieux surjeter, et je le fis en ajustant bien la lisière des deux bords.
Cela me prit un certain temps, mais je n'en avais cure : le temps, dorénavant, quelle importance ?
Puis, satisfaite, je contemplai mon ouvrage : la déchirure était réparée, la cicatrice était à peine visible.

Corps et âme réparés, je pouvais continuer...

Retour haut de page

Le Petit Prince

Le Petit Prince - de Saint Exupéry

(Courte étude qui se veut velléitaire et non emphatique)

Dans ce conte philosophique tout l'univers a été rassemblé : les étoiles, la Terre, les éléments (le volcan, le désert), la flore (le baobab et la rose) la faune (le renard, le mouton, le serpent), les sentiments (la tristesse, le rire, la peur, l'amitié...) et quelques facettes de l'humanité.
Les hommes sont représentatifs de notre société : les dirigeants (ils cherchent à régner ou à accumuler des gains), les victimes (l'allumeur de réverbères ou l'ivrogne).
Et l'on découvre deux personnages : le narrateur et le Petit prince.
C'est ce dernier qui met à jour tout l'absurde du monde, qui voudrait apprivoiser les menaces et améliorer un peu, à l'échelle de son propre univers, toutes les contradictions et les dangers que présentent les autres.
C'est un enfant et, en tant que tel, il a un regard absolu, perçant, juste, dénué des subterfuges et des hypocrisies des adultes.
Cet enfant représente la pureté, l'espoir, la conscience...
Le narrateur n'est là que pour observer, découvrir et apprendre.
Coincé dans une bulle vide (le désert), il rencontre un petit prince qui n'a comme royaume que sa propre vérité.
Il y a une fusion entre ces deux êtres, une fusion de deux concepts, de deux générations.
à ce moment-là, l'homme adulte se retrouve face à son enfance, son regard et ses rêves d'antan.
Plus qu'une morale, c'est un message qu'il faut lire.
Et un espoir : apprendre à reconsidérer le monde, quitter l'imbécile costume étriqué des grandes personnes afin de trouver une simple vérité qui aboutit aux grelots de rires...

Retour haut de page

D'un bout à l'autre

Une bise tiède qui coule sur le corps,
une étreinte rassurante,
un mot doux qui joue avec le coeur,
un bout de bonheur sur un bout de ciel,
Une touche de couleur sur un instant hésitant,
une pâtisserie que l'on déguste à deux.

Une porte ouverte,
un silence,
une chanson,
une porte qui se referme...
Un enfant qui vous dit bonjour,
du rire jusqu'au menton...
Une rose qui naît
sur la bouche de l'enfant,
sur l'éternité.

Retour haut de page

Apprivoiser le bonheur...

le bonheur ?
En faire une matière chaude, élastique, que l'on pourrait porter autour du cou, comme une écharpe souple et douce...
Une matière vivante que l'on pourrait appeler lorsque la nuit est grise ou lorsque quelqu'un nous quitte, qui viendrait alors se blottir contre nous et nous apaiserait.
Une matière fidèle et loyale, sans frontière, sans conflit, épouse des bons sentiments et de l'espoir.
Une matière noble et gratuite, bonne et généreuse, qui exalterait le coeur.

J'aimerais apprivoiser le bonheur.
Un jour...

Retour haut de page

Comment attraper des couleurs pour en faire une collection ?

On prend un filet à papillons et on avance, tout doucement, sur la pointe des pieds, pour ne pas effrayer les couleurs...
Lorsque on en attrape, il faut veiller à ne pas les mélanger et on les garde dans un endroit frais et sec, près du soleil : elles se nourrissent de ses rayons.
attraper des couleurs

Retour haut de page

Un pays...

pays   pays2

Retour haut de page

Grading Scale

Botero :

J'aime l'oeuvre de cet artiste colombien. Il y a dans ses réalisations une rondeur un peu naïve qui ressemble beaucoup à de la générosité.
Ses tableaux et ses sculptures sont souvent des satires de la société et il en joue avec humour.
J'aime écouter la musique qui se dégage de certains tableaux.
J'aime la richesse de sa palette, l'expression baroque des mouvements, ses disproportions si harmonieuses et majestueuses.

Retour haut de page

En bref

  • Vous regardez des fleurs dans un vase ? Elles sont incurables, c'est leur agonie que vous voyez...
  • Si l'on met plusieurs silences ensemble, cela fera-t-il du bruit ?
  • Si Dieu existe, est-il athée ?
  • Un bon dessinateur aura-t-il automatiquement une bonne image de lui-même ?
  • Si nous n'étions pas vivants, la mort serait une partie de plaisir.
  • La connerie, c'est de l'intelligence en boîte lorsque l'idiot est celui qui ne trouve pas l'ouvre-boîte.
  • La cécité est une manière de voir la vérité que nous cachons à nous-même...

Retour haut de page

Rêver...

Chut, laissons le vent se calmer, les arbres s'étirer jusqu'au ciel, glissons sur le sable doux, blanc, tiède.
Jouons au jeu de la vérité : qui es-tu ?
Je suis moi, et toi ?
Je suis moi aussi...
Nous sommes ensemble, le bonheur est à côté de moi, en moi, et la vie se marre de toutes ses facettes dorées.

Retour haut de page

Amélie Nothomb

Que penser d'Amélie Nothomb ?

(22.08.2007)
Cet auteur me déconcerte au plus haut point. Je me suis heurtée à son oeuvre en commençant par lire "La métaphysique des tubes". Ce fut un grand moment, un grand bonheur, une grande euphorie, une lecture que je recommande à tous, un régal...
Elle raconte sa petite enfance, sa famille et sa vie au Japon, avec des mots qui n'appartiennent qu'à elle, un humour hérissé de barbelés, aigre-doux, à la fois grave et perçant.
Complètement subjuguée par ce talent si fascinant, j'ai lu ensuite "Hygiène de l'assassin".
Misère ! Quoi, est-ce bien la même personne qui a écrit cela ? C'est à moitié morte d'épuisement que j'ai réussi à achever cette lecture. Et ne me demandez pas pourquoi je me suis tant forcée pour aller jusqu'au bout. D'habitude, si je n'accroche pas à une lecture, je laisse le bouquin dès les premières pages. Je pense que je cherchais au long des lignes à retrouver la magie du premier roman...
Depuis, j'ai lu d'autres romans, mais le cheminement de mes appréciations a continué sur les mêmes sentiers en zig-zag.
Si vous avez lu des romans d'Amélie Nothomb, s'il vous plaît, dites-moi ce que vous en pensez. (Pensées choisies d'Amélie Nothomb)

Retour haut de page

Réveil

La première chose à faire lorsqu'on se réveille le matin c'est de s'étirer : on sent alors le corps s'ébrouer, les poumons se gonfler et une nouvelle fraîcheur glisser dans la tête.
Allez, on va commencer par un petit café, rien de tel pour dissoudre les derniers flocons de la nuit. Une gorgée de liquide brûlant et amer, une autre, une autre encore...
Les pensées s'organisent à nouveau, s'aiguisent, s'agitent ; ça y est, les yeux sont ouverts et l'on discerne plus nettement les contours de la vie.
Bonjour le monde !

Retour haut de page

Et si on parlait de l'injustice ?

Incroyable comme je peux me braquer contre l'injustice, cela me secoue, me perturbe, m'exaspère, je perds mes moyens, je deviens jusqu'auboutiste.
L'injustice peut me faire hurler, griffer, pleurer sur ce pneu qui crève et qui empêche d'aller de l'avant.
L'injuste m'amène à la rage, à l'envie d'écorcher le ciel, de griffer les océans et de gifler la terre.
C'est tout ? Non... car rien n'est plus doux qu'une injustice réparée, le chemin qui continue et le monde qui respire à nouveau.

Retour haut de page

Les moineaux

moineaux Ce matin, une dizaine de petits moineaux m'attendaient sur le balcon. J'ai ouvert la grille et ils ont secoué leurs ailes dans un bruissement de tissus froissés.
Piaillards et froussards, ils attendaient les miettes de pain que je leur donne tous les jours.
D'autres sont vite venus les rejoindre.
Ils se passaient le mot : "Hé ! les copains ! Le repas est servi !!!"
Des ondes invisibles de promesse de bonne table glissaient d'un arbre à un autre, coulaient en rebondissant sur les coins du ciel.

Retour haut de page

Articles choisis

Publié le 31 mai 2013

LE MONDE JUIF.info

Israël invente l'œil bionique pour les aveugles

Par Serge Dahan
Des scientifiques israéliens ont mis au point une technologie permettant aux personnes aveugles de naissance de voir avec l'aide d'une lentille de contact bionique.
La nouvelle technologie, développée par une équipe de l'Université Bar-Ilan, doit encore recevoir l'approbation des essais cliniques, mais sa faisabilité est actuellement testée à l'aide d'un modèle simulant la lentille bionique.
La technologie se compose d'une petite caméra qui reçoit les informations visuelles de l'environnement et transmet des signaux à une lentille de contact bionique. L'objectif passe les signaux via des électrodes à la cornée et de là, aux zones du cerveau sensoriel, générant un stimulus qui simule l'information visuelle.
"Cette technologie est une bonne nouvelle pour l'humanité, en particulier afin de donner la vue aux personnes aveugles de naissance sans une intervention chirurgicale ou endommager les autres sens vitaux ou organes" a dit le professeur Zeev Zalevsky, chef du génie électrique et nano-photonique à l'Université Bar-Ilan, qui a dirigé l'équipe de recherche.
Lire l'article en entier

Retour haut de page

18.02.2013

Paradoxes, par Anne Sinclair (Extraits)

L'actualité va si vite, que ses bizarreries ne nous étonnent même plus. Et pourtant, cette semaine, les paradoxes ont été nombreux, qui furent chacun, source d'étonnement:
- Premier paradoxe: Benoît XVI devient une star emblématique à la minute précise où il décide de quitter la scène. (...)
- Deuxième bizarrerie étrange qui met mal à l'aise: l'un des hommes qui a impressionné ces dernières années, un athlète hors norme au nom de légionnaire romain, a tué sa compagne un soir de Saint-Valentin. Oscar Pistorius, amputé des deux jambes, champion mondial paralympique, mais courant avec ses collègues valides et ayant remporté la deuxième place au 4x400 mètres en 2011, a été inculpé d'homicide volontaire comme un vulgaire malfrat. (...)
- Troisième singularité: le Conseil National de l'Ordre des Médecins, organe généralement plutôt conformiste, a brisé le plus fort des tabous. Celui qu'on présente toujours comme très conservateur s'est prononcé cette semaine pour une "aide à mourir sous forme d'une sédation terminale" (...)
- Quatrième paradoxe, hélas, devenu familier: Renault a engrangé un bénéfice net de 1,7 milliard d'euros, mais va supprimer 7500 emplois en France. (...)
- Sacrifice humain, justement. Cinquième scandale de la semaine. Quoi de plus douloureux, de plus révoltant que ce désespoir qui a poussé un homme de 41 ans à s'immoler par le feu devant l'agence de Pôle Emploi de Nantes? (...)
- Sixième contradiction. Des droits identiques pour les couples homosexuels et hétérosexuels ont été consacrés par les travaux de l'Assemblée, en attendant les amendements du Sénat. (...)
- Le dernier paradoxe que j'aimerais souligner ne consiste pas à opposer le souci à la une de tous les journaux pour une nourriture saine, et les fameuses lasagnes qu'on croyait de boeuf et qui étaient, en fait, de cheval. C'est, loin d'être un paradoxe, une évidence de plus des dérapages de l'agro alimentaire obsédé par la diminution de ses coûts. Non, la dernière surprise apparente de la semaine est celle qui affleurait dans le discours sur l'État de l'Union de Barack Obama (...)
Moralité: si vous voulez gouverner, ne soyez jamais candidat! Mais ce n'est même plus un paradoxe. C'est l'évidence de la réalité.
Lire l'article d'Anne Sinclair en entier

Retour haut de page

18.02.2013

La vérité du cholestérol ou comment va le monde

Newsletter quotidienne du CRIF
J'ai pensé que le Président du CRIF pouvait faire bénéficier le médecin que je suis resté de ce privilège enviable qu'est l'accès à un organe de communication comme la Newsletter. Rassurez-vous, ce n'est pas pour ma promotion professionnelle.
Dans quelques jours va paraître un livre du professeur Philippe Even, ("La vérité sur le cholestérol") promis à un grand succès de vente et déjà très largement médiatisé. La thèse de ce livre est qu'il n'y a pas de lien de responsabilité entre l'élévation du taux de cholestérol et les méfaits de l'athérosclérose et que, presque toujours, ceux qui prescrivent des médicaments (les fameuses "statines") se trompent, trompent leurs patients et leur font courir des risques graves.
C'est donc mon cas de cardiologue exerçant depuis une quarantaine d'années et celui de la quasi-totalité de mes confrères.
Nous sommes au mieux des ignorants incapables de comprendre les études scientifiques, au pire les complices de la propagande mensongère des laboratoires pharmaceutiques.
infocrif@crif.org
www.crif.org

Retour haut de page

Arte, juillet 2012

"Mystérieusement Klimt"

À son époque, Gustav Klimt était un personnage très controversé. Aujourd'hui, il se démarque comme étant le peintre autrichien le plus important et l'un des membres les plus en vue du mouvement Art Nouveau de Vienne.
Un portrait sensible de Gustav Klimt, maître de la peinture viennoise, pour le cent-cinquantième anniversaire de sa naissance.
[Lire tout le texte]
[Lire sa biographie]

Retour haut de page

25.11.2009

Traitement novateur pour le cancer

Israël Magazine :
Un laboratoire de l'institut technologique du Technion de Haïfa a été inauguré. Il propose un traitement du cancer utilisant des particules d'or et des rayons lasers.
Ce traitement novateur sera testé prochainement. La technique consiste en l'injection de nano billes de verres, plus petites qu'un globule rouge, recouverte d'or, capables de révéler les cellules cancéreuses. Ces nano particules qui ont la propriété de s'accumuler dans le tissu tumoral, seront ensuite "activées" par une faible source d'énergie lumineuse. Les tests ont montré à ce jour que les tumeurs sont totalement détruites.
Ce traitement n'est pas agressif, n'entraîne aucun effet secondaire et n'attaque que les cellules cancéreuses, épargnant les cellules saines voisines.
[Lire tout le texte]

Retour haut de page

12.10.2009

Le syndrome de "la fatigue chronique"

Israël Magazine :
Une nouvelle étude a révélé que 95% de ceux qui en souffrent sont porteurs d'un virus unique. Cela signifie que la détection précoce de la maladie pourrait peut-être amener à la guérison.
[Lire tout le texte]

Retour haut de page

12.10.2009

La dépendance aux drogues dures est appelée à disparaître.

Israël Magazine :
Le médecin Andrei Weissman, de l'hôpital "Barzilaï" d'Ashkelon a enfin trouvé un traitement "quasi-miraculeux" qui ferait disparaître définitivement la dépendance aux drogues dures chez les sujets atteints.
Cela fait une quinzaine d'années qu'il a mis au point ce traitement. Des centaines de personnes, vedettes ou personnalités du monde entier ont déjà été guéries, les résultats enregistrés par ce traitement approchent les 100%.
[Lire tout le texte]

Retour haut de page

13.07.2009

Pièges à moustiques

Israël Magazine :
Amir Galili, président de Westham Innovations, produit des pièges à insectes, notamment les moustiques.
Ainsi le piège "Solar Trap" est basé sur le fait que le moustique femelle repère sa victime à 30 m grâce à l'odeur, la chaleur et le gaz carbonique émis; le moustique a besoin de sang pour pondre et de sucre entre deux repas vampiriques.
Le piège tendu est un concentré technologique qui attire et tue l'insecte. (www.wsthm.com)
[Lire tout le texte]

Retour haut de page

14.05.2009

Nouveau traitement de l'hernie discale

Israël Magazine :
Le classique mal au dos est le plus souvent le résultat d'une hernie discale, à savoir un disque endommagé qui écrase les muscles entre 2 vertèbres.
Le docteur Stéphane Bensoussan de Tel-Aviv a mis au point un procédé utilisé avec succès en France depuis quelques années. Il consiste en une injection de petites doses de stéroïdes au moyen d'une aiguille guidée avec précision par un scanner et 1 heure après l'injection le patient peut reprendre ses activités.
[Lire tout le texte]

Retour haut de page

22.12.2008

La banquise et les ours

"[...] Et pourtant, ce qui semblait immuable, ce qui semblait infini, depuis peu s'est mis en mouvement, lancinant et infime. Imperceptiblement, la banquise tremble sous l'effet d'une pulsion nouvelle.
Quelque part loin, très loin d'ici, l'homme a libéré le Temps. Le cristal de glace qui le retenait s'est mis à marteler les secondes, goutte à goutte, vague après vague. Le cristal qui le retenait se dilue inexorablement. Le Temps sort de sa torpeur, le Temps se réveille. Il est affamé d'énergie, d'impulsion et d'existence. Devant lui, un espace infini d'immobilisme, un espace d'éternité patiemment dessiné, de neige en neige, d'aurore en aurore. Un espace pur et libre, un espace d'équilibre entre l'air, la lumière, la terre et l'eau...
Et le Temps, aspire l'espace. Le Temps redonne mouvement au soleil et à l'eau, de plus en plus vite pour rattraper les infinités. L'équilibre est rompu et la banquise vacille, la banquise gémit..."
[Lire tout le texte]

Retour haut de page

15.05.2008

Une catastrophe climatique, c'est naturel ?

[Yehuda Schwartz]
Je suis las de lire partout cette expression "catastrophe naturelle".
Est-ce le séisme qui tue, ou la décision administrative de construire sur un terrain sismique ? Les soubresauts de la terre du Sichuan sont-ils les assassins des enfants enterrés vifs sous leur école, ou les entrepreneurs qui n'ont pas respecté les normes antisismiques ? Est-ce le typhon qui tue, ou la corruption des autorités locales qui a donné l'autorisation de construire dans une zone inondable ? Les eaux du fleuve Irrawaddy sont-elles coupables, ou la junte militaire birmane (avec l'aide de la France et Total) qui préfère consacrer la moitié de son budget à l'armée, plutôt que construire des digues ou investir dans un système d'alerte précoce ?
Lors d'un séisme de la même puissance au Japon il n'y aurait pratiquement pas eu de victime. Le gouvernement chinois dispose du plus grand excédent budgétaire au monde ; il envoie des hommes dans l'espace et se prépare à conquérir la Lune. La vraie question est combien vaut pour lui la vie d'un paysan chinois ?
(suite - Vu de Jérusalem)

Retour haut de page

14.05.2008

Larousse s'ouvre au Net

L'encyclopédie francophone ouvre avec déjà 150 000 articles et près de 10 000 photos ou dessins.
Tous ces éléments seront clairement identifiés comme source "sûre". Dans l'espace réservé aux contributeurs, Larousse mise à la fois sur la confiance acquise par la maison centenaire mais aussi sur la promotion d'internautes réputés "experts".
Le Monde

Retour haut de page

14.05.2008

Google lance son encyclopédie

Cette concurrence de Wikipédia, l'un des dix sites les plus consultés sur le Net, se fait de plus en plus rude pour les dictionnaires et encyclopédies traditionnelles sur papier ou CD-ROM.
Mais la concurrence vient aussi des acteurs d'Internet, et notamment de Google, qui a décidé il y a quelques mois de lancer l'encyclopédie Knol, abréviation de "knowledge", une encyclopédie "vérifiée" ou chaque auteur d'article est identifié, connu et même rémunéré par la publicité présente sur ses pages.
Le Monde

Retour haut de page

Heure été/hiver, France et Israël
France :

- Début: L'heure d'été commence le dernier dimanche de mars à 02H00.
Les horloges sont alors avancées d'une heure, de 02H00 à 03H00.
- Fin: L'heure d'été se termine le dernier dimanche d'octobre à 03H00.
Les horloges sont alors retardées d'une heure, de 03H00 à 02H00.

Israël :

- Début: L'heure d'été commence le vendredi qui précède le 2 avril à 01H00.
Les horloges sont alors avancées d'une heure, de 01H00 à 02H00.
- Fin: L'heure d'été se termine le dimanche qui précède Yom Kippour.
Les horloges sont alors retardées d'une heure, de 02H00 à 01H00.

Retour haut de page

Jérusalem - Renouveler son passeport

Renouveler son passeport n'est plus une pénitence ! Il n'est plus nécessaire de se réveiller dès potron-minet, ni d'apporter son tricot, son sandwich et ses pantoufles...
Pensez à vous munir :
- de votre ancien posseport
- de deux photos
(Au pire, une petite boutique adjacente vous les fera sur place.)
- d'un stylo
(Il vous faudra remplir un formulaire.)
- de 250 shekels (octobre 2009)
Si vous payez en chèque, vous n'aurez aucune attente : vous remplissez le formulaire et laissez l'ancien passeport, le chèque et les deux photos au bureau d'accueil du 2e étage.
Sinon, rassurez-vous, on peut aussi payer avec la carte de crédit et l'attente est minime.
D'autre part, on reçoit le nouveau passeport dans les 48 heures.
Les bureaux sont ouverts :
Du dimanche au jeudi : 08h00-12h00
Lundi et mercredi : 14h30-17h30
Pour obtenir des renseignements :
Tel. 1-222-3450 ou *3450  (lien).

Retour haut de page

21.03.2008

Paradoxes - Des théories qui permettent de prouver des choses impossibles :

Le chat et la tartine :
Une tartine tombe toujours par terre du côté beurré.
Un chat retombe toujours sur ses pattes.
Donc, si on lance en l'air un chat avec une tartine beurrée sur son dos, il devrait rester en l'air et ne jamais tomber.

Le paradoxe de Zenon :
Selon le paradoxe de zenon, une tortue qui aurait 2 mètres d'avance sur un lapin qui court 2 fois plus vite qu'elle, ne serait jamais rattrapée.
Quand la tortue fait 1 mètre, le lapin en fait 2 (distance les séparant : 1 mètre.
Si la tortue fait 50 cm, le lapin fait 1 mètre (distance les séparant : 50 cm)
Si la tortue fait 25 cm, le lapin fait 50 cm (distance les séparant : 25 cm)
Et ainsi de suite jusqu'à l'infini...

Jouons avec les chiffres :
3 accidents sur 10 sont provoqués par des conducteurs en état d'ivresse.
Qu'attend-on nous pour interdire à ces dangereux sobres de prendre le volant (responsables des 7/10e des accidents)...

Retour haut de page

20.12.2007

Quelques règles à rappeler pour respecter notre planète...

-   Triez vos déchets.
-   N'utilisez pas votre voiture pour de petits trajets, au mieux offrez-vous une voiture électrique ou un vélo.
-   Ne gaspillez pas l'eau...
(suite)

Les forêts tropicales

Saviez-vous que la déforestation mondiale dépasse les 100.000 km2 par an, soit l'équivalent de la surface d'un terrain de football TOUTES LES 7 SECONDES ?
S'il vous plaît, pensez-y chaque fois que vous utilisez une feuille de papier...

Retour haut de page

11.09.2007

Clins d'oeil

Nous clignons des yeux environ 15 fois par minute.
Étant donné qu'un clignement dure en moyenne de 100 à 150 millisecondes, cela signifie qu'en fin de compte nous passons au moins 9 jours par an à cligner des yeux.
(techno-science)

Retour haut de page

24.08.2007

La sensation d'extracorporalité reproduite en laboratoire

La sensation de se détacher de son enveloppe charnelle et d'habiter un autre corps a été souvent décrite dans la littérature médicale, psychédélique ou ésotérique...
(suite)

Retour haut de page

19.08.2007

Fantin-Latour, peintre de la mélancolie

Fantin-Latour, un baudelairien triste qui cherche à oublier son époque dans le silence de l'atelier et la musique de Wagner.
(suite)

Retour haut de page

16.08.2007

La carte postale est "immortelle"

À l'heure des SMS et des courriels, les cartes postales restent-elles le symbole épistolaire des vacances ?
(suite)

Retour haut de page

[Retour à la page précédente]
Vos commentaires

Valid XHTML 1.0 Transitional

un compteur pour votre site

Copyright ©Nikibar - Tous droits de reproduction ou d'adaptation interdits sans le consentement de l'auteur.