Accueil | Publications | Écrire à plusieurs | Mots qui rient | Carterie | Expositions | Idées et trucs | Annonces | Cadeaux


Expressions et mots bizarres

Histoire de mots
Petit recueil d'expressions et de mots bizarres, aux origines souvent étranges, choisis justement pour leur incongruité.
Paradoxes et irrégularités, étymologies complexes, surprenantes, drôles ou même incohérentes... la langue française est si déconcertante parfois !

espace

Filiations et étymologies bizarres |  Mots nouveaux |  Drôles de questions |  Idées reçues, idées fausses |  Comme c'est bizarre...
[Retour à la page précédente]

Expressions curieuses
Voici quelques expressions. Certaines sont désuètes, peu ou plus employées, que l'on pourrait toutefois res­sus­ci­ter...

Mettre le pain à l'envers porte malheur...
Au Moyen Âge, le jour des exécutions publiques, le boulanger réservait un pain pour le bourreau.
Il posait ce pain à l'envers pour être sûr de ne pas le vendre à un autre. Tout le monde savait que ce pain était celui du bourreau, et personne n'y touchait...

Retour haut de page

Apprendre par coeur
Cette expression est née au Moyen Âge.
Depuis l'Antiquité, le coeur était souvent considéré comme le siège de l'intelligence, de la mémoire et des sensations (sans doute à cause de l'accélération du rythme cardiaque lors des émotions fortes).

Retour haut de page

L'eau de Javel
L'eau de Javel tire son nom du village de Javel où elle fut fabriquée pour la première fois.
Ce village, qui était situé à l'ouest de Paris, est aujourd'hui un quartier du 15e arrondissement de Paris.
Découverte par le chimiste français Claude Louis Berthollet (1748-1822) à la fin du 18e siècle, l'eau de Javel fut employée à l'origine pour blanchir le linge.
Elle est aujourd'hui utilisée dans le monde entier comme désinfectant et décolorant (son nom est "bleach" en anglais).

Retour haut de page

Pourquoi trinque-t-on ?
La coutume de trinquer vient du Moyen Âge. À cette époque, les empoisonnements par la boisson étaient courants.
Par précaution, les gens qui vidaient leur verre ensemble s'échangeaient un peu de breuvage juste avant de boire.
Par la suite, on se contenta simplement de cogner les verres pour échanger du liquide par éclaboussure.
Aujourd'hui encore, on dit qu'il ne faut pas commencer à boire avant d'avoir trinqué, et qu'il faut se regarder dans les yeux en trinquant, ce qui est un signe de confiance.

Retour haut de page

Pourquoi au tennis compte-t-on les points par 15, 30 et 40 ?
La façon de compter les points au tennis vient du jeu de paume.
Ce jeu français, très pratiqué aux 16e et 17e siècles, est l'ancêtre du tennis créé par les Anglais au 19e siècle.
Au jeu de paume, on suppose que le vainqueur du point devait avancer à chaque fois de 15 pas en direction du filet (15, 30, 45 ou 60 pas en partant de la ligne de service), et celui qui atteignait le filet, situé à 60 pas, remportait le jeu.
Le nombre 40 serait un raccourci de 45, trop long à prononcer.
Quand les joueurs étaient à égalité à 40, l'avantage consistait à faire 5 pas supplémentaires.

Retour haut de page

L'argent n'a pas d'odeur
Ce proverbe est attribué à l'empereur romain Vespasien (9-79), en réponse à son fils Titus qui lui reprochait d'avoir instauré un impôt sur l'urine.
Dans la Rome Antique, l'urine était collectée dans les toilettes publiques afin d'être utilisée par les tanneurs pour dégraisser la laine.
Vespasien eut l'idée d'établir une taxe sur cette collecte. Critiqué par son fils, il lui mit sous le nez des pièces de monnaie en lui demandant s'il était importuné par l'odeur.
Au 19e siècle, les Parisiens appelèrent leurs toilettes publiques des "vespasiennes" en mémoire de cette anecdote.

Retour haut de page

Nous ne sommes pas sortis de l'auberge...
Cette expression signifie que l'on est dans une situation difficile, et loin d'en être sortis.
Elle vient de l'argot où auberge signifie prison, car on y offre le gîte et le couvert.
Au Québec (Canada), l'expression équivalente est "nous ne sommes pas sortis du bois".

Retour haut de page

Le jeu n'en vaut pas la chandelle
Cette expression signifie que l'enjeu n'en vaut pas la peine.
Jusqu'au 18e siècle, le théâtre était éclairé à la chandelle.
Il fallait des milliers de chandelles par soirée, ce qui représentait une somme colossale à l'époque.
Si les bénéfices rapportés par la représentation n'étaient pas suffisants, ils ne couvraient même pas le prix des chandelles.

Retour haut de page

Mort aux vaches !
Cette expression qui est une insulte à la police est née à la fin du 19e siècle.
À cette époque, les Français se sentaient humiliés par les Allemands.
Ceux-ci avaient en effet annexé l'Alsace et une partie de la Lorraine, suite à leur victoire pendant la Guerre franco-allemande de 1870-1871.
Les guérites des gardes-frontières allemands étaient surmontées de l'expression Wache qui signifie garde en allemand. Par extension, les Français insultaient les Allemands d'un "mort aux vaches".
Cette insulte a ensuite été généralisée à toutes les forces de l'ordre, et est devenue un slogan anarchiste.

