Accueil | Publications | Écrire à plusieurs | Mots qui rient | Carterie | Expositions | Idées et trucs | Annonces | Cadeaux


Au jour le jour, la pensée du jour...

Auteurs classés par ordre alphabétique

Florilège d'auteurs et de citations, à utiliser tous les jours de l'année sans restriction...

 A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T   U   V   W   X   Y   Z 

A
Achard Marcel
Adam le Bossu
Adamov Arthur
Allais Alphonse
Allen Woody
Anonyme
Anouilh Jean
Apollinaire Guillaume
Aragon Louis
Aristophane
Aristote
Arland Marcel
Arp Hans
Audiard Michel
Augustin (Saint)
Aymé Marcel
B
Balzac Honoré de
Barbey d'Aurevilly Jules
Barbusse Henri
Baudelaire Charles
Bazin Hervé
Beauvoir Simone de
Becque Henri
Bedos Guy
Bergson Henri
Berlioz Hector
Bernard Tristan Paul
Bichat Xavier
Blanchot Maurice
Boileau Nicolas
Bonaparte Napoléon
Bosco Henri
Bossuet Jacques Bénigne
Bourget Paul
Braque Georges
Breton André
Brillat-Savarin Anthelme
Brunschvicg Léon
Bugnard Catherin
Brussel Seymour
Burke Billie
C
Campion Léo
Camus Albert
Céline Louis-Ferdinand
Cendrars Blaise
Cervantès Miguel de
Chamfort Nicolas de
Char René
Chateaubriand François René de
Chirac Jacques
Cioran Émile Michel
Claudel Paul
Clemenceau Georges
Cocteau Jean
Coluche
Coppée François
Corot Jean-Baptiste Camille
Cyrulnik Boris
D
Dac Pierre
Dali Salvador
Dante Alighieri
Danton Georges Jacques
Dard Frédéric
Daudet Alphonse
Defoe Daniel
Delacroix Eugène
Descartes René
Desproges Pierre
Devos Raymond
Dickens Charles
Diderot Denis
Dostoïevski Fedor Mikhaïlovitch
Dubuffet Jean
Duhamel Georges
Dumas Alexandre
Dutourd Jean
E
Ebenstein Renata
Einstein Albert
Eluard Paul
Épicure
Ésope
Escayrol Marc
Eschyle
Érasme
Euripide
F
Fabre Jean Henri
Fargue Léon-Paul
Fernandel
Feydeau Georges
Fields W.C.
Fromentin Eugène
Flaubert Gustave
Fontenelle Bernard (Le Bovier de)
G
Gainsbourg Serge
García Lorca Federico
Gaulle Charles de
Gautier Théophile
Geluck Philippe
Geraldy Paul
Gide André
Giono Jean
Gracq Julien
Grégoire de Nysse
Griboïedov Aleksandr Sergueïevitch
Guilloux Louis
Guitry Sacha
H
Hegel Friedrich
Heine Heinrich
Helvétius Claude Adrien
Heredia José Maria de
Herriot Édouard
Hésiode
Hill Benny
Hobbes Thomas
Homère
Hugo Victor

I
Ibsen Henrik
Ionesco Eugène

J
Jacob Max
Jankélévitch Vladimir
Jarry Alfred
Jaurès Jean
Jean de Meung
Joubert Joseph
K
Kant Emmanuel
Kafka Franz
Kierkegaard Søren
L
La Boétie Étienne de
La Bruyère Jean de
La Fayette Marie-Madeleine Pioche de La Vergne, comtesse de
La Fontaine Jean de
Lamartine Alphonse de
La Rochefoucauld
Lautréamont Isidore Ducasse, dit le comte de
Leroux Pierre
Lévi-Strauss Claude
Lichtenberg Georg Christoph
Louys Pierre
M
Mackert Laurence
Malebranche Nicolas
Malraux André
Marc Aurèle
Matisse Henri
Maupassant Guy de
Mauriac François
Meïr Golda
Mérimée Prosper
Molière (Jean-Baptiste Poquelin)
Montaigne Michel Eyquem de
Montesquieu Charles de
Mounet-Sully
Musset Alfred de
N
Napoléon Ier
Nietzsche Friedrich
Nodier Charles
Norman Thomas
Nothomb Amélie
O

Orléans Charles d'
Onfray Michel
Ormesson Jean d'
Ortega y Gasset José
Orwell George
P
Pascal Blaise
Paz Octavio
Péguy Charles
Picasso Pablo
Platon
Plotin
Plutarque
Ponge Francis
Prévert Jacques
Proust Marcel
Proverbe ashkenaze
Proverbes chinois
Q
Queneau Raymond
Quintilien
Quino
R
Rabelais François
Racine Jean
Radiguet Raymond
Ray Charles
Raynaud Fernand
Renan Ernest
Renard Jules
Renoir Auguste
Reverdy Pierre
Rivarol
Rougemont Denis de
Rousseau Jean-Jacques
S
Saint-Exupéry Antoine de
Sartre Jean-Paul
Schopenhauer Arthur
Schuhl Jean-Jacques
Segalen Victor
Sénèque
Serrault Michel
Shakespeare William
Shaw George Bernard
Socrate
Sternberg Jacques
Swift Jonathan
T
Talleyrand Charles Maurice de
Talmud
Tchekhov Anton
Timsit Patrick
Troyat Henri
Twain Mark
U
Unamuno Miguel de
Undset Sigrid
Ustinov Peter
V
Valéry Paul
Verlaine Paul
Vigny Alfred de
Virgile
Vinci Léonard de
W
Weil Simone
Wilde Oscar
X
Xénophon
Y
Yourcenar Marguerite
Z
Zamacoïs Miguel
Zénon d'Elée
Zitrone Léon
Zola Émile

Retour Haut de Page
Le vin d'ici est meilleur que l'eau de là. (Pierre Dac)


Marcel Achard
  • On n'aime que les femmes qu'on rend heureuses. (Auprès de ma blonde)
  • L'amour, c'est être toujours inquiet de l'autre. (Jean de la Lune)
  • On se donne des souvenirs quand on se quitte. (Jean de la Lune)
  • Oui, je t'ai trompé... C'est pour ça que je t'aime. (Jean de la Lune)
  • J'ai trop d'énergie pour travailler. (Domino)
  • Les idiotes ne sont jamais aussi idiotes qu'on croit ; les idiots, si. (L'Idiote)
  • - La Justice coûte cher.
    - C'est pour ça qu'on l'économise. (L'Idiote)
  • Mon corps n'en fait qu'à sa tête. (L'Idiote)


Adam le Bossu
  • On voit bien encore aux tessons ce que fut le pot. (Le Jeu de la feuillée)


Arthur Adamov
  • L'homme ne saurait connaître la loi, mesurer ses limites, qu'en passant outre. (L'Aveu)
  • Je n'aime pas travailler, mais j'admets que les autres travaillent. (Le Ping-pong)


Alphonse Allais
  • La misère a cela de bon qu'elle supprime la crainte des voleurs. (Le Chat noir)
  • Les gens simples vont tout droit leur chemin, à moins qu'il n'y ait une barricade qui les contraigne à faire un détour. (À se tordre)
  • Dieu a sagement agi en plaçant la naissance avant la mort ; sans cela, que saurait-on de la vie ? (Le Chat noir)
  • Quand on ne travaillera plus les lendemains des jours de repos, la fatigue sera vaincue.


Anonyme
Florilège de citations non signées (courriel)
  • Est-ce que les chinois qui font du tourisme à Paris savent qu'ils achètent des souvenirs fabriqués chez eux ?
  • A la différence de l'homme, le lézard est prêt à sacrifier sa queue pour sauver sa vie.
  • L'alcool est comme Activia : c'est actif à l'intérieur et ça se voit à l'extérieur.
  • Si vous parlez à Dieu, vous êtes croyant. S'il vous répond, vous êtes schizophrène.
  • L'alcool ne résout pas les problèmes, ceci dit l'eau et le lait non plus.
  • L'alcool tue mais combien sont nés grâce à lui ?
  • Un jour, j'irai vivre en Théorie, car en Théorie, tout se passe bien.
  • La médecine du travail est la preuve que le travail est bien une maladie.
  • Le Lundi, je suis comme Robinson Crusoé, j'attends Vendredi.
  • Ikéa est le meilleur prénom pour une femme : suédoise, bon marché, à emmener aussitôt chez soi et facile à monter.
  • Dieu a donné un cerveau et un sexe à l'homme mais pas assez de sang pour irriguer les deux à la fois.
  • La lampe torche. Le PQ aussi.
  • Si à la saint Valentin elle te prend la main, vivement la Ste Marguerite.
  • On dit toujours qu'il faut boire avec modération, mais putain c'est qui ce modération ?!!
  • La pression, il vaut mieux la boire que la subir.
  • Jésus changeait l'eau en vin. Pas étonnant que douze mecs le suivaient partout.
  • Zoé demanda à Robinson de la croire et Robinson Crusoé.
  • Un égoïste, c'est quelqu'un qui ne pense pas à moi.
  • Travailler n'a jamais tué personne mais pourquoi prendre le risque ?
  • L'ouverture d'esprit n'est pas une fracture du crâne.
  • Être au bout du rouleau est une situation très pénible, surtout quand on est aux toilettes.


Jean Anouilh
  • Pourquoi contredire une femme ? Il est tellement plus simple d'attendre qu'elle change d'avis !
  • Quand une fille dit deux mots de bon sens et qu'on l'écoute, c'est que Dieu est là. (L'Alouette)
  • Si Dieu avait voulu que l'amour soit éternel [...] il se serait arrangé pour que les conditions du désir le demeurent. (Ardèle ou la Marguerite)
  • [...] Avec Dieu, ce qu'il y a de terrible, c'est qu'on ne sait jamais si ce n'est pas un coup du diable... (L'Alouette)
  • Mourir, ce n'est rien. Commence donc par vivre. C'est moins drôle et c'est plus long. (Roméo et Jeannette, III)
  • Rien n'est vrai, que ce qu'on ne dit pas. (Antigone)


Louis Aragon
  • Le propre du génie est de fournir des idées aux crétins une vingtaine d'années plus tard. (Traité du style)
  • La critique, c'est le bagne à perpétuité. (Traité du style)
  • La critique devrait, en matière de littérature, être une sorte de pédagogie de l'enthousiasme. (J'abats mon jeu)
  • On pourra m'ôter cette vie, mais on n'éteindra pas mon chant. (Les Yeux d'Elsa)
  • De la femme vient la lumière. (Le Roman inachevé)
  • Rendez-moi mon ciel et ma musique
    Ma femme sans qui rien n'a chanson ni couleur (Le Crève-Coeur)
  • La poésie est le miroir brouillé de notre société. Et chaque poète souffle sur ce miroir : son haleine différemment l'embue. (Chronique du bel canto)
  • Jusqu'ici, les romanciers se sont contentés de parodier le monde. Il s'agit maintenant de l'inventer. (Blanche ou l'Oubli)
  • Un beau soir l'avenir s'appelle le passé
    C'est alors qu'on se tourne et qu'on voit sa jeunesse. (Le Nouveau Crève-Coeur)


Guillaume Apollinaire
  • Il y a un poème à faire sur l'oiseau qui n'a qu'une aile. (Calligrammes)
  • Rien n'est mort que ce qui n'existe pas encore
    Près du passé luisant demain est incolore. (Alcools)
  • Bergère ô tour Eiffel le troupeau des ponts bêle ce matin. (Alcools)
  • [...] Fondés en poésie nous avons des droits sur les paroles qui forment et défont l'Univers. (Alcools)


Aristophane
  • Pour les petits enfants, l'éducation c'est le maître d'école ; pour les jeunes gens, c'est le poète. (Les Grenouilles )
  • Jamais tu ne feras qu'un crabe marche droit. (La Paix)
  • Avant d'avoir entendu les deux parties on ne saurait juger. (Les Guêpes)
  • Où l'on est bien, là est la patrie. (Plutus)


Aristote
  • Or l'art, c'est l'idée de l'oeuvre, l'idée qui existe sans matière. (Des parties des animaux)
  • Toute chose nécessaire est par nature ennuyeuse. (Métaphysique)
  • Plus une chose est difficile, plus elle exige d'art et de vertu. (Éthique à Nicomaque)
  • Le commencement de toutes les sciences, c'est l'étonnement de ce que les choses sont ce qu'elles sont. (Métaphysique)


Marcel Arland
  • Le corps est un des noms de l'âme, et non pas le plus indécent. (Où le coeur se partage)
  • Je n'ai jamais aimé une femme qu'autant qu'elle me paraissait un miracle. (Carnets de Gilbert)
  • Il faut juger un homme à son enfer. (Carnets de Gilbert)
  • Ma sympathie tend toujours vers la révolte, de quelque parti qu'elle s'élève. (Étapes)
  • Il n'est point de création puissante qui ne se nourrisse de quelque monstruosité. (Chronique de la peinture moderne)
  • Il faut juger un homme à son enfer. (Carnets de Gilbert)
  • Le mensonge n'est pas haïssable en lui-même, mais parce qu'on finit par y croire. (La Route obscure)


Hans Arp
  • J'aime les calculs faux, car ils donnent des résultats plus justes. (Jours effeuillés)
  • Si quelqu'un a des oreilles, qu'il voie, si quelqu'un a des yeux, qu'il entende. (Jours effeuillés)


Saint Augustin
  • La mesure de l'amour, c'est d'aimer sans mesure. (Sermons)


Marcel Aymé
  • Nos bonnes actions sont souvent plus troubles que nos péchés. (Vogue la galère)
  • Les riches d'aujourd'hui, c'est comme les fromages trop faits, ça ne sait plus garder les distances. (Travelingue)
  • Être heureux, ce n'est pas bon signe, c'est que le malheur a manqué le coche, il arrivera par le suivant. (En arrière)
  • Quand Paris se sent morveux, c'est la France tout entière qui se mouche. (Silhouette du scandale)
  • La vie, ça finit toujours mal. (Les Oiseaux de lune)


Honoré de Balzac
  • L'admiration est toujours une fatigue pour l'espèce humaine. (Le Bal de Sceaux)
  • Les gens qui aiment ne doutent de rien, ou doutent de tout. (Une ténébreuse affaire)
  • La bêtise a deux manières d'être : elle se tait ou elle parle. La bêtise muette est supportable. (Pierrette)
  • Les lois sont des toiles d'araignées à travers lesquelles passent les grosses mouches et où restent les petites. (La Maison Nucingen)
  • En se résignant, le malheureux consomme son malheur. (César Birotteau)


Jules Barbey d'Aurevilly
  • Sait-on bien juste à quel point il faut peu de talent pour réussir ?... (Disjecta membra)
  • C'est surtout ce qu'on ne comprend pas qu'on explique. (L'Ensorcelée)


Henri Barbusse
  • À l'ulcère du monde, il y a une grande cause générale : c'est l'asservissement au passé, le préjugé séculaire qui empêche de tout refaire proprement selon la raison et la morale. (L'Enfer)
  • Faut tuer la guerre dans le ventre de tous les pays. (Le Feu)
  • On ne peut pas plus regarder face à face la destinée que le soleil et pourtant elle est grise. (L'Enfer)


Charles Baudelaire
  • En matière d'art, j'avoue que je ne hais pas l'outrance ; la modération ne m'a jamais semblé le signe d'une nature artistique vigoureuse. (L'Art romantique)
  • Il y a des moments dans l'existence où le temps et l'étendue sont plus profonds, et le sentiment de l'existence intensément augmente. (Les Fleurs du Mal)
  • L'aurore grelottante en robe rose et verte. (Les Fleurs du Mal)
  • Les parfums, les couleurs et les sons se répondent. (Les Fleurs du Mal)


Hervé Bazin
  • Famille, je vous ai. (Ce que je crois)
  • Le meilleur préservatif, Madame, c'est la laideur. (Traits)
  • J'écris en me servant de mes observations, de mes souvenirs; quant à la philosophie, j'en use seulement à dose homéopathique. C'est d'ailleurs la dose la plus efficace. (Interview "les Nouvelles Littéraires", le 21 février 1957)


Simone de Beauvoir
  • Si je prétendais assumer à l'infini les conséquences de mes actes, je ne pourrais plus rien vouloir.
  • Dans toutes les larmes s'attarde un espoir. (Les Mandarins)
  • Une absurdité responsable d'elle-même, voilà ce que je suis. Le Sang des autres (Le Sang des autres)
  • Il me semblait que la terre n'aurait pas été habitable si je n'avais eu personne à admirer. (Mémoires d'une jeune fille rangée)
  • C'est dans l'Art que l'homme se dépasse définitivement lui-même. (Privilèges)
  • La parole ne représente parfois qu'une manière, plus adroite que le silence, de se taire. (La Force de l'âge)
  • L'écrivain original, tant qu'il n'est pas mort, est toujours scandaleux. (Le Deuxième Sexe)
  • Sans échec, pas de morale. (Pour une morale de l'ambiguïté)


Henri Becque
  • L'homme bien élevé vit chez sa maîtresse et meurt chez sa femme.


Guy Bedos
  • Aujourd'hui, je suis plus sûr de mes dégoûts que de mes goûts, que ce soit de droite ou de gauche.
  • Parmi les profs, certains sont licenciés, d'autres sont agrégés, mais il y en a qui devraient être renvoyés ! (Inconsolable et gai)


Henri Bergson
  • Il faut agir en homme de pensée et penser en homme d'action. (Écrits et paroles)
  • L'art vise à imprimer en nous des sentiments plutôt qu'à les exprimer. (Essai sur les données immédiates de la conscience)
  • L'idée de l'avenir est plus féconde que l'avenir lui-même. (Essai sur les données immédiates de la conscience)
  • Le rire châtie certains défauts à peu près comme la maladie châtie certains excès. (Le Rire)
  • Il n'y a pas de comique en dehors de ce qui est proprement humain. (Le Rire)
  • Nous devons entendre par esprit une réalité qui est capable de tirer d'elle-même plus qu'elle ne contient. (Écrits et paroles)
  • Instinct et intelligence représentent deux solutions divergentes, également élégantes, d'un seul et même problème. (L'Évolution créatrice)
  • L'intelligence est caractérisée par une incompréhension naturelle de la vie. (L'Évolution créatrice)


Hector Berlioz
  • Le temps est un grand maître, dit-on. Le malheur est qu'il tue ses élèves. (Almanach des Lettres françaises et étrangères)
  • Bach, c'est Bach, comme Dieu c'est Dieu. (Mémoires)
  • Ah ! quel talent je vais avoir demain. (Mémoires - "Procrastination")


Tristan Bernard (Paul, dit Tristan)
  • Il ne faut compter que sur soi-même. Et encore, pas beaucoup.
  • J'appartiens à ce peuple qu'on a souvent appelé élu... Élu ? Enfin, disons : en ballottage. (Propos)
  • Je suis un contemplateur fervent de l'effort d'autrui. (Contes, Répliques et Bons Mots)


Xavier Bichat
  • La vie est l'ensemble des fonctions qui résistent à la mort. (Recherches physiologiques sur la vie et la mort)


Maurice Blanchot
  • Lorsque tu affirmes, tu interroges encore. (L'Attente, l'Oubli)
  • L'art nous offre des énigmes, mais par bonheur aucun héros. (Le Livre à venir)
  • Tout art tire son origine d'un défaut exceptionnel. (Le Livre à venir)
  • La banalité est faite d'un mystère qui n'a pas jugé utile de se dénoncer. (Faux Pas)
  • La lecture est un bonheur qui demande plus d'innocence et de liberté que de considération. (Le Livre à venir)


Nicolas Boileau
  • Chaque âge a ses plaisirs, son esprit et ses moeurs. (L'Art poétique)
  • De Paris au Pérou, du Japon jusqu'à Rome,
    Le plus sot animal, à mon avis, c'est l'homme. (Satires)
  • Ainsi qu'en sots auteurs,
    Notre siècle est fertile en sots admirateurs. (L'Art poétique)
  • Soyez-vous à vous-même un sévère critique. (L'Art poétique)
  • Rien n'est beau que le vrai : le vrai seul est aimable. (Épîtres)
  • Qui ne sait se borner ne sut jamais écrire. (L'Art poétique)
  • J'appelle un chat un chat, et Rolet un fripon. (Satires)
  • L'Académie en corps a beau le censurer,
    Le public révolté s'obstine à l'admirer. (Satires)
  • Avant donc que d'écrire, apprenez à penser. (L'Art poétique)


Henri Bosco
  • Il arrive que les grandes décisions ne se prennent pas, mais se forment d'elles-mêmes. (Malicroix)


Bossuet (Jacques Bénigne)
  • [...] Il faut aller jusqu'à l'horreur quand on se connaît. (Lettre au maréchal de Bellefonds)
  • Ah ! que nous avons bien raison de dire que nous passons notre temps ! nous le passons véritablement, et nous passons avec lui. (Méditation sur la brièveté de la vie)
  • Dieu n'est pas un tout qui se partage. (Discours sur l'histoire universelle)
  • Où il n'y a point de maître, tout le monde est maître ; où tout le monde est maître, tout le monde est esclave. (Politique tirée des propres paroles de l'Écriture Sainte)


Paul Bourget
  • Le flirt, c'est l'aquarelle de l'amour. (Physiologie de l'amour moderne)
  • Il est rare qu'un homme soit lancé dans la bataille des idées sans vite devenir le comédien de ses premières sincérités. (Le Disciple)
  • Il faut vivre comme on pense, sinon tôt ou tard on finit par penser comme on a vécu. (Le Démon de midi)


Georges Braque
  • L'art est fait pour troubler. La science rassure. (Le Jour et la Nuit)
  • Il faut se contenter de découvrir, mais se garder d'expliquer. (Le Jour et la Nuit)
  • Il faut toujours avoir deux idées : l'une pour tuer l'autre. (Le Jour et la Nuit)
  • Où l'on fait appel au talent, c'est que l'imagination fait défaut. (Le Jour et la Nuit)
  • La vérité existe. On n'invente que le mensonge. (Le Jour et la Nuit)


André Breton
  • Deux mains qui se cherchent c'est assez pour le toit de demain. (Signe ascendant)
  • L'histoire tombe au-dehors comme la neige. (Avis aux lecteurs pour "La Femme 100 têtes" de Max Ernst)
  • Ce qu'on cache ne vaut ni plus ni moins que ce qu'on trouve. (Le Surréalisme et la Peinture)
  • C'est l'univers qui doit être interrogé tout d'abord sur l'homme et non l'homme sur l'univers. (Le Surréalisme et la Peinture)
  • Aucune règle n'existe, les exemples ne viennent qu'au secours des règles en peine d'exister. (Le Surréalisme et la Peinture)
  • L'homme, ce rêveur définitif... (Manifeste du surréalisme)
  • C'est vivre et cesser de vivre qui sont des solutions imaginaires. L'existence est ailleurs. (Manifeste du surréalisme)
  • Dites-vous bien que la littérature est un des plus tristes chemins qui mènent à tout. (Manifeste du surréalisme)
  • L'homme propose et dispose. Il ne tient qu'à lui de s'appartenir tout entier. (Manifeste du surréalisme)
  • Les dons les plus précieux de l'esprit ne résistent pas à la perte d'une parcelle d'honneur. (Manifeste du surréalisme)
  • Les confidences de fous, je passerais ma vie à les provoquer. Ce sont gens d'une honnêteté scrupuleuse, et dont l'innocence n'a d'égale que la mienne. (Manifeste du surréalisme)
  • En matière de révolte, aucun de nous ne doit avoir besoin d'ancêtres. (Second manifeste du surréalisme)
  • Il faut que l'homme passe, avec armes et bagages, du côté de l'homme.
    Prolégomènes
    à un troisième manifeste du Surréalisme ou non)
  • La poésie n'a de rôle à jouer qu'au-delà de la philosophie. (Les Pas perdus)


Anthelme Brillat-Savarin
  • Un dessert sans fromage est une belle à qui il manque un oeil. (Physiologie du goût)
  • La table est le seul endroit où l'on ne s'ennuie jamais pendant la première heure. (Physiologie du goût)
  • Les animaux se repaissent ; l'homme mange ; l'homme d'esprit seul sait manger. (Physiologie du goût)


Léon Brunschvicg
  • La caractéristique d'un chef-d'oeuvre est qu'il s'arrête à sa propre affirmation ; comme on dit communément, il est une impasse. (Le Progrès de la conscience dans la philosophie occidentale)


Seymour Brussel
  • Je suis parti à Lourdes avec ma femme... Il n'y pas eu de miracle, je suis revenu avec. (Citation tirée du "Bouquin des citations" de Claude Gagnière)


Catherin Bugnard
  • On fait toujours plaisir aux gens en leur rendant visite ; si c'est pas en arrivant, au moins c'est en partant.


Billie Burke
  • L'âge ne compte pas, à moins d'être un fromage.


Léo Campion
  • Il vaut mieux être cocu que ministre... ça dure plus longtemps et l'on n'est pas obligé d'assister aux séances. (Citation tirée du "Bouquin des citations" de Claude Gagnière)


Albert Camus
  • Je ne connais qu'un seul devoir, et c'est celui d'aimer. (Carnets)
  • Aller jusqu'au bout, ce n'est pas seulement résister, mais aussi se laisser aller.(Carnets)
  • Se donner n'a de sens que si l'on se possède. (Carnets)
  • Si l'homme échoue à concilier la justice et la liberté, alors il échoue à tout. (Carnets)
  • Oui, j'ai une patrie : la langue française. (Carnets)
  • Seule la vérité peut affronter l'injustice. La vérité, ou bien l'amour. (Requiem pour une nonne)
  • La vraie générosité envers l'avenir consiste à tout donner au présent. (L'Homme révolté)
  • Toute forme de mépris, si elle intervient en politique, prépare ou instaure le fascisme. (L'Homme révolté)
  • Ce n'est pas la souffrance de l'enfant qui est révoltante en elle-même, mais le fait que cette souffrance ne soit pas justifiée. (L'Homme révolté)
  • La révolte est une ascèse, quoique aveugle. Si le révolté blasphème alors, c'est dans l'espoir d'un nouveau Dieu. (L'Homme révolté)
  • La bêtise insiste toujours. (La Peste)
  • Il y a dans les hommes plus de choses à admirer que de choses à mépriser. (La Peste)
  • Il n'y a pas de honte à préférer le bonheur. (La Peste)
  • La joie est une brûlure qui ne se savoure pas. (La Peste)
  • L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile. (Lettres, à un ami allemand)
  • Le charme : une manière de s'entendre répondre "oui" sans avoir posé aucune question claire. (La Chute)
  • N'attendez pas le Jugement dernier. Il a lieu tous les jours. (La Chute)
  • Le plus haut des tourments humains est d'être jugé sans loi. (La Chute)
  • La vérité, comme la lumière, aveugle. Le mensonge, au contraire, est un beau crépuscule qui met chaque objet en valeur. (La Chute)
  • Imaginer Dieu sans les prisons. Quelle solitude ! (Les Justes)
  • Il n'y a qu'un problème philosophique vraiment sérieux : c'est le suicide. (Le Mythe de Sisyphe)
  • C'est qu'en vérité le chemin importe peu, la volonté d'arriver suffit à tout. (Le Mythe de Sisyphe)
  • L'absurde, c'est la raison lucide qui constate ses limites. (Le Mythe de Sisyphe)
  • La lutte elle-même vers les sommets suffit à remplir un cœur d'homme. Il faut imaginer Sisyphe heureux. (Le Mythe de Sisyphe)
  • Il n'est pas de destin qui ne se surmonte par le mépris.(Le Mythe de Sisyphe)
  • Il y a seulement de la malchance à n'être pas aimé : il y a du malheur à ne point aimer.(L'Été)
  • Je me révolte, donc je suis. (L'Été)
  • L'homme n'est pas entièrement coupable : il n'a pas commencé l'histoire ; ni tout à fait innocent, puisqu'il la continue. (L'Été)
  • Il faut mettre ses principes dans les grandes choses, aux petites la miséricorde suffit. (L'Envers et l'endroit)
  • Pour que tout soit consommé, pour que je me sente moins seul, il me restait à souhaiter qu'il y ait beaucoup de spectateurs le jour de mon exécution et qu'ils m'accueillent avec des cris de haine. (L'Étranger)
  • Quand il m'arrive quelque chose, je préfère être là. (L'Étranger)
  • Du moment qu'on meurt, comment et quand, cela n'importe pas, c'était évident. (L'Étranger)
  • Il n'était même pas sûr d'être en vie puisqu'il vivait comme un mort. (L'Étranger)

Vidéo : L'étranger d'Albert Camus, lu par Michael Lonsdale


Céline (Louis-Ferdinand)
  • L'âme, c'est la vanité et le plaisir du corps tant qu'il est bien portant. (Voyage au bout de la nuit)
  • On choisit parmi les rêves ceux qui vous réchauffent le mieux l'âme. (Voyage au bout de la nuit)
  • L'amour, c'est l'infini mis à la portée des caniches. (Voyage au bout de la nuit)
  • Faire confiance aux hommes c'est déjà se faire tuer un peu. (Voyage au bout de la nuit)
  • Il y a trop de choses à comprendre en même temps. (Voyage au bout de la nuit)
  • Quand on n'a pas d'imagination, mourir c'est peu de chose, quand on en a, mourir c'est trop. (Voyage au bout de la nuit)
  • On perd la plus grande partie de sa jeunesse à coups de maladresses. (Voyage au bout de la nuit)


Blaise Cendrars
  • C'est dans ce que les hommes ont de plus commun qu'ils se différencient le plus. (Aujourd'hui)


Miguel de Cervantès
  • On est toujours fils de ses oeuvres. (Don Quichotte)


Nicolas de Chamfort
  • La plus perdue de toutes les journées est celle où l'on n'a pas ri. (Maximes et pensées)
  • Il faut être juste avant d'être généreux, comme on a des chemises avant d'avoir des dentelles. (Maximes et pensées)
  • On croit communément que l'art de plaire est un grand moyen de faire fortune : savoir s'ennuyer est un art qui réussit bien davantage. (Maximes et pensées)
  • La fausse modestie est le plus décent de tous les mensonges. (Maximes et pensées)


René Char
  • Il faut être l'homme de la pluie et l'enfant du beau temps. (Le Marteau sans maître)
  • Le fruit est aveugle. C'est l'arbre qui voit (Feuillets d'Hypnos)
  • La perte du croyant, c'est de rencontrer son église. (À une sérénité crispée)
  • L'eau est lourde à un jour de la source. (Seuls demeurent)
  • Prend-on la vie autrement que par les épines ? (Retour amont)
  • L'éternité n'est guère plus longue que la vie. (Feuillets d'Hypnos)
  • La terre qui reçoit la graine est triste. La graine qui va tant risquer est heureuse. (La Parole en archipel)
  • On ne fait pas un lit aux larmes comme à un visiteur de passage. (Feuillets d'Hypnos)
  • Imite le moins possible les hommes dans leur énigmatique maladie de faire des noeuds. (Les Matinaux)


François René de Chateaubriand
  • Tous mes jours sont des adieux. (Mémoires d'outre-tombe)
  • On compte ses aïeux lorsqu'on ne compte plus. (Vie de Rancé)
  • Les biens de la terre ne font que creuser l'âme et en augmenter le vide. (Le Génie du christianisme)
  • L'amitié ? Elle disparaît quand celui qui est aimé tombe dans le malheur, ou quand celui qui aime devient puissant. (Vie de Rancé)
  • Je suis vertueux sans plaisir ; si j'étais criminel, je le serais sans remords. (Les Natchez)
  • On n'apprend pas à mourir en tuant les autres. (Mémoires d'outre-tombe)
  • Plus le visage est sérieux, plus le sourire est beau. (Mémoires d'outre-tombe)


Émile Michel Cioran
  • La malhonnêteté d'un penseur se reconnaît à la somme d'idées précises qu'il avance. (Syllogismes de l'amertume)
  • Il est aisé d'être "profond" : on n'a qu'à se laisser submerger par ses propres tares. (Syllogismes de l'amertume)
  • L'art d'aimer ? C'est savoir joindre à un tempérament de vampire la discrétion d'une anémone. (Syllogismes de l'amertume)
  • Espérer, c'est démentir l'avenir. (Syllogismes de l'amertume)
  • La musique est le refuge des âmes ulcérées par le bonheur. (Syllogismes de l'amertume)
  • Être moderne, c'est bricoler dans l'Incurable. (Syllogismes de l'amertume)
  • Rien ne dessèche tant un esprit que sa répugnance à concevoir des idées obscures. (Syllogismes de l'amertume)
  • Nous sommes tous des farceurs : nous survivons à nos problèmes. (Syllogismes de l'amertume)
  • Tout problème profane un mystère ; à son tour, le problème est profané par sa solution. (Syllogismes de l'amertume)
  • Nul ne peut veiller sur sa solitude, s'il ne sait se rendre odieux. (Syllogismes de l'amertume)


Paul Claudel
  • L'eau ainsi est le regard de la terre, son appareil à regarder le temps. (L'Oiseau noir dans le soleil levant)
  • L'ordre est le plaisir de la raison : mais le désordre est le délice de l'imagination.
  • Ne vous vengez pas d'une femme. Le temps s'en charge pour vous.
  • La femme sera toujours le danger de tous les paradis.
  • Quand l'homme essaie d'imaginer le Paradis sur terre, ça fait tout de suite un enfer très convenable.


Georges Clemenceau
  • L'homme absurde est celui qui ne change jamais. (Discours de guerre)
  • Ce que nous dénommons vérité n'est qu'une élimination d'erreurs. (Aux embuscades de la vie)
  • Il est plus facile de faire la guerre que la paix. (Discours de paix)
  • La guerre ! c'est une chose trop grave pour la confier à des militaires. (Cité par Suarez dans "Soixante Années d'histoire française : Clemenceau")
  • La métaphysique est en l'air.
    Nous ne pouvons que l'y laisser. (Au soir de la pensée)


François Coppée
  • Songe aux têtes de mort qui se ressemblent toutes. (Les Récits et les Élégies)
  • Est-ce que les oiseaux se cachent pour mourir ? (Promenades et Intérieurs)


Jean-Baptiste Camille Corot
  • Le tout, c'est d'avoir du génie à vingt ans et du talent à quatre-vingts. (Cité par Marguerite Matisse, les Nouvelles Littéraires, n° 2222, 23 avril 1970.)


Boris Cyrulnik
  • Un enfant n'a jamais les parents dont il rêve. Seuls les enfants sans parents ont des parents de rêve. (Les nourritures affectives)
  • La résilience, c'est l'art de naviguer dans les torrents. (Le Monde de l'éducation, mai 2001)
  • L'amour est une surprise qui nous arrache à l'insipide, l'attachement est un lien qui se tisse au quotidien. (Le Monde de l'éducation, mai 2001)
  • On peut très bien ne pas vivre sans être mort. (Contact, l'encyclopédie de la création)


Salvador Dali
  • Le moins que l'on puisse demander à une sculpture, c'est qu'elle ne bouge pas. (Les Cocus du vieil art moderne)


Alighieri Dante
  • Vous qui entrez, laissez toute espérance. (La Divine Commedie)
  • Il n'est plus grand douleur que de se remembrer les jours heureux dans la misère. (Divina Commedia, L'Inferno, V)


Georges Jacques Danton
  • Est-ce qu'on emporte la patrie à la semelle de ses souliers ? (Llors de l'invasion d'août 1792)
  • De l'audace, encore de l'audace et toujours de l'audace ! (Mars 1794, Danton n'écoute pas ceux qui lui conseillent de fuir)


Frédéric Dard
  • C'est au moment de payer ses impôts qu'on s'aperçoit qu'on n'a pas les moyens de s'offrir l'argent que l'on gagne. (Les pensées de San-Antonio, Frédéric Dard)
  • Être est plus indispensable qu'avoir. Le rêve, c'est d'avoir de quoi être. (Les pensées de San-Antonio, Frédéric Dard)
  • La poubelle est le meilleur des accessoires de rangement. (Les pensées de San-Antonio, Frédéric Dard)
  • Mon Dieu, je vous en supplie, qui que vous soyez, soyez ! (Les pensées de San-Antonio, Frédéric Dard)
  • Selon les sondages, les Français consomment cinquante-huit rouleaux annuels de papier hygiénique par tête. Qu'est-ce qu'ils entendent par tête ? (Les pensées de San-Antonio, Frédéric Dard)
  • Traiter son prochain de con n'est pas un outrage, mais un diagnostic. (Les pensées de San-Antonio, Frédéric Dard)
  • Si tu es athée c'est que tu es de mauvaise foi. (Les pensées de San-Antonio, Frédéric Dard)


Alphonse Daudet
  • La haine, c'est la colère des faibles ! (Lettres de mon moulin)
  • Le jour, c'est la vie des êtres, mais la nuit, c'est la vie des choses. (Lettres de mon moulin)
  • Il y a deux Midi. Le Midi bourgeois, le Midi paysan. L'un est comique, l'autre est splendide. (Les Carnets inédits)
  • Où serait le mérite, si les héros n'avaient jamais peur ? (Tartarin de Tarascon)


Eugène Delacroix
  • Le secret de n'avoir pas d'ennuis, pour moi du moins, c'est d'avoir des idées. (Journal)
  • Point de règles pour les grandes âmes : elles sont pour les gens qui n'ont que le talent qu'on acquiert. (Journal)
  • L'homme est un animal sociable qui déteste ses semblables. (Journal)
  • L'exécution, dans la peinture, doit toujours tenir de l'improvisation. (Journal)
  • La matière retombe toujours dans la tristesse. (Oeuvres littéraires)


(Daniel) Defoe
  • La vraie grandeur consiste à être maître de soi-même. (Robinson Crusoe)
  • L'oisiveté est la lie de l'existence. (Robinson Crusoe)
  • Tous les hommes seraient des tyrans s'ils le pouvaient. (Robinson Crusoe)


Charles Dickens
  • La difficulté d'écrire l'anglais m'est extrêmement ennuyeuse. Ah, mon Dieu ! si l'on pouvait toujours écrire cette belle langue de France ! (Lettre à John Foster, 7 juillet 1850)
  • Les plus jolies choses du monde, Tom, ne sont que des ombres. (Martin Chuzzlewit)


René Descartes
  • La philosophie que je cultive n'est pas si barbare ni si farouche qu'elle rejette l'usage des passions ; au contraire, c'est en lui seul que je mets toute la douceur et la félicité de cette vie.
  • C'est proprement ne valoir rien que de n'être utile à personne. (Discours de la méthode)
  • Je suis comme un milieu entre Dieu et le néant. (Méditations)
  • Ce n'est pas assez d'avoir l'esprit bon, mais le principal est de l'appliquer bien. (Discours de la méthode)
  • La cause la plus ordinaire de la fièvre lente est la tristesse. (Correspondance)


Diderot
  • Oh ! que ce monde-ci serait une bonne comédie si l'on n'y faisait pas un rôle. (Lettres, à Sophie Volland)
  • Se faire tuer ne prouve rien ; sinon qu'on n'est pas le plus fort. Nouvelles Pensées philosophiques
  • S'il importe d'être sublime en quelque genre, c'est surtout en mal. (Le Neveu de Rameau)
  • Il y a longtemps que le rôle de sage est dangereux parmi les fous. (Jacques le fataliste)
  • Je ne sais ce que c'est que des principes, sinon des règles qu'on prescrit aux autres pour soi. (Jacques le fataliste)
  • Il n'y a plus de patrie ; je ne vois d'un pôle à l'autre que des tyrans et des esclaves. (Le Neveu de Rameau)


Fedor Mikhaïlovitch Dostoïevski
  • L'amour abstrait de l'humanité est presque toujours de l'égoïsme. (L'Idiot)
  • L'homme est malheureux parce qu'il ne sait pas qu'il est heureux. (Les Possédés)
  • L'homme n'a inventé Dieu qu'afin de pouvoir vivre sans se tuer. (Les Possédés)
  • Je préfère être avec le Christ plutôt qu'avec la vérité. (Les Possédés)
  • Ce n'est pas en enfermant ton prochain dans une maison de santé que tu prouveras ta raison. (Bobok)
  • Tous les hommes veulent la mort de leur père. (Les Frères Karamazov)
  • Ce n'est pas Dieu que je n'accepte pas, je n'accepte pas le monde qu'Il a créé. (Les Frères Karamazov)
  • Si le juge était juste, peut-être le criminel ne serait-il pas coupable. (Les Frères Karamazov)
  • Si Dieu n'existe pas, tout est permis. (Les Frères Karamazov)
  • Le criminel, au moment où il accomplit son crime, est toujours un malade. (Crime et Châtiment)
  • Mais alors, que deviendra l'homme, sans Dieu et sans immortalité ? Tout est permis, par conséquent, tout est licite ? (Dmitri Karamazov à Rakitine, Les Frères Karamazov, XI,IV: L'hymne et le secret)
  • Je dois te faire un aveu, commença Ivan. Je n'ai jamais pu comprendre comment on peut aimer son prochain. C'est précisément le prochain qu'il est impossible d'aimer, peut-être seulement le lointain. (Ivan Karamazov à Aliochka, Les Frères Karamazov; V,IV: La rébellion)
  • Je triompherai de toute ma douleur juste pour pouvoir dire "je suis". (Dmitri Fiodorovitch Karamazov, accusé de parricide, Les Frères Karamazov)
  • La beauté est une énigme. (prince Mychkine, L'Idiot)


Jean Dubuffet
  • L'art est un département des aberrations. (Prospectus et tous Écrits suivants)
  • Danser est le fin mot de vivre et c'est par danser aussi soi-même qu'on peut seulement connaître quoi que ce soit : il faut s'approcher en dansant. (Prospectus et tous Écrits suivants)
  • Le désespoir est une bonne chose mais il le faut entrelardé [de joie]. (Prospectus et tous Écrits suivants)
  • On ne se méfie pas qu'une chose, quand on la nomme, ça la roussit comme un coup de soleil. (Prospectus et tous Écrits suivants)
  • À nu ; toutes choses mises d'abord au pire. (Prospectus et tous Écrits suivants)


Georges Duhamel
  • Chaque civilisation a les ordures qu'elle mérite. Querelles de famille
  • Le cul voudrait arriver avant la tête, mais la tête ne veut quand même pas. Le Désert de Bièvres
  • Si j'étais Dieu, je ne souffrirais pas les arrivistes du Ciel. Cécile parmi nous
  • Le passant qui vous arrête et qui vous demande du feu, laissez-le seulement parler : au bout de dix minutes, il vous demandera Dieu. Défense des lettres
  • Il arrive que l'erreur se trompe. Défense des lettres
  • L'État est gouverné par le rebut de toutes les carrières honorables. Les Maîtres
  • Dans un monde aussi incohérent, l'existence de Dieu ne serait pas une chose plus folle que la non-existence de Dieu. Le Désert de Bièvres


Alexandre Dumas
  • Les affaires [...], c'est l'argent des autres. (La Question d'argent)
  • L'argent [...] est un bon serviteur et un mauvais maître. (Préface de la Dame aux camélias)
  • Si Dieu pouvait tout à coup être condamné à vivre de la vie qu'il inflige à l'homme, il se tuerait. (Pensée d'album)
  • - Il n'y a pas d'honnêtes femmes, alors ?
    - Si ! plus qu'on ne le croit, mais pas tant qu'on le dit. (L'Ami des femmes)
  • En général, je ne commence un livre que lorsqu'il est écrit. (Propos d'art et de cuisine)
  • Oui ! morte ! Elle me résistait... je l'ai assassinée !... (Antony)


Jean Dutourd
  • La jeunesse a une patience infinie, et d'autant plus méritoire que le temps, pour elle, se traîne avec une lenteur désespérante.
  • Une dupe, c'est un homme trompé, bien sûr, mais non pas tant trompé par les autres que par lui-même. Les Dupes
  • On ne comprend guère le mot jeunesse avant trente ans. (L'Âme sensible)
  • En art comme ailleurs, il faut vivre au-dessus de ses moyens. (Le Fond et la forme)


Renata Ebenstein
  • On ne serait pas mal en Enfer, tout compte fait, quand on n'a pas peur du noir et qu'on ne craint pas la chaleur, mais ce qui est terrible, c'est l'absence de Dieu. (Contes Bibliques,
    Les mémoires d'un ange
    )


Paul Eluard (Eugène Grindel)
  • L'amour choisit l'amour sans changer de visage. (L'Amour la poésie)
  • Mieux vaut mourir d'amour que d'aimer sans regrets. (152 Proverbes mis au goût du jour)
  • Un rêve sans étoiles est un rêve oublié. (152 Proverbes mis au goût du jour)
  • Voici demain qui règne aujourd'hui sur la terre. (Une leçon de morale)
  • Il n'y a qu'une vie c'est donc qu'elle est parfaite. (Une leçon de morale)
  • Nous avons inventé autrui
    Comme autrui nous a inventé
    Nous avions besoin l'un de l'autre. (Le Visage de la paix)
  • L'homme n'est pas vieux comme le monde, il ne porte que son avenir. (Première Anthologie vivante de la poésie du passé)
  • Le passé est un oeuf cassé, l'avenir est un oeuf couvé. (Les Sentiers et les routes de la poésie)
  • Nous n'irons pas au but un par un mais par deux. (Le temps déborde)
  • Il faut prendre à César tout ce qui ne lui appartient pas. (Notes sur la poésie)
  • Les multiples erreurs donnent la main aux crimes. (Dédicace sur Poèmes pour la paix, à André Breton)
  • Il n'y a pas d'enthousiasme sans sagesse, ni de sagesse sans générosité. (Picasso, dessins)
  • L'espoir ne fait pas de poussière. (Poésie ininterrompue)
  • Sur mes cahiers d'écolier
    Sur mon pupitre et les arbres
    Sur le sable sur la neige
    J'écris ton nom
    espace Sur toutes les pages lues
    Sur toutes les pages blanches
    Pierre sang papier ou cendre
    J'écris ton nom
    [...]
    espace Et par le pouvoir d'un mot
    Je recommence ma vie
    Je suis né pour te connaître
    Pour te nommer
    espace Liberté. (Poésie et vérité 1942 - recueil clandestin)


Épicure
  • Il faut donc consacrer ses soins à ce qui produit le bonheur, tant il est vrai que, lorsqu'il est présent, nous avons tout, et que, lorsqu'il est absent, nous faisons tout pour l'avoir. (Lettre à Ménécée)
  • Quand on est jeune, il ne faut pas hésiter à s'adonner à la philosophie, et quand est vieux, il ne faut se lasser d'en poursuivre l'étude. Car personne ne peut soutenir qu'il est trop jeune ou trop vieux pour acquérir la santé de l'âme. (Lettre à Ménécée)
  • A tous les désirs, il faut appliquer cette question : que m'arrivera-t-il si est accompli ce qui est recherché conformément à mon désir, et quoi si ce n'est pas accompli ? Sentences vaticanes)
  • Rien n'est suffisant pour celui pour qui le suffisant est peu. (Lettre à Ménécée)

Marc Escayrol
  • La montre molle est une invention de
    Salvador Dali
    , particulièrement adaptée aux horaires souples et aux journées élastiques, mais inutilisable quand les temps sont durs. (Mots et grumots)
  • Un banquier est un professionnel de la finance auquel on prête souvent un air emprunté. (Mots et grumots)
  • Je connaîs un analphabète qui est mort après avoir cherché toute sa vie l'amour avec un grand H. (Mots et grumots)
  • On peut dire de quelqu'un qui vient de prendre une veste qu'il s'est fait saper le moral. (Mots et grumots)
  • Si un décorateur vous propose des rideaux vert empire, exigez les mêmes en mieux. (Mots et grumots)
  • Tueur à gages, c'est un métier comme un autre; tous les jours, on pointe, la seule différence, c'est qu'après, on tire. (Mots et grumots)
  • Un jardinier est un individu doté d'une sensibilité à fleur de pot. (Mots et grumots)
  • Une femme qui veut que son mari lui achète une robe dernier cri aura toujours le dernier mot. (Mots et grumots)
  • Un a posteriori est un a priori favorable d'un homme envers une femme qui a un beau postérieur. (Mots et grumots)
  • Un homme plein de vices finit un jour ou l'autre sous écrou. (Mots et grumots)
  • Dans un régime fasciste, on n'apprend pas "je suis, tu es" mais "je hais, tu suis". (Mots et grumots)
  • Mieux vaut habiter une maison en L qu'un château hanté. (Mots et grumots)
  • Un homosexuel est un homme qui a souvent des états dame. (Mots et grumots)
  • La femme d'un magnétiseur est forcément heureuse car elle a un mari aimant. (Mots et grumots)
  • La cour de cassation est dénommée ainsi car elle représente le dernier espoir pour un condamné de pouvoir se casser. (Mots et grumots)


Merci à P. Plisserand pour sa contribution.


Eschyle
  • Il est peu d'hommes enclins à rendre hommage, sans quelques mouvements d'envie, au succès d'un ami. (Agamemnon)
  • La violence a coutume d'engendrer la violence. (Agamemnon)
  • Quand un mortel s'emploie à sa perte, les dieux viennent l'y aider. (Les Perses)
  • Il est aisé à qui n'a pas le pied en pleine misère de conseiller, de tancer le malheureux. (Prométhée enchaîné)


Érasme
  • La Fortune aime les gens peu sensés ; elle aime les audacieux et ceux qui ne craignent pas de dire : "Le sort en est jeté." La sagesse, au contraire, rend timide. (L'Éloge de la folie, LXI)
  • "Nulli concedo" ("Je ne fais de concessions à personne") (Sa devise)


Ésope
  • Quand on a besoin des bras, les secours en paroles ne servent de rien. (Fables, la Vipère et l'Hydre)
  • Les démagogues font d'autant mieux leurs affaires qu'ils ont jeté leur pays dans la discorde. (Fables, le Pêcheur qui bat l'eau)


Euripide
  • L'homme supérieur est celui qui reste toujours fidèle à l'espérance ; ne point persévérer est d'un lâche. (Héraclès)
  • Le temps ne s'occupe pas de réaliser nos espérances ; il fait son oeuvre et s'envole. (Héraclès)

trait

Jean Henri Fabre
  • L'égalité, la seule égalité en ce monde, l'égalité devant l'asticot. (Souvenirs entomologiques)
  • L'homme succombera tué par l'excès de ce qu'il appelle la civilisation. (Souvenirs entomologiques)
  • Tout finit afin que tout recommence, tout meurt afin que tout vive. (Souvenirs entomologiques)
  • Les ruines elles-mêmes doivent périr. (Souvenirs entomologiques)


Léon-Paul Fargue
  • Le métier de croque-mort n'a aucun avenir. Les clients ne sont pas fidèles.


Fernandel
  • Le pastis, c'est comme les seins. Un c'est pas assez, et trois c'est trop.
  • (Fernandel à propos de son personnage de don Camillo) Si je l'ai aimé ? Pensez donc ! J'avais Dieu comme partenaire.


Georges Feydeau
  • Comment veux-tu que je te comprenne !... Tu me parles à contre-jour. (Le Dindon)
  • Les maris des femmes qui nous plaisent sont toujours des imbéciles ! (Le Dindon)
  • Quel est l'idiot contrariant qui a fichu Paris de ce côté-ci du globe ? (Occupe-toi d'Amélie)
  • L'argent ne fait pas le bonheur. C'est même à se demander pourquoi les riches y tiennent tant.


W.C. Fields
  • Si je bois, c'est pour rendre les autres intéressants.


Gustave Flaubert
  • La conversation de Charles était plate comme un trottoir de rue, et les idées de tout le monde y défilaient dans leur costume ordinaire... (Madame Bovary)
  • Il ne faut pas toucher aux idoles : la dorure en reste aux mains. (Madame Bovary)
  • Il faut être assez fort pour se griser avec un verre d'eau et résister à une bouteille de rhum. (Carnets)
  • Le crétin diffère moins de l'homme ordinaire que celui-ci ne diffère de l'homme de génie. (Carnets)
  • L'excès est une preuve d'idéalité : aller au-delà du besoin. (Carnets)
  • Ne pouvoir se passer de Paris, marque de bêtise ; ne plus l'aimer, signe de décadence. (Carnets)
  • On fait de la critique quand on ne peut pas faire de l'art, de même qu'on se met mouchard quand on ne peut pas être soldat. (Correspondance, à Louis Bouilhet)
  • La bêtise consiste à vouloir conclure. (Correspondance, à Louis Bouilhet)
  • Le bonheur est comme la vérole : pris trop tôt, il peut gâter complètement la constitution. (Correspondance, à Louis Bouilhet)
  • Plus une idée est belle, plus la phrase est sonore. (Correspondance, à Mlle Leroyer de Chantepie)
  • Police : A toujours tort. (Dictionnaire des idées reçues)
  • Rien n'est humiliant comme de voir les sots réussir dans les entreprises où l'on échoue. (L'Éducation sentimentale)
  • La censure, quelle qu'elle soit, me paraît une monstruosité, une chose pire que l'homicide ; l'attentat contre la pensée est un crime de lèse-âme. La mort de Socrate pèse encore sur le genre humain. (Correspondance, à Louis Bouilhet)


Bernard Le Bovier de Fontenelle
  • Ne prenez pas la vie au sérieux, de toute façon, vous n'en sortirez pas vivant.
  • On est rarement maître de se faire aimer, on l'est toujours de se faire estimer. (Entretiens sur la pluralité des mondes)
  • Un grand obstacle au bonheur, c'est de s'attendre à un trop grand bonheur. (Du bonheur)
  • Le coeur est la source de toutes les erreurs dont nous avons besoin. (Dialogues des morts)
  • Nous ne sommes parfaits sur rien, non pas même sur le mal. (Réflexions sur la poétique)


Eugène Fromentin
  • Je me suis mis d'accord avec moi-même, ce qui est bien la plus grande victoire que nous puissions remporter sur l'impossible. (Dominique)


Théophile Gautier
  • En général dès qu'une chose devient utile, elle cesse d'être belle. (Poésies complètes)
  • Une femme qui est belle a toujours de l'esprit ; elle a l'esprit d'être belle, et je ne sais pas lequel vaut celui-là. (Mademoiselle de Maupin)


Federico García Lorca
  • Je ne suis ni un homme, ni un poète, ni une feuille,
    mais un pouls blessé qui pressent l'au-delà. (El poeta en Nueva York)
  • Toutes les choses ont leur mystère, et la poésie, c'est le mystère de toutes les choses. (Al habla con F. García Lorca)
  • La terre est le probable paradis perdu. (Mar, Versos finales)
  • L'optimisme est propre aux âmes qui n'ont qu'une seule dimension. (Diálogos de un caricaturista salvaje)


Charles De Gaulle
  • Il n'y a de réussite qu'à partir de la vérité.
  • Si les policiers n'étaient pas bêtes, ils ne seraient pas des policiers.
  • La gloire se donne seulement à ceux qui l'ont toujours rêvée. (Vers l'armée de métier)
  • En général, les gens intelligents ne sont pas courageux et les gens courageux ne sont pas intelligents.
  • La véritable école du Commandement est la culture générale.
  • Je ne vais pas mal. Mais rassurez-vous : un jour, je ne manquerai pas de mourir.
  • Recevoir un grand nombre de journalistes est un plaisir. Un petit nombre, un ennui. Mais un seul d'entre eux est un vrai supplice.
  • La plus grande dévotion ne saurait empêcher que les affaires soient les affaires. (Mémoires de guerre)
  • La politique et la stratégie de la guerre ne sont qu'une perpétuelle concurrence entre le bon sens et l'erreur.
  • Comment voulez-vous gouverner un pays où il existe 258 variétés de fromages ?
  • La vie n'est pas le travail : travailler sans cesse rend fou. (Propos recueillis par Malraux dans "Les chênes qu'on abat")


Paul Geraldy
  • L'amour, c'est l'effort que fait l'homme pour se contenter d'une seule femme.


André Gide
  • Toutes choses sont dites déjà ; mais comme personne n'écoute, il faut toujours recommencer. (Traité du Narcisse)
  • Ma propre position dans le ciel par rapport au soleil ne doit pas me faire trouver l'aurore moins belle. (Ainsi soit-il)
  • Quand un philosophe vous répond, on ne comprend même plus ce qu'on lui avait demandé. (Paludes)
  • On a dit que je cours après ma jeunesse. Il est vrai. Et pas seulement après la mienne
  • Famille, je vous hais (Nourritures terrestres)
  • Je te le dis en vérité, Nathanael, chaque désir m'a plus enrichi que la possession toujours fausse de l'objet même de mon désir. (Les Nourritures terrestres)


Jean Giono
  • Homme plus libre que la liberté des fumées, si seulement tu comprenais ta grande liberté. (Le Serpent d'étoiles)
  • Le poète doit être un professeur d'espérance. (L'Eau vive)
  • Est-ce que je me trompe [...] si je me crois plus grand quand j'agis seul ? (Le Hussard sur le toit)
  • La jeunesse, c'est la passion pour l'inutile. (Triomphe de la vie)
  • Quand les mystères sont très malins, ils se cachent dans la lumière. (Ennemonde)
  • La mort attrape d'abord ceux qui courent. (L'Iris de Suse)
  • La première vertu révolutionnaire, c'est l'art de faire foutre les autres au garde-à-vous. (Le Hussard sur le toit)


Julien Gracq
  • Tant de mains pour transformer ce monde, et si peu de regards pour le contempler ! (Lettrines)
  • Notre idée de l'immortalité, ce n'est guère que la permission pour quelques-uns de continuer à vieillir un peu une fois morts. (Préférences)
  • À propos de
    Honoré de Balzac
    :
    Il y a des stylistes en gros et en détail : Balzac est un styliste en gros. (Lettrines)
  • Quand on légifère dans la littérature, il faut avoir au moins la courtoisie et la prudence de dire aux oeuvres «Après vous...». (Lettrines)


Julien Green
  • Saint Augustin était d'avis que la propreté était une demi-vertu, mais j'ai toujours pensé qu'il se trompait de moitié. (Journal)


Grégoire de Nysse
  • Ainsi celui qui monte ne s'arrête jamais d'aller de commencement en commencement par des commencements qui n'ont jamais de fin. (Homélies sur l'Ecclésiaste


Aleksandr Sergueïevitch Griboïedov
  • Ô mon Dieu, comme il est difficile d'être le père d'une jeune fille. (Le Malheur d'avoir trop d'esprit)
  • Ce que nous avons le plus à redouter, c'est la colère des maîtres et aussi leur affection. (Le Malheur d'avoir trop d'esprit)


Louis Guilloux
  • Tous les hommes mentent et savent qu'ils mentent. La vérité, c'est leur poison. (Journal)
  • L'homme n'était pas nécessaire. (Le Sang noir)


Friedric Hegel
  • La contradiction est la racine de tout mouvement et de toute manifestation vitale. (Science de la logique)


Heinrich Heine
  • En fait de vertu, la laideur, c'est déjà la moitié du chemin. (Pensées)


Helvétius Claude Adrien
  • Il y a des gens qu'il faut étourdir pour les persuader. (Notes, maximes et pensées)
  • L'art du politique est de faire en sorte qu'il soit de l'intérêt de chacun d'être vertueux. (Notes, maximes et pensées)
  • Rien n'est plus dangereux que les passions dont la raison conduit l'emportement. (Notes, maximes et pensées)


José Maria de Heredia
  • Pour l'artiste scrupuleux, l'oeuvre réalisée, quelle qu'en puisse être la valeur, n'est jamais que la scorie de son rêve. (les Lettres et les Arts - 1886)


Édouard Herriot
  • Il y a, pour les écrivains français, une qualité plus belle que la couleur : la lumière. (Créer)


Hésiode
  • Ne mens pas pour le plaisir de parler. (Les Travaux et les Jours)
  • Ne fais pas de mauvais gain :
    Mauvais gain vaut désastre. (Les Travaux et les Jours)
  • La route [qui mène à la misère] est plane et elle est là tout près. (Les Travaux et les Jours)


Benny Hill
  • J'attends une vraie bonne occasion d'offrir des fleurs à ma femme. Son enterrement par exemple...


Thomas Hobbes
  • Le privilège de l'absurdité est réservé à la seule créature humaine. (Leviathan)
  • Ceux qui approuvent une opinion l'appellent opinion ; mais ceux qui la désapprouvent l'appellent hérésie. (Leviathan)
  • L'oisiveté est la mère de la philosophie. (Leviathan)


Homère
  • C'est l'idée qui fait le bon bûcheron, ce n'est pas la force. (L'Iliade)
  • Avoir trop de chefs ne vaut rien : qu'un seul soit chef, qu'un seul soit roi. (L'Iliade)
  • Le plus sot s'instruit par l'événement. (L'Iliade)
  • Au chaume on reconnaît l'épi. (L'Odyssée)
  • Car les chemins du jour côtoient ceux de la nuit. (L'Odyssée)
  • Avoir trop de chefs ne vaut rien : qu'un seul soit chef, qu'un seul soit roi. (L'Iliade)
  • Aujourd'hui, il n'est rien de sacré pour les femmes. (L'Odyssée)


Victor Hugo
  • Une femme qui a un amant est un ange, une femme qui a deux amants est un monstre, une femme qui a trois amants est une femme. (Tas de pierres)
  • Il y a des gens qui vous laissent tomber un pot de fleurs sur la tête d'un cinquième étage et qui vous disent : Je vous offre des roses. (Tas de pierres)
  • Ami est quelquefois un mot vide de sens, ennemi, jamais. (Tas de pierres)
  • La moitié d'un ami, c'est la moitié d'un traître. (La Légende des siècles)
  • Beaucoup d'amis sont comme le cadran solaire : ils ne marquent que les heures où le soleil vous luit.
  • Le théâtre doit faire de la pensée le pain de la foule. (Les Burgraves)
  • La musique, c'est du bruit qui pense. (Fragments)
  • L'Europe ne peut être tranquille tant que la France n'est pas contente.
  • L'enfer est tout entier dans ce mot : solitude. (La Fin de Satan)
  • Mieux vaudrait encore un enfer intelligent qu'un paradis bête. (Quatrevingt-Treize)


Henrik Ibsen
  • Chercher le bonheur dans cette vie, c'est là le véritable esprit de rébellion. (Les Revenants)
  • Ne vous servez donc pas de ce terme élevé d'idéal quand nous avons pour cela, dans le langage usuel, l'excellente expression de mensonge. (Le Canard sauvage)


Eugène Ionesco
  • Prenez un cercle, caressez-le, il deviendra vicieux ! (La Cantatrice chauve)
  • Un médecin consciencieux doit mourir avec le malade s'ils ne peuvent pas guérir ensembles. (La Cantatrice chauve)
  • Les sons doivent être saisis au vol par les ailes pour qu'ils ne tombent pas dans les oreilles des sourds. (La leçon)
  • Seul l'éphémère dure.
  • Il y a des appartements où les meubles poussent mal.
  • Vouloir être de son temps, c'est être déjà dépassé. (Notes et Contre-notes)
  • L'oeuvre d'art n'est pas le reflet, l'image du monde ; mais elle est à l'image du monde. (Notes et Contre-notes)
  • Les résistants hésitent. Les hésitants résistent. (Notes et Contre-notes)
  • Penser contre son temps, c'est de l'héroïsme. Mais le dire, c'est de la folie. (Tueur sans gages)
  • Il y a des choses qui viennent à l'esprit même de ceux qui n'en ont pas. (Rhinocéros)
  • Tous les chats sont mortels. Socrate est mortel. Donc Socrate est un chat. (Rhinocéros)
  • Peut-on savoir où s'arrête le normal, où commence l'anormal ? Vous pouvez définir ces notions, vous, normalité, anormalité ? Philosophiquement et médicalement, personne n'a pu résoudre le problème. (Rhinocéros - Dudard)
  • Je suis fatigué, depuis des années fatigué. J'ai du mal à porter le poids de mon propre corps... (Rhinocéros)
  • Les morts sont plus nombreux que les vivants. Leur nombre augmente. Les vivants sont rares. (Rhinocéros)


Max Jacob
  • C'est au moment où l'on triche pour le beau que l'on est artiste. (Art poétique)
  • Brouillard, étoile d'araignée. (Le Cornet à dés)
  • Croient-ils donc qu'on ait des truffes dans le coeur ? (Le Cornet à dés)
  • [...] Une oeuvre sincère est celle qui est douée d'assez de force pour donner de la réalité à une illusion. (Art poétique)
  • Un incendie est une rose sur la queue ouverte d'un paon. (Le Cornet à dés)
  • Il était de ceux qui pensent avec le derrière de la tête. (Le Cornet à dés)


Vladimir Jankélévitch
  • Si tout est permis, rien n'est permis. (L'ironie)
  • Quand on pense à quel point la mort est familière, et combien totale est notre ignorance, et qu'il n'y a jamais eu aucune fuite, on doit avouer que le secret est bien gardé ! (La mort)
  • Le mourant est dans la situation d'un homme qui sort de chez soi sans la clef et ne peut plus rentrer parce que la porte fermée ne s'ouvre que du dedans. (La mort)
  • Un secret qu'on est vraiment seul à détenir, un tel secret rendrait malades les plus robustes, et on peut même se demander s'il existe une conscience assez intrépide pour supporter ce tête-à-tête, sans en mourir.(L'Ironie)
  • Dieu est une sorte de rien abyssal, et pourtant la vérité ne s'abîme pas dans cet abîme, ni ne s'écroule dans ce précipice. (La mort)
  • Dieu n'est-il pas le poète suprême en tant qu'il improvise les mondes ? (La mort)
  • C'est en plein tintamarre qu'il faut prêter l'oreille au chuchotement imperceptible de Dieu. (Quelque part dans l'inachevé)
  • Dieu n'entre pas dans les détails ! Les détails, il les abandonne à la créature, pour que la demi-liberté de l'homme trouve à s'employer. (La Mort)
  • Si la mort n'est pensable ni avant, ni pendant, ni après, quand pourrons-nous la penser ? (La Mort)
  • L'homme détaché écrit le testament du bonheur le jour même de sa naissance. (L'ironie)
  • La violence : une force faible. (Le pur et l'impur)
  • L'urgent, c'est le pressant avenir immédiat, le futur en train de se faire au présent. (Le Monde - 10 Décembre 1971 )
  • La gaffe est l'administration massive, intempestive, et inopportune de ces vérités qu'une posologie civilisée dose en général goutte par goutte. (Le je-ne-sais-quoi et le Presque rien)
  • Comment le mensonge ne serait-il pas une tentation quand l'homme faible et puéril est si vite ébloui ? (Le je-ne-sais-quoi et le presque rien)
  • La mort est la maladie des bien portants et des malades. Quand on n'est pas malade, on est encore quelqu'un qui doit mourir. (Le Monde - 10 Décembre 1971)
  • La morale a toujours le dernier mot. (Le paradoxe de la morale)
  • Le jour même où le sentiment se déclare, nous prenons nos dispositions pour n'être pas surpris par son déclin. (L'ironie)
  • On peut déclamer sa maladie ou réciter la mort des autres, mais sa mort propre, on la meurt toujours avec naturel. (Le je-ne-sais-quoi et le presque-rien)
  • La vie affective, à condition d'être sincère et pure de tout apocryphe, est donc une lenteur et un attardement. (Le je-ne-sais-quoi et le presque-rien )
  • On ne peut pas dire pourquoi. La raison de l'amour, c'est l'amour. La raison de l'amour, c'est qu'on aime. (Qui suis-je ?)
  • Le meilleur des mondes n'est que le moins mauvais. (Le Pardon)
(Source : evene.lefigaro)


Alfred Jarry
  • Nous allons prendre conseil de notre conscience. Elle est là, dans cette valise, toute couverte de toiles d'araignée. On voit bien qu'elle ne nous sert pas souvent. (Ubu cocu)
  • L'indiscipline aveugle et de tous les instants fait la force principale des hommes libres. (Ubu enchaîné)
  • Les antialcooliques sont des malades en proie à ce poison, l'eau, si dissolvant et corrosif qu'on l'a choisi entre autres substances pour les ablutions et lessives, et qu'une goutte versée dans un liquide pur, l'absinthe, par exemple, le trouble. (Spéculations)
  • Dieu est le plus court chemin de zéro à l'infini, dans un sens ou dans l'autre. (Gestes et opinions du Dr. Faustroll)
  • La pataphysique est la science des solutions imaginaires, qui accorde symboliquement aux linéaments les propriétés des objets décrits par leur virtualité. (Gestes et opinions du Dr. Faustroll)
  • Mère Ubu, tu es bien laide aujourd'hui. Est-ce parce que nous avons du monde ? (Ubu roi)
  • S'il n'y avait pas de Pologne, il n'y aurait pas de Polonais ! (Ubu roi)


Jean Jaurès
  • Donner la liberté au monde par la force est une étrange entreprise pleine de chances mauvaises. (L'Armée nouvelle)
  • Parce que le millardaire n'a pas récolté sans peine, il s'imagine qu'il a semé. (L'Armée nouvelle)


Jean de Meung
  • Jadis il en allait autrement ;
    maintenant tout va en empirant. (Le Roman de la Rose)


Joseph Joubert
  • Parler plus bas pour se faire mieux écouter d'un public sourd. (Carnets)
  • Quand mes amis sont borgnes, je les regarde de profil. (Pensées)
  • Enseigner, c'est apprendre deux fois. (Pensées)
  • Souviens-toi de cuver ton encre. (Pensées)


Emmanuel Kant
  • On ne lèse personne par de simples paroles, seraient-elles fausses ; il suffit de ne pas y croire. (Critique de la raison pratique)
  • Le ciel étoilé au-dessus de ma tête et la loi morale au fond de mon coeur. (Critique de la raison pratique)


Franz Kafka
  • En un certain sens, le Bien est monotone. (Préparatifs de noce à la campagne)
  • Une fois qu'on a accueilli le Mal chez soi, il n'exige plus qu'on le croie. (Préparatifs de noce à la campagne)
  • Tout sied à la jeunesse ; elle noie le vilain détail dans le flot ininterrompu de ses forces vives. (La Colonie pénitentiaire)
  • [...] Ce n'est pas parce que sa vie était trop brève que Moïse n'est pas entré en Canaan, c'est parce que c'était une vie humaine. (Journal)
  • Tout ce qui n'est pas littérature m'ennuie, et je le hais (Journal)
  • Le besoin de métaphysique n'est que le besoin de la mort. (Journal)
  • La Justice ne doit pas bouger, autrement la balance vacille et ne peut plus peser juste. (Le procès)
  • Il y a tant de subtilités dans laquelle la justice se perd ! Elle finit par découvrir un crime là où il n'y a jamais rien eu. (Le procès)
  • Mais je ne suis pas coupable ! dit K., c'est une erreur. D'ailleurs, comment un homme peut-il être coupable ? (Le procès)


Søren Kierkegaard
  • Il s'agit de comprendre ma destination, de voir ce que Dieu veut proprement que je fasse. Il s'agit de trouver une vérité qui soit vérité pour moi, de trouver l'idée pour laquelle je veux vivre et mourir. (Journal, août 1835)
  • L'individu, dans son angoisse non pas d'être coupable mais de passer pour l'être, devient coupable. ( Le Concept de l'angoisse)
  • Hélas, la porte du bonheur ne s'ouvre pas vers l'intérieur, et il ne sert donc à rien de s'élancer contre elle pour la forcer. Elle s'ouvre vers l'extérieur. Il n'y a rien à faire. ( Ou bien... Ou bien...)
  • Le réel n'est pas plus nécessaire que le possible, car le nécessaire est absolument différent des deux. (Miettes philosophiques)


Étienne de La Boétie
  • Toujours l'eau va dans l'eau, et toujours est-ce
    Même ruisseau, et toujours eau diverse. (Vers français)
  • Soyez résolus de ne servir plus, et vous serez libres. (Discours de la servitude volontaire)
  • C'est un extrême malheur que d'être assujetti à un maître, dont on ne peut être jamais assuré qu'il soit bon, puisqu'il est toujours en sa puissance d'être mauvais quand il voudra. (Discours de la servitude volontaire)
  • Il est besoin de temporiser, nous ne pouvons pas toujours être les plus forts. (Discours de la servitude volontaire)


Jean de La Bruyère
  • Le plaisir le plus délicat est de faire celui d'autrui. (Les Caractères)


Madame de La Fayette (Marie-Madeleine Pioche de La Vergne, comtesse de)
  • Les passions peuvent me conduire, mais elles ne sauraient m'aveugler. (La Princesse de Clèves)
  • Il n'y a point de femme que le soin de sa parure n'empêche de songer à son amant. (La Princesse de Clèves)
  • Quand on croit être heureux, vous savez que cela suffit pour l'être. (Lettres)


Jean de La Fontaine
  • La raison du plus fort est toujours la meilleure. (Le Loup et l'Agneau)
  • Si ce n'est toi, c'est donc ton frère. (Le Loup et l'Agneau)
  • Garde-toi, tant que tu vivras, de juger les gens sur la mine. (Le Cochet , le Chat et le Souriceau)
  • Je plie et ne romps pas. (Le Chêne et le Roseau)
  • On a souvent besoin d'un plus petit que soi. (Le Lion et le Rat)
  • La méfiance est mère de la sûreté. (Le Chat et un vieux Rat)
  • Petit poisson deviendra grand. (Le Petit Poisson et le Pêcheur)
  • Un tiens vaut, ce dit-on, mieux que deux tu l'auras. (Le Petit Poisson et le Pêcheur)
  • Le travail est un trésor. (Le Laboureur et ses Enfants)
  • Rien ne sert de courir ; il faut partir à point. (Le Lièvre et la Tortue)
  • Aide-toi, le Ciel t'aidera. (Le Chartier embourbé)
  • Tel est pris qui croyait prendre. (Le Rat et l'Huître)
  • Il ne faut jamais vendre la peau de l'ours
    Qu'on ne l'ait mis par terre (L'Ours et les deux Compagnons)
  • L'homme est de glace aux vérités,
    Il est de feu pour les mensonges.
  • Cette leçon vaut bien un fromage sans doute. (le Corbeau et le Renard)
  • Qu'un ami véritable est une douce chose !
    Il cherche vos besoins au fond de votre coeur ;
    Il vous épargne la pudeur
    De les lui découvrir vous-même.
    (Les Deux Amis)
  • Rien n'est si dangereux qu'un ignorant ami ;
    Mieux vaudrait un sage ennemi.
    (L'Ours et l'Amateur des jardins.
(Voir
La Fontaine
)


Alphonse de Lamartine
  • On n'a pas deux cœurs, un pour les animaux et un pour les humains. On a un cœur ou on n'en a pas.
  • On admire le monde à travers ce qu'on aime. (Jocelyn.)
  • Objets inanimés, avez-vous donc une âme
    Qui s'attache à notre âme et la force d'aimer ? (Harmonies poétiques et religieuses)
  • Un grand peuple sans âme est une vaste foule ! (Premières Méditations poétiques)
  • Je suis las des musées, cimetières des arts. (Voyage en Orient)
  • Que Dieu serait cruel s'il n'était pas si grand ! (Premières Méditations poétiques)


La Rochefoucauld
  • Quelque bien qu'on dise de nous, on ne nous apprend rien de nouveau. (Maximes)
  • Il ne faut pas s'offenser que les autres nous cachent la vérité, puisque nous nous la cachons si souvent à nous-mêmes. (Maximes)
  • On fait souvent du bien pour pouvoir impunément faire du mal. (Maximes)
  • Quelque bien qu'on dise de nous, on ne nous apprend rien de nouveau. (Maximes)
  • Il y a des méchants qui seraient moins dangereux s'ils n'avaient aucune bonté. (Maximes)


Lautréamont - Isidore Ducasse, dit le comte de Lautréamont
  • Si la morale de Cléopâtre eût été moins courte, la face de la terre aurait changé. Son nez n'en serait pas devenu plus long. (Poésies)
  • Je remplace la mélancolie par le courage, le doute par la certitude, le désespoir par l'espoir, la méchanceté par le bien, les plaintes par le devoir, le scepticisme par la foi, les sophismes par la froideur du calme et l'orgueil par la modestie. (Poésies)
  • Un pion pourrait se faire un bagage littéraire en disant le contraire de ce qu'ont dit les poètes de ce siècle. (Poésies)
  • Il existe une convention peu tacite entre l'auteur et le lecteur, par laquelle le premier s'intitule malade, et accepte le second comme garde-malade. (Poésies)
  • Nous sommes libres de faire le bien [...]
    Nous ne sommes pas libres de faire le mal. (Poésies)
  • Les hommes qui ont pris la résolution de détester leurs semblables ignorent qu'il faut commencer par se détester soi-même. (Poésies)
  • Le coq ne sort pas de sa nature moins par incapacité, que par orgueil. (Les Chants de Maldoror)
  • L'éléphant se laisse caresser. Le pou, non. (Les Chants de Maldoror)
  • [...] beau comme la rencontre fortuite sur une table de dissection d'une machine à coudre et d'un parapluie. (Les Chants de Maldoror)


Claude Lévi-Strauss
  • Le savant n'est pas l'homme qui fournit les vraies réponses ; c'est celui qui pose les vraies questions. (Le Cru et le cuit)


Pierre Leroux
  • Le despote en se faisant despote devient esclave. (De l'humanité, de son principe et de son avenir)
  • L'homme ne supportera-t-il donc jamais deux vérités à la fois ? (De l'humanité, de son principe et de son avenir)
  • Qui dit homme dit langage, et qui dit langage dit société. (Tristes Tropiques)


Georg Christoph Lichtenberg
  • L'amour est aveugle, mais le mariage lui rend la vue. (Aphorismes)


Pierre Louys
  • L'amour humain ne se distingue du rut stupide des animaux que par deux fonctions divines : la caresse et le baiser. (Aphrodite)


Laurence Mackert
  • Si on n'est pas capable d'affronter la critique, mieux vaut ne pas s'y exposer.


Nicolas Malebranche
  • L'imagination est la folle du logis. (De la recherche de la vérité)
  • Il n'est pas au pouvoir de notre volonté de ne pas souhaiter d'être heureux. (De la recherche de la vérité)


André Malraux
  • Le propre des questions insolubles est d'être usées par la parole. (L'Espoir)
  • Toute action est manichéenne. (L'Espoir)
  • La mort n'est pas une chose si sérieuse ; la douleur, oui. (L'Espoir)
  • - Et le Christ ?
    - C'est un anarchiste qui a réussi. C'est le seul. (L'Espoir)
  • La vraie barbarie, c'est Dachau ; la vraie civilisation, c'est d'abord la part de l'homme que les camps ont voulu détruire. (Antimémoires)
  • On ne connaît jamais un être, mais on cesse parfois de sentir qu'on l'ignore. (La Condition humaine)


Marc Aurèle
  • Tu dois comprendre que la brièveté du temps qui t'est accordé est très circonscrite et que, si tu n'emploies pas ce temps, il disparaîtra comme tu dois disparaître toi-même sans pouvoir jamais revenir. (Pensées, IV, 3)
  • La faute d'un autre, il faut la laisser là où elle est. (Pensées, IX, 20)
  • Les hommes sont faits les uns pour les autres ; instruis-les donc ou supporte-les. (Pensées, VIII, 59)
  • Et souviens-toi encore que chacun ne vit que le présent, cet infiniment petit. (Pensées, III, 10)
  • Recevoir sans bouffée d'orgueil, perdre sans déchirement. (Pensées, VIII, 33)


Henri Matisse
  • Si je vivais plus longtemps, je pourrais peindre. (Cité par
    Aragon
    dans "Henri Matisse")
  • On laisse toujours trop de tableaux [...] Un peintre n'a vraiment d'ennemis sérieux que ses mauvais tableaux. (Cité par
    Aragon
    dans "Henri Matisse")


Guy de Maupassant
  • "La guerre est une barbarie quand on attaque un voisin paisible ; c'est un devoir sacré quand on défend la patrie." La vieille femme baissa la tête : "Oui, quand on se défend, c'est autre chose ; mais si l'on ne devrait pas plutôt tuer tous les rois qui font ça pour leur plaisir ?" (Boule de Suif)
  • De toutes les passions, la seule vraiment respectable me paraît être la gourmandise. (Amoureux et primeurs)
  • La moindre chose contient un peu d'inconnu. Trouvons-le. (Pierre et Jean)
  • La vérité d'aujourd'hui devient erreur demain. (Étude sur Gustave Flaubert, 1884
  • Le baiser est la plus sûre façon de se taire en disant tout. (Correspondance)


François Mauriac
  • Une certaine qualité de gentillesse est toujours signe de trahison. (Le Noeud de vipères)


Golda Meïr
  • Nous pouvons pardonner aux Arabes qu'ils tuent nos enfants, mais nous ne pouvons leur pardonner lorsqu'ils nous obligent à tuer leurs enfants. Nous ne pourrons établir la paix avec les Arabes que lorsqu'ils aimeront leurs enfants plus qu'ils ne nous haïssent.


Prosper Mérimée
  • L'amour fait tout excuser, mais il faut être bien sûr qu'il y a de l'amour. (Lettres)
  • Je n'aime dans l'histoire que les anecdotes. (Chronique du temps de Charles IX)
  • Il n'y a rien de si laid que la bassesse dans un vieillard. (Lettres)
  • En close bouche, n'entre point mouche. (Carmen)
  • La franchise et la vérité sont rarement bonnes auprès des femmes. (Lettres)
  • La plupart des femmes du monde sont malades parce qu'elles sont riches. (Lettres)
  • Les lois ne font pas les nations, elles sont l'expression de leur caractère. (Lettres)
  • Ni les hommes d'État ni les acteurs ne se retirent à temps. (Lettres)
  • Il ne faut jamais faire que les sottises qui vous plaisent. (Lettres)


Molière (Jean-Baptiste Poquelin)
  • Votre sexe n'est là que pour la dépendance :
    Du côté de la barbe est la toute-puissance.
    (L'École des femmes)
  • Chose étrange de voir comme avec passion
    Un chacun est chaussé de son opinion !
    (L'École des femmes)
  • La faiblesse humaine est d'avoir
    Des curiosités d'apprendre
    Ce qu'on ne voudrait pas savoir.
    (Amphitryon)
  • Donner est un mot pour qui il a tant d'aversion, qu'il ne dit jamais
    Je vous donne mais Je vous prête le bonjour.
    (L'Avare)
  • Ah ! chimères ! ce sont des chimères, dit-on ?
    Chimères, moi ? Vraiment, chimères est fort bon !
    Je me réjouis fort de chimères, mes frères,
    Et je ne savais pas que j'eusse des chimères !
    (Les Femmes savantes)
  • Mais la raison n'est pas ce qui règle l'amour.
    (Le Misanthrope)
  • Il y a plus de quarante ans que je dis de la prose sans que j'en susse rien.
    (Le Bourgeois gentilhomme)


Michel de Montaigne
  • Tous les jours vont à la mort, le dernier y arrive. (Essais)
  • Les jeux des enfants ne sont pas des jeux, et les faut juger en eux comme leurs plus sérieuses actions. (Essais)
  • Ce n'est pas sans raison qu'on dit que qui ne se sent point assez ferme de mémoire, ne se doit pas mêler d'être menteur. (Essais)


Charles de Montesquieu
  • J'ai toujours vu que pour réussir dans le monde, il fallait avoir l'air fou et être sage. (Mes pensées)
  • Ce qui m'a toujours beaucoup nui, c'est que j'ai toujours trop méprisé ceux que je n'estimais pas. (Mes pensées)
  • Un homme n'est pas malheureux parce qu'il a de l'ambition, mais parce qu'il en est dévoré. (Mes pensées)
  • L'amitié est un contrat par lequel nous nous engageons à rendre de petits services afin qu'on nous en rende de grands. (Mes pensées)
  • L'argent est très estimable, quand on le méprise. (Mes pensées)
  • Je n'aime point Dieu parce que je ne le connais pas, ni le prochain parce que je le connais. (Mes pensées)
  • Un homme qui enseigne peut devenir aisément opiniâtre, parce qu'il fait le métier d'un homme qui n'a jamais tort. (Essai sur les causes qui peuvent affecter les esprits et les caractères.)
  • C'est un malheur de n'être point aimée ; mais c'est un affront de ne l'être plus. (Lettres persanes)
  • Les Français [...] enferment quelques fous dans une maison, pour persuader que ceux qui sont dehors ne le sont pas. (Lettres persanes)


Jean-Sully Mounet, dit Mounet-Sully

  • Mourir, c'est difficile quand il n'y a pas de public ! (Au sujet des dernières répliques du comédien, 1916)


Alfred de Musset
  • Le plaisir des disputes, c'est de faire la paix. (On ne badine pas avec l'amour)
  • L'homme est un apprenti, la douleur est son maître,
    Et nul ne se connaît tant qu'il n'a pas souffert. (Poésies)
  • Les grands artistes n'ont pas de patrie. (Lorenzaccio)



Napoléon Ier
  • (...) Dans ta lettre du 23 au 26 ventôse, tu me traites de vous. Vous toi-même ! (Lettres de Napoléon à Joséphine - Albenga, le 18 germinal)
  • Dis-moi, toi qui sais si bien faire aimer les autres sans aimer, saurais-tu comment on guérit de l'amour ??? (Lettres de Napoléon à Joséphine - Roverbella, le 18 messidor)
  • Vivre dans une Joséphine, c'est vivre dans l'Élysée. Baiser à la bouche, aux yeux, sur l'épaule, au sein, partout, partout ! (Lettres de Napoléon à Joséphine - Vérone, le 3 frimaire)
  • De la merde dans un bas de soie. (Napoléon s'adressant à Talleyrand)
  • Les agresseurs ont tort là-haut ; ils ont raison ici-bas. (Mémorial de Sainte-Hélène)
  • Les hommes qui ont changé l'univers n'y sont jamais parvenus en gagnant des chefs ; mais toujours en remuant des masses. (Mémorial de Sainte-Hélène)
  • Sachez écouter, et soyez sûr que le silence produit souvent le même effet que la science. (Instructions pour le prince Eugène)
  • Rien de plus impérieux que la faiblesse qui se sent étayée de la force ; voyez les femmes. (Mémorial de Sainte-Hélène)
  • Les hommes de génie sont des météores destinés à brûler pour éclairer leur siècle. (Discours de Lyon - 1791)



Friedrich Nietzsche
  • L'âme aristocratique a le respect de soi. (Le Gai Savoir)
  • Les convictions sont des ennemies de la vérité plus dangereuses que les mensonges. (Humain, trop humain)
  • Que dit ta conscience ? - "Tu dois devenir celui que tu es." (Le Gai Savoir)
  • Je ne pourrais croire qu'en un Dieu qui saurait danser. (Ainsi parlait Zarathoustra)
  • L'homme est une corde tendue entre la bête et le surhumain - une corde au-dessus d'un abîme. (Ainsi parlait Zarathoustra)


Charles Nodier
  • On va loin quand on ne sait où l'on va, et qui ne voit le but le passe. (Fantaisies et légendes)
  • Il y a dans le cœur d'une femme qui commence à aimer un immense besoin de souffrir. (Smarra)
  • Mille ans sont si peu de temps pour posséder ce qu'on aime, si peu de temps pour le pleurer ! (Trilby ou le Lutin d'Argail)
  • Quiconque est parvenu à discerner le bien et le mal a déjà perdu son innocence. (Lydie ou la Résurrection)
  • Ce qu'il y a de plus bas au monde, c'est de mortifier la pauvreté. (La Fée aux miettes)


Gérard de Nerval
  • Notre pauvre lune de miel n'a guère eu qu'un premier quartier... (Lettres à Jenny Colon)
  • Il est dangereux de passer trop tôt pour un écrivain de bon sens : c'est le privilège des médiocrités mûres. (La Bohème galante)


Michel Onfray
  • Plus on est sobre et simple dans sa vie, plus on est libre (LCI - interview "Demain à la une", avril 2012)
  • Plus on augmente le savoir, plus on fait reculer la bêtise (Michel Onfray explique pourquoi il a créé l'Université populaire. LCI - interview "Demain à la une", avril 2012 )
  • Les abeilles sont des fragments du cosmos. Nous aussi ; mais on ne le sait pas. (LCI - interview "Demain à la une", avril 2012)
  • Quand le philosophe digne de ce nom travaille, le prêtre recule. (Les sagesses antiques)
  • Si le royaume des cieux appartient aux pauvres, nul doute qu'au Vatican se compte un nombre considérable de damnés. (Le christianisme hédoniste)
  • Le philosophe, c'est celui qui, dans la simplicité, voire le dénuement, met de la pensée dans sa vie et sa vie dans sa pensée. (Cynismes)
  • Le miroir n'est pas coupable de la laideur de celui qui s'y regarde. (Lors d'un débat télévisé concernant Freud)


Charles d'Orléans
  • Le monde est ennuyé de moy,
    Et moy pareillement de lui. (Rondeaux)


Jean d'Ormesson
  • Il y a cent mille fleurs le long de cent mille routes qui convergent vers la culture. On pourrait presque dire que tous les chemins mènent à la culture - à l'exception d'un seul : celui que des imbéciles ou des tyrans veulent imposer du dehors. (Saveur du temps)
  • L'oeuvre littéraire n'est jamais qu'un appel à l'imagination du lecteur et à sa collaboration active. (Saveur du temps)


José Ortega y Gasset
  • La vie prend un sens lorsqu'on en fait une aspiration à ne renoncer à rien. (El espectador)


George Orwell
  • L'homme est la seule créature qui consomme sans produire. (Animal Farm)


Blaise Pascal
  • L'affection ou la haine changent la justice de face. (Pensées)
  • Peu de chose nous console, parce que peu de chose nous afflige. (Pensées)
  • Qu'il y a loin de la connaissance de Dieu à l'aimer ! (Pensées)
  • Dans une grande âme tout est grand. (Pensées)
  • L'art de persuader consiste autant en celui d'agréer qu'en celui de convaincre. (Pensées)
  • L'homme n'est ni ange ni bête, et le malheur veut que qui veut faire l'ange fait la bête. (Pensées)
  • Étrange zèle, qui s'irrite contre ceux qui accusent des fautes publiques, et non pas contre ceux qui les commettent ! (Pensées)
  • (Dieu) Console-toi, tu ne me chercherais pas si tu ne m'avais trouvé. (Pensées)
  • Le nez de Cléopâtre : s'il eût été plus court, toute la face de la terre aurait changé. (Pensées)
  • L'éloquence continue ennuie. (Pensées)


Octavio Paz
  • Nommer, c'est créer, et imaginer, c'est naître. (Libertad bajo palabra)


Charles Péguy
  • Aimer, c'est donner raison à l'être aimé qui a tort. (Note conjointe sur M. Descartes)
  • J'ai souvent joué avec l'homme, dit Dieu. Mais quel jeu, c'est un jeu dont je tremble encore. (Le Mystère des saints Innocents)
  • J'aime mieux un saint qui a des défauts qu'un pécheur qui n'en a pas. (Le Mystère des saints Innocents)
  • Je comprends très bien, dit Dieu, qu'on fasse son examen de conscience. C'est un excellent exercice. Il ne faut pas en abuser. (Le Mystère des saints Innocents)
  • Il faut tout de même voir qu'il y a des ordres apparents qui sont les pires désordres. (Notre jeunesse)


Pablo Picasso
  • C'est difficile de mettre un peu d'absolu dans la mare aux grenouilles. (Cité par Jean Leymarie dans "Picasso, métamorphoses et unité")
  • On doit prendre son bien où on le trouve, sauf dans ses propres oeuvres. (Conversations avec Christian Zervos)
  • Quand je n'ai pas de bleu, je mets du rouge. (Cité par Paul Éluard dans "Donner à voir")
  • Michel-Ange n'est pas responsable du buffet Henri II. (Cité par Pierre de Champris dans "Ombre et soleil")
  • Je peux à peine comprendre l'importance donnée au mot recherche dans la peinture moderne. À mon avis, chercher ne signifie rien en peinture. Ce qui compte, c'est trouver. (Revue "The Arts")
  • Pour faire une colombe, il faut d'abord lui tordre le cou. (Cité dans "Hommage à Picasso")
  • En réalité on travaille avec peu de couleurs. Ce qui donne l'illusion de leur nombre, c'est d'avoir été mises à leur juste place. (Conversations avec Christian Zervos)
  • Je fais un tableau, ensuite je le détruis. Mais à la fin du compte rien n'est perdu. Le rouge que j'ai enlevé d'une part se trouve quelque part ailleurs. (Conversations avec Christian Zervos)
  • Si l'on sait exactement ce qu'on va faire, à quoi bon le faire ? (Conversations avec Christian Zervos)
  • Tout l'intérêt de l'art se trouve dans le commencement. Après le commencement, c'est déjà la fin. (Conversation avec Tériade)


Platon
  • Le beau seul a cette destination d'être parfaitement manifeste et parfaitement digne d'amour. (Phèdre)
  • Il n'y a rien de bon ni de mauvais sauf ces deux choses : la sagesse qui est un bien et l'ignorance qui est un mal. (Euthydème )
  • Rien, selon moi, n'est plus funeste à l'homme qu'une opinion fausse. (Gorgias)
  • Il faut appeler philosophes ceux qui s'attachent en tout à l'essence, et non amis de l'opinion. (La République)
  • Ce qui détruit et corrompt les choses est le mal ; ce qui les conserve et leur profite est le bien. (La République)
  • Il est tout à fait d'un philosophe ce sentiment : s'étonner. (Théétète)
  • Ô humains, celui-là, parmi vous, est le plus savant, qui sait, comme Socrate, qu'en fin de compte, son savoir est nul. (Apologie de Socrate, 23b)
  • L'essentiel n'est pas de vivre mais de bien vivre. (Criton, 48b)


Plotin
  • Chaque âme est et devient ce qu'elle contemple. (Ennéades)
  • Lorsque la contemplation s'affaiblit chez les hommes, ils passent à l'action qui est une ombre de la contemplation et de la raison. (Ennéades)
  • Le sage est tourné vers lui-même et il trouve en lui toutes choses. (Ennéades)


Plutarque
  • Le temps des armes n'est pas celui des lois. (Vie de César, XXXV)
  • La patience a beaucoup plus de pouvoir que la force. (Vie de Sertorius, XVI)
  • Ce n'est pas toujours dans les actions les plus éclatantes que se montrent davantage les vertus et les vices des hommes. (Vie d'Alexandre, I)


Francis Ponge
  • Il ne faut cesser de s'enfoncer dans sa nuit : c'est alors que brusquement la lumière se fait. (Pour un Malherbe)
  • Le langage ne se refuse qu'à une chose, c'est à faire aussi peu de bruit que le silence. (Proêmes)


Jacques Prévert
  • Il ne faut pas laisser les intellectuels jouer avec les allumettes. (Paroles)
  • Il cherche la fameuse machine à peser les balances. (Paroles)
  • Tu as regardé la plus triste la plus morne de toutes les fleurs de la terre
    Et comme aux autres fleurs tu lui as donné un nom
    Tu l'as appelée Pensée (Paroles)
  • On ne fait jamais d'erreur sans se tromper.
  • Il suivait son idée. C'était une idée fixe et il était surpris de ne pas avancer.
  • Notre Père qui êtes aux cieux
    Restez-y
    Et nous nous resterons sur la terre
    Qui est quelquefois si jolie. (Paroles)
  • Si quelqu'un vous dit : "Je me tue à vous le répéter !", laissez-le mourir. (Spectacle)
  • Il faudrait essayer d'être heureux, ne serait-ce que pour donner l'exemple. (Spectacle)
  • Toutes les opinions sont respectables. Bon. C'est vous qui le dites. Moi, je dis le contraire. C'est mon opinion : respectez-la donc ! (Spectacle)
  • Les jeux de la Foi ne sont que cendres auprès des feux de la Joie. (Spectacle)
  • - Qu'est-ce que cela peut faire que je lutte pour la mauvaise cause puisque je suis de bonne foi ?
    - Et qu'est-ce que ça peut faire que je sois de mauvaise foi puisque c'est pour la bonne cause. (Spectacle)
  • Oh ! Raison funèbre ! (Spectacle)
  • Dieu est formidiable ! (Spectacle)
  • Dans chaque église, il y a toujours quelque chose qui cloche. (Fatras)
  • Martyr, c'est pourrir un peu. (Paroles)
  • C'est connu, Eve n'avait pas de pomme d'Adam. (Le Fruit défendu)


Marcel Proust
  • On n'aime plus personne dès qu'on aime [...] (À la recherche du temps perdu, Du côté de chez Swann)
  • L'amour le plus exclusif pour une personne est toujours l'amour d'autre chose. (À la recherche du temps perdu, À l'ombre des jeunes filles en fleurs)
  • On a tort de parler en amour de mauvais choix, puisque dès qu'il y a choix il ne peut être que mauvais. (À la recherche du temps perdu, la Fugitive)
  • Le comble de l'inattention, c'est de prendre l'Édit de Nantes pour une Anglaise. (À la recherche du temps perdu, Sodome et Gomorrhe)
  • Il n'y avait pas d'anormaux quand l'homosexualité était la norme. (À la recherche du temps perdu, Sodome et Gomorrhe)
  • Le bonheur est salutaire pour les corps, mais c'est le chagrin qui développe les forces de l'esprit. (À la recherche du temps perdu, le Temps retrouvé)
  • Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination. (À la recherche du temps perdu, la Fugitive)


Proverbe ashkenaze
  • C'est grâce à son intelligence que l'intelligent comprend pourquoi l'imbécile réussit.


Proverbe Chinois
  • Le coeur de l'homme parfait est comme une mer dont on ne peut découvrir les lointains rivages.
  • Avec le temps et la patience, la feuille du mûrier devient satin.


Raymond Queneau
  • L'homme dissipe son angoisse en inventant ou en adaptant des malheurs imaginaires. ( Le Chiendent)
  • Tu causes, tu causes, c'est tout ce que tu sais faire. (Zazie dans le métro)
  • Il serait bien affreux que tout fait imbécile méritât commentaire, exégèse subtile. (Le Chien à la mandoline )
  • La férocité, c'est une des catégories cardinales de l'homme en société. (Gueule de pierre)
  • Comment ne pas avoir peur devant cette absence de raison dénuée de toute folie ? (Les Temps mêlés)
  • La grande histoire véritable est celle des inventions... (Bâtons, chiffres et lettres)
  • Parler, c'est marcher devant soi. (Les Oeuvres complètes de Sally Mara)
  • L'humour est une tentative pour décaper les grands sentiments de leur connerie. (Les Oeuvres complètes de Sally Mara)
  • Si je parle d'un homme, il sera bientôt mort.
    Si je parle du temps, c'est qu'il n'est déjà plus. (Les Ziaux)
  • Toute action est déception, toute pensée implique erreur. (Le Chiendent)


Quintilien
  • Quand on n'a pas de talent, on dit tout. L'homme de talent choisit et se contient. (Indocti dicunt omnia. Doctis est electio et modus)
  • On écrit pour raconter, non pour prouver. (Institution oratoire)


Quino (Joaquín Salvador Lavado)
  • Mieux vaut vivre dans un pays influent que dans un pays sous influence.
  • L'intéressant, ce n'est pas de savoir d'où vient le monde, mais où il va. (Mafalda)
  • Le monde, c'est comme un théâtre, et nous, nous n'en sommes encore qu'à la générale ! (Mafalda)
  • Nous, les enfants, nous venons au monde quand les parents ont déjà accaparé le pouvoir dans la famille ! (Mafalda)
  • Si quelqu'un te frappe la joue gauche, prends des leçons de karaté.
  • J'ai une volonté de fer. Mais c'est toujours la même histoire, le fer... ça rouille.
  • La soupe est à l'enfance ce que le communisme est à la démocratie. (Encore Mafalda!)


Rabelais François
  • ...Autant entreprendre tirer un pet d'un âne mort que de vous une résolution. (Le Tiers Livre)
  • Contrepèterie - Il disait qu'il n'y avait qu'une antistrophe entre femme folle à la messe et femme molle à la fesse. (Pantagruel, 17)
  • L'appétit vient en mangeant, [...] la soif s'en va en buvant. (Gargantua)
  • Amis vous noterez que par le monde y a beaucoup plus de couillons que d'hommes, et de ce vous souvienne. (Le Cinquiesme et Dernier Livre)
  • Un fol enseigne bien un sage. (Le Tiers Livre)
  • Le grand Dieu fit les planètes et nous faisons les plats nets. (Gargantua)


Racine Jean
  • Le jour n'est pas plus pur que le fond de mon cœur (Phèdre)
  • Que ces vains ornements, que ces voiles me pèsent !
    Quelle importune main, en formant tous ces nœuds,
    A pris soin sur mon front d'assembler mes cheveux ?
    Tout m'afflige et me nuit, et conspire à me nuire. (Phèdre)
  • Mais sans argent l'honneur n'est qu'une maladie. (Les Plaideurs)
  • Belle, sans ornements, dans le simple appareil
    D'une beauté qu'on vient d'arracher au sommeil. (Britannicus)
  • Mon unique espérance est dans mon désespoir. (Bajazet)


Radiguet Raymond
  • Tout âge porte ses fruits, il faut savoir les cueillir. (Le Bal du comte d'Orgel)
  • Il n'était habile à exprimer que ce qu'il n'éprouvait pas. (Le Bal du comte d'Orgel)
  • La puissance ne se montre que si l'on en use avec injustice. (Le Diable au corps)


Ray Charles
  • Je suis aveugle, mais on trouve toujours plus malheureux que soi... J'aurais pu être noir.


Fernand Raynaud
  • -  Moi, je n'avais pas couché avec ma femme avant de l'épouser, et toi ?
    -  Je ne sais pas, elle s'appelle comment, ta femme ?


Ernest Renan
  • Le plus simple écolier sait maintenant des vérités pour lesquelles Archimède eût sacrifié sa vie. (Souvenirs d'enfance et de jeunesse)
  • Celui qui obéit est presque toujours meilleur que celui qui commande. (Dialogues et fragments philosophiques)
  • Il y a eu des vols d'oiseaux, des courants d'air, des migraines qui ont décidé du sort du monde. (Vie de Jésus)
  • N'est pas médiocre qui veut. (La Réforme intellectuelle et morale de la France)


Renard Jules



Auguste Renoir
  • Ce dessin m'a pris cinq minutes, mais j'ai mis soixante ans pour y arriver.
  • Un matin, l'un de de nous manquant de noir, se servit de bleu : l'impressionnisme était né.


Pierre Reverdy
  • Créer, c'est penser plus fortement. (Le Livre de mon bord)


Rivarol
  • Les peuples les plus civilisés sont aussi voisins de la barbarie que le fer le plus poli l'est de la rouille. (Fragments et pensées politiques)
  • Il faut plutôt, pour opérer une révolution, une certaine masse de bêtise d'une part qu'une certaine dose de lumière de l'autre. (Fragments et pensées politiques)
  • Sur vingt amis, dix-neuf disent de vous du mal, et le vingtième, qui en dit du bien, le dit mal.
  • Le chat ne nous caresse pas, il se caresse à nous. (Esprit de Rivarol)
  • Il est plus facile à l'imagination de se composer un enfer avec la douleur qu'un paradis avec le plaisir. (Discours sur l'homme intellectuel et moral)
  • Rien n'étonne quand tout étonne : c'est l'état des enfants. (Maximes et pensées)
  • La grammaire est l'art de lever les difficultés d'une langue ; mais il ne faut pas que le levier soit plus lourd que le fardeau. (Discours sur l'universalité de la langue française)
  • La raison se compose de vérités qu'il faut dire et de vérités qu'il faut taire. (Fragments et pensées politiques)
  • Malheureusement il y a des vertus qu'on ne peut exercer que quand on est riche. (Fragments et pensées politiques)


Denis de Rougemont
  • L'amour est le comble de l'esprit. (Penser avec les mains)
  • La loi du monde est que l'homme lutte contre le monde, en assumant le risque de sa propre perte. (Penser avec les mains)
  • La vraie condition de l'homme, c'est de penser avec ses mains. (Penser avec les mains)


Jean-Jacques Rousseau
  • Je m'aime trop moi-même pour pouvoir haïr qui que ce soit. (Les Rêveries du promeneur solitaire)
  • La jeunesse est le temps d'étudier la sagesse ; la vieillesse est le temps de la pratiquer. (Les Rêveries du promeneur solitaire)
  • Je me souviens d'avoir lu dans un livre de Philosophie que mentir c'est cacher une vérité que l'on doit manifester. (Les Rêveries du promeneur solitaire)
  • Il y a souvent plus de stupidité que de courage dans une constance apparente. (Julie ou la Nouvelle Héloïse)
  • L'espèce de bonheur qu'il me faut, ce n'est pas tant de faire ce que je veux que de ne pas faire ce que je ne veux pas. (Correspondance)
  • L'homme n'est point fait pour méditer mais pour agir. (Correspondance)
  • Je connais trop les hommes pour ignorer que souvent l'offensé pardonne mais que l'offenseur ne pardonne jamais. (Correspondance)
  • Le faux est susceptible d'une infinité de combinaisons ; mais la vérité n'a qu'une manière d'être. (Discours sur les sciences et les arts)
  • Les lois sont toujours utiles à ceux qui possèdent et nuisibles à ceux qui n'ont rien. (Du contrat social)
  • Les peuples ainsi que les hommes ne sont dociles que dans leur jeunesse, ils deviennent incorrigibles en vieillissant. (Du contrat social)
  • Vous ne parviendrez jamais à faire des sages si vous ne faites d'abord des polissons. (Émile ou De l'éducation)
  • Généralement, les gens qui savent peu parlent beaucoup, et les gens qui savent beaucoup parlent peu. (Émile ou De l'éducation)
  • Les enfants flattent quelquefois les vieillards, mais ils ne les aiment jamais. (Émile ou De l'éducation)
  • On n'est curieux qu'à proportion qu'on est instruit. (Émile ou De l'éducation)
  • Toute méchanceté vient de faiblesse. (Émile ou De l'éducation)


Antoine de Saint-Exupéry
  • On ne voit bien qu'avec le coeur. L'essentiel est invisible pour les yeux. (Le Petit Prince)
  • Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé. (Le Petit Prince)
  • Les baobabs, avant de grandir, ça commence par être petit. (Le Petit Prince)
  • Quand on a terminé sa toilette du matin, il faut faire soigneusement la toilette de la planète. (Le Petit Prince)
  • Tâche d'être heureux... Laisse ce globe tranquille. (Le Petit Prince)
  • Droit devant soi on ne peut pas aller bien loin. (Le Petit Prince)
  • Il faut bien que je supporte deux ou trois chenilles si je veux connaître les papillons. (Le Petit Prince)
  • Ce n'était qu'un renard semblable à cent mille autres. Mais j'en ai fait mon ami, et il est maintenant unique au monde. (Le Petit Prince)
  • Si j'ordonnais... à un général de se changer en oiseau de mer, et si le général n'obéissait pas,ce ne serait pas la faute du général. Ce serait ma faute. (Le Petit Prince)
  • Moi, dit-il encore, je possède une fleur que j'arrose tous les jours. Je possède trois volcans que je ramone toutes les semaines. Car je ramone aussi celui qui est éteint. On ne sait jamais. C'est utile à mes volcans, et c'est utile à ma fleur, que je les possède. Mais tu n'es pas utile aux étoiles... (Le Petit Prince)
  • Il est vain, si l'on plante un chêne, d'espérer s'abriter bientôt sous son feuillage. (Terre des hommes)
  • La grandeur d'un métier est peut-être, avant tout, d'unir les hommes : il n'est qu'un luxe véritable, et c'est celui des relations humaines. (Terre des hommes)
  • Il semble que la perfection soit atteinte non quand il n'y a plus rien à ajouter, mais quand il n'y a plus rien à retrancher. (Terre des hommes)
  • Avec l'avion, nous avons appris la ligne droite. (Terre des hommes)
  • [...] l'expérience nous montre qu'aimer ce n'est point nous regarder l'un l'autre mais regarder ensemble dans la même direction. (Terre des hommes)
  • Ce qui donne un sens à la vie donne un sens à la mort. (Terre des hommes)
  • La terre nous en apprend plus sur nous que tous les livres. Parce qu'elle nous résiste. L'homme se découvre quand il se mesure avec l'obstacle. (Terre des hommes)


Jean-Paul Sartre
  • L'absence c'est Dieu. Dieu, c'est la solitude des hommes. (Le Diable et le Bon Dieu)
  • Serions-nous muets et cois comme des cailloux, notre passivité même serait une action. (Situations)
  • Il faut affirmer si nous voulons comprendre, et nous donner si nous voulons sentir. (Situations)
  • Ceux qu'on aime, on ne les juge pas. (Les Séquestrés d'Altona)
  • L'argent n'a pas d'idées. (Nekrassov)
  • Toute aventure humaine, quelque singulière qu'elle paraisse, engage l'humanité entière. (Saint Genet, comédien et martyr)
  • Il faut un double soleil pour éclairer le fond de la bêtise humaine. (Nekrassov)
  • Je déteste les victimes quand elles respectent leurs bourreaux. (Les Séquestrés d'Altona)
  • Chaque homme doit inventer son chemin. (Les Mouches)
  • Il est toujours facile d'obéir, si l'on rêve de commander. (Situations)
  • La vie humaine commence de l'autre côté du désespoir. (Les Mouches)
  • Il n'y a que Dieu. L'homme, c'est une illusion d'optique. (Le Diable et le Bon Dieu)
  • Tous les moyens sont bons quand ils sont efficaces. (Les Mains sales)
  • Un élu, c'est un homme que le doigt de Dieu coince contre un mur. (Le Diable et le Bon Dieu)
  • Pas besoin de gril, l'enfer, c'est les Autres. (Huis clos)


Arthur Schopenhauer
  • En face d'une oeuvre d'art, il importe de se taire comme en présence d'un prince : attendre de savoir s'il faut parler et ce qu'il faut dire, et ne jamais prendre la parole le premier. Faute de quoi, on risquerait fort de n'entendre que sa propre voix. (Le Monde comme volonté et représentation)
  • Ce que raconte l'histoire n'est en fait que le long rêve, le songe lourd et confus de l'humanité. (Le Monde comme volonté et représentation)
  • La mort est le génie qui inspire le philosophe, l'Apollon musagète de la philosophie... S'il n'y avait pas la mort, on ne philosopherait guère. (Le Monde comme volonté et représentation)


Jean-Jacques Schuhl
  • Pourquoi le blanc non-couleur ? C'est comme le silence en musique, c'est un temps musical aussi.


Victor Segalen
  • L'exotisme est tout ce qui est Autre. Jouir de lui est apprendre à déguster le Divers.


Sénèque
  • La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe, c'est d'apprendre à danser sous la pluie.
  • Il est parfois bon d'avoir un grain de folie. (De la tranquillité de l'âme)
  • Être asservi à soi-même est le plus pénible des esclavages. (Questions naturelles)
  • Tirons notre courage de notre désespoir même. (Questions naturelles)
  • Si tu veux être aimé, aime. (Lettres à Lucilius)
  • Toute vertu est fondée sur la mesure. (Lettres à Lucilius)
  • Un nain est toujours petit, eût-il une montagne pour piédestal. (Lettres à Lucilius)
  • Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, c'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles. (Lettres à Lucilius)


Michel Serrault
  • Je n'ai plus peur de la mort depuis que j'ai appris que je ne serai pas le premier à passer par là.


William Shakespeare
  • L'amour ne voit pas avec les yeux, mais avec l'âme. (Le Songe d'une nuit d'été)
  • L'on m'a dit aussi que vous vous fardiez. Fort bien ! Dieu vous a donné un visage, et vous vous en fabriquez un autre. (Hamlet)
  • Fragilité, ton nom est femme ! (Hamlet)
  • Bien que ce soit de la folie, voici qui ne manque pas de logique. (Hamlet)
  • Un feu léger est vite étouffé : si vous le laissez faire, des rivières ne sauraient l'éteindre. (Henry VI)
  • Les hommes sont avril quand ils font la cour et décembre une fois mariés. Les filles sont mai tant qu'elles sont vierges, mais le ciel change dès qu'elles sont femmes. (Comme il vous plaira)
  • Qu'est-ce que l'honneur ? Un mot. Qu'y a-t-il dans ce mot honneur ? Qu'est-ce que cet honneur ? Du vent. (Henry IV)
  • Horreur ! horreur ! horreur ! (Macbeth)
  • Horrible ! Horrible ! Oh, très horrible ! (Hamlet)
  • Prends garde aux ides de mars. (Jules César)
  • Oh ! attention, monseigneur, à la jalousie ; c'est le monstre aux yeux verts qui tourmente la proie dont il se nourrit. (Othello)
  • La jeunesse est une étoffe qui ne fait point d'usage. (La Nuit des rois)


George Bernard Shaw
  • Le mariage n'est pas une loterie, à la loterie on gagne parfois.
  • Lorsqu'un imbécile fait quelque chose dont il a honte, il déclare toujours que c'est son devoir. (Cesar and Cleopatra)
  • Quand, dans ce monde, un homme a quelque chose à dire, la difficulté n'est pas de le lui faire dire, mais de l'empêcher de le dire trop souvent. (Cesar and Cleopatra)
  • Ma façon de plaisanter, c'est de dire la vérité. C'est la plaisanterie la plus drôle du monde. (L'Autre Île de John Bull)
  • Celui qui peut, agit. Celui qui ne peut pas, enseigne. (Maxims for Revolutionists)
  • Au Ciel, un ange n'a rien d'exceptionnel. (Maxims for Revolutionists)
  • Ne faites pas aux autres ce que vous voudriez qu'ils vous fissent. Il se peut que leurs goûts ne soient pas les mêmes. (Maxims for Revolutionists)
  • Liberté implique responsabilité. C'est là pourquoi la plupart des hommes la redoutent. (Maxims for Revolutionists)
  • Il y a deux tragédies dans la vie. L'une est de ne pas obtenir ce que l'on désire ardemment, et l'autre de l'obtenir. (Homme et surhomme)
  • Il n'y a qu'une seule religion, bien qu'il y en ait une centaine de versions. (Pièces plaisantes)


Socrate
  • Je ne sais qu'une chose, c'est que je ne sais rien. (Platon, Apologie de Socrate, et le Ménon)
  • Dans tous les cas, mariez-vous : si vous tombez sur une bonne épouse vous serez heureux ; si vous tombez sur une mauvaise, vous deviendrez philosophe, ce qui est excellent pour l'homme. (À propos de Xanthippe, son épouse)


Jacques Sternberg
  • Beaucoup d'hommes ont une idée derrière la tête. Très loin derrière, presque toujours.
  • Je ne suis jamais entré dans un bureau sans me demander comment m'en échapper. (Vivre en survivant)
  • Une bibliothèque, c'est un des plus beaux paysages du monde. (Vivre en survivant)
  • Arriver tous les jours à son travail avec une heure de retard est un signe de ponctualité. (Vivre en survivant)
  • Se mettre en ménage, c'est aller fatalement au surmenage. (Dictionnaire des idées revues)
  • Quand on est arrivé, on est important ; quand on tente d'arriver, on est importun. (Dictionnaire des idées revues)


Jonathan Swift
  • La satire est une sorte de miroir dans lequel les spectateurs découvrent généralement le visage de tout le monde, mais pas le leur.
  • C'est un axiome que ceux à qui tout le monde accorde la seconde place ont des titres indiscutables à la première. (Le Conte du tonneau)
  • Tout le monde désire vivre longtemps, mais personne ne voudrait être vieux. (Thoughts on Various Subjects)
  • La vision est l'art de voir les choses invisibles. (Thoughts on Various Subjects)


Charles Maurice de Talleyrand
  • La politique ce n'est qu'une certaine façon d'agiter le peuple avant de s'en servir.
  • La parole a été donnée à l'homme pour déguiser sa pensée.
  • Il y a quelqu'un qui a plus d'esprit que Voltaire, c'est tout le monde. (Discours à la Chambre des pairs)


Talmud
  • Si ta femme est petite, penche-toi vers elle


Anton Pavlovitch Tchekhov
  • L'état normal d'un homme est d'être un original. (L'Oncle Vania)
  • Dans tout l'univers ne reste immuable que l'esprit. (La Mouette)
  • Si vous craignez la solitude, ne vous mariez pas ! (Calepin)
  • Quand nous avons soif, il nous semble que nous pourrions boire tout un océan : c'est la foi. Et quand nous nous mettons à boire, nous buvons un verre ou deux : c'est la science. (Calepin)
  • Que Dieu vous garde de sacrifier le présent à l'avenir ! (Le Conseiller privé)
  • Nous ne sommes pas heureux, et le bonheur n'existe pas ; nous ne pouvons que le désirer. (Les Trois Sœurs)


Norman Thomas
  • Si vous voulez accomplir un geste symbolique, ne brûlez pas le drapeau, lavez-le !


Patrick Timsit
  • Chaque année, il y a de plus en plus de cons. Cette année, c'est encore pire, je pense que les cons de l'année prochaine sont déjà arrivés.


Henri Troyat
  • Le bac, c'est comme la lessive : on mouille, on sèche... et on repasse.
  • Pour être heureux, il faut essayer de vivre chaque minute au charme que nous lui trouverons lorsqu'elle ne sera plus qu'un souvenir. (Un si long chemin)


Mark Twain
  • Il n'y a rien de plus triste à voir qu'un jeune pessimiste, si ce n'est un vieil optimiste.
  • Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les sacrés mensonges et les statistiques. (Autobiography)
  • Ce fut admirable de découvrir l'Amérique, mais il l'eût été plus encore de passer à côté. (Pudd'nhead Wilson's Calendar)
  • Dans le doute dites la vérité. (Pudd'nhead Wilson's Calendar)
  • Le chou-fleur n'est pas autre chose qu'un chou qui est passé par l'université. (Pudd'nhead Wilson's Calendar)
  • La bonne éducation consiste à cacher tout le bien que nous pensons de nous-mêmes et le peu de bien que nous pensons des autres. (Notebooks)


Miguel de Unamuno
  • La conscience est une maladie. (L'agonie du christianisme)
  • La vie est doute, et la foi sans le doute n'est autre que la mort. (Salmo)


Sigrid Undset
  • Certains aiment les fleurs et les bêtes parce qu'ils sont incapables de s'entendre avec leur prochain. (Retour à l'avenir)


Peter Ustinov
  • Que l'on meure gros ou maigre, la différence, c'est pour les porteurs.
  • Si les Anglais hésitent à aller voir une comédie le samedi soir, c'est qu'ils ont peur d'en rire à l'office du dimanche.
  • Ce qui distingue un faux billet d'un billet vrai ne dépend que du faussaire.
  • Si le monde explose, la dernière voix audible sera celle d'un expert disant que la chose est impossible. (L'Amour des quatre colonels)
  • Je plains les gens petits : ils sont les derniers à savoir qu'il pleut.


Paul Valéry
  • Nous entrons dans l'avenir à reculons. (Variété, la Politique de l'esprit)
  • Ceux qui redoutent la Blague n'ont pas grande confiance dans leur force. Ce sont des Hercules qui craignent les chatouilles. (Autres Rhumbs)
  • Le bonheur a les yeux fermés. (Mauvaises Pensées et autres)
  • Un homme compétent est un homme qui se trompe selon les règles. Mauvaises Pensées et autres


Paul Verlaine
  • Pas la Couleur, rien que la nuance. (Jadis et naguère)
  • Les sanglots longs
    Des violons
    De l'automne
    Blessent mon coeur
    D'une langueur
    Monotone. (Poèmes saturniens)
  • Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
    D'une femme inconnue, et que j'aime, et qui m'aime,
    Et qui n'est, chaque fois, ni tout à fait la même
    Ni tout à fait une autre, et m'aime et me comprend. (Poèmes saturniens)


Alfred de Vigny
  • Un livre est une bouteille jetée en pleine mer sur laquelle il faut coller cette étiquette : attrape qui peut. (Journal d'un poète)
  • L'espérance est la plus grande de nos folies. (Stello)
  • On étouffe les clameurs, mais comment se venger du silence ? (Cinq-Mars)
  • L'existence du Soldat est (après la peine de mort) la trace la plus douloureuse de barbarie qui subsiste parmi les hommes. (Servitude et grandeur militaires)


Léonard de Vinci
  • La peinture est une poésie qui se voit


Virgile
  • Trop heureux les hommes des champs, s'ils connaissaient leurs biens ! (Les Géorgiques)
  • La fortune favorise les audacieux. (L'Énéide)
  • Je crains les Grecs, surtout s'ils portent des présents. (L'Énéide)
  • Monstrueuse faim de l'or ! (L'Énéide)
  • Nous ne pouvons tous toutes choses. (Les Bucoliques)
  • Le nombre impair plaît à la divinité. (Les Bucoliques)
  • Le temps emporte tout, l'énergie comme le reste. (Les Bucoliques)


Simone Weil
  • La beauté, c'est l'harmonie du hasard et du bien. (La Pesanteur et la Grâce)
  • Les collectivités ne pensent point. (Oppression et Liberté)
  • L'homme voudrait être égoïste et ne peut pas. C'est le caractère le plus frappant de sa misère et la source de sa grandeur. (La Pesanteur et la Grâce)
  • Rien au monde ne peut empêcher l'homme de se sentir né pour la liberté. Jamais, quoi qu'il advienne, il ne peut accepter la servitude ; car il pense. (Oppression et Liberté)
  • La pureté est le pouvoir de contempler la souillure. (La Pesanteur et la Grâce)


Oscar Wilde
  • On devrait toujours être amoureux. C'est la raison pour laquelle on ne devrait jamais se marier. (Une femme sans importance)
  • Qu'est-ce qu'un cynique ? C'est un homme qui connaît le prix de tout et la valeur de rien. (L'Éventail de Lady Windermere)
  • Celui qui cherche une femme belle, bonne et intelligente, n'en cherche pas une mais trois.
  • La bigamie, c'est quand on a deux femmes.
    La monotonie c'est quand on n'en a qu'une.
  • L'expérience est le nom que chacun donne à ses erreurs. (L'Éventail de Lady Windermere)
  • Le seul moyen de se délivrer de la tentation, c'est d'y céder. (Le Portrait de Dorian Gray)


Xénophon
  • Il avait raison celui qui a dit que l'agriculture est la mère et la nourrice des autres arts. (Économique, V, 17)
  • Interroger, c'est enseigner. (Économique, XIX, 15)
  • La nature féminine n'est en rien inférieure à celle de l'homme, sauf pour son manque de force et de vigueur. (Le Banquet, II, 9)


Marguerite Yourcenar
  • Nos défauts sont parfois les meilleurs adversaires que nous opposions à nos vices. (Alexis ou le Traité du vain combat)
  • La philosophie épicurienne, ce lit étroit, mais propre. (Mémoires d'Hadrien)
  • Le véritable lieu de naissance est celui où l'on a porté pour la première fois un coup d'oeil intelligent sur soi-même. (Mémoires d'Hadrien)


Miguel Zamacoïs
  • L'amour n'est pas aveugle, il est atteint de presbytie. La preuve, c'est qu'il ne commence à distinguer les défauts que lorsqu'il s'éloigne.


Zenon D'Elée
  • La nature nous a donné deux oreilles et seulement une langue afin de pouvoir écouter d'avantage et parler moins.


Léon Zitrone
  • La popularité, c'est d'éternuer à l'écran et de recevoir le lendemain des centaines de cartes postales avec écrit : "À vos souhaits..."


Émile Zola
  • J'accuse. (13 janvier 1898. Lettre ouverte au président de la République dans le journal l'"Aurore")
  • Savoir où l'on veut aller, c'est très bien ; mais il faut encore montrer qu'on y va. (Correspondance, à Léon Hennique)
  • Émanciper la femme, c'est excellent ; mais il faudrait avant tout lui enseigner l'usage de la liberté. (Chroniques)
  • Une oeuvre d'art est un coin de la création vu à travers un tempérament. (Mes haines)
  • Une société n'est forte que lorsqu'elle met la vérité sous la grande lumière du soleil. (Correspondance, à Louis Ulbach)
  • La vérité est en marche ; rien ne peut plus l'arrêter. (Publié dans le Figaro - la révision du procès Dreyfus)


Sources principales : Larousse
La pensée du jour - commentaires
Retour à la Page d'Accueil
[Retour à la page précédente]

Visiteurs

Valid XHTML 1.0 Transitional