Retour haut de page

Pourquoi les notes de musique sont-elles appelées do, ré, mi... ?
La notation "do, ré, mi, fa, sol, la, si" a été créée au 11e siècle par un moine italien.
Elle est inspirée d'un chant religieux latin :
   Ut queant laxis
   Resonare fibris
   Mira gestorum
   Famuli tuorum,
   Solve polluti
   Labii reatum,
   Sancte Ioannes.

Le "ut", difficile à chanter, a été remplacé par un do au 17e siècle.

Retour haut de page

Avoir, mettre la puce à l'oreille
Cette expression signifie avertir, être, mettre sur le qui-vive, se douter de quelque chose.
Au 13e siècle, cette expression symbolisait le désir et avait une connotation amoureuse... Hé oui ! Les puces étaient des parasites très présents et il est probable que les séances de grattage respectif qu'elles occasionnaient se muaient en jeux plus érotiques...
Depuis le 14e siècle, on pensait que lorsque quelqu'un parlait ou disait du mal de vous, on avait alors les oreilles qui sifflaient ou qui bourdonnaient. Ce sens a perduré jusqu'à nos jours.
D'autre part, à cette même époque, on craignait que des puces ne se logent dans le conduit auditif. Le visage prenait alors une une allure fort inquiétante.
Il ne fallut qu'un pas pour que la crainte d'avoir une puce dans l'oreille ne se juxtapose à celle que quelqu'un ne médise à votre sujet.

Retour haut de page

Chanter pouilles à quelqu'un
Cette expression date du 17e siècle et ne vous laissez pas tromper, en fait de chanson, il n'y a là nul troubadour, ni aubade, mais une cacophonie sifflante aux sons bien trempés d'injures !
D'après Larousse, en ancien français, "pouiller" signifiait dire des injures.
Chanter pouilles à quelqu'un : l'accabler de récriminations, de reproches, d'injures.

Retour haut de page

Au temps que la reine Berthe filait
Cela veut dire "autrefois", "jadis". Bien sûr, ce n'était pas hier :
Il s'agissait de la bonne reine Berthe, Berthe de Souabe, dite la Filandière ou la reine fileuse qui vécut au 10e siècle et exerça le métier de reine au royaume Helvète.
Un dicton du XVIIe siècle fait référence au "temps que la reine Berthe filait". Son sceau, la représentant en train de filer, fait référence aux fées qui filent la trame des destins et protègent de leur bienveillance le petit peuple. (Wikipedia)

Retour haut de page

S'en soucier comme de colin-tampon
"Se soucier de quelque chose comme de colin-tampon" est une expression signifiant "n'y prêter aucune attention, s'en moquer".
le Littré de 1880 donne la définition de "colin-tampon" : Batterie des tambours suisses. Le Littré suppose que cette totale indifférence vis-à-vis des colin-tampons vient de ce que, en pleine bataille, les soldats se moquaient complètement des roulements de tambour de l'ennemi.

Retour haut de page

Avoir l'esprit aux talons (ou "l'esprit au talon")
J'ai trouvé cette expression dans la "Petite anthologie des mots rares et charmants", de Daniel Lacotte
Cette expression datant du 17e siècle signifie "se tromper, commettre une erreur...". On l'employait pour désigner un(e) étourdi(e) qui avait commis une bévue.
De cette époque, on retiendra deux expressions parmi beaucoup d'autres : "Prendre son cul pour ses chausses" ou "Prendre son nez pour ses fesses"...
Saperlipopette ! Qu'ils étaient donc distraits à cette époque !

Retour haut de page

Avoir l'esprit d'escalier (ou "l'esprit de l'escalier")
Cette expression signifie avoir une réaction tardive, alors que l'évènement vient déjà de s'achever. C'est penser, après coup, à la répartie que l'on aurait voulu ou dû avoir.
"L'inspiration nous vient en descendant l'escalier de la tribune", a dit Diderot dans son Paradoxe sur le comédien.
L'épisode est fini et et ce n'est qu'alors qu'on pense à la réponse vive et spirituelle qu'on a manqué de donner...

Retour haut de page

Mystère et boule de gomme
L'origine de cette expression est on ne peut plus mystérieuse. On retrouve une tournure du même genre au 19e siècle :
"Mystère et jambonneau ! Il y a erreur !..." (Charles Monselet, La Revue sans titre, 1877) Pourquoi "jambonneau" et pourquoi "boule de gomme" ? Et pourquoi pas : "Mystère et rond de serviette" ou "Mystère et bigoudi" ou encore "Mystère et course à pied" ? On peut continuer autant qu'on veut : tout convient !
Voilà bien le genre de question mystérieuse où à "pourquoi", on répond avec délice "parce que !". Et tenez-vous le pour dit ! Non mais...

Retour haut de page

En voilà de drôles de questions...

Pourquoi y a-t-il des points sur les i ?
mettre les points sur les I
Au Moyen-Âge, faute de quantité de papiers suffisante (le parchemin coûtait très cher), l'écriture gothique des moines copistes, était serrée et abrégée.
Ainsi, la lettre i, qui n'était alors constituée que d'une seule barre verticale : l, pouvait aisément se confondre avec d'autres lettres.
Dans un souci de clarté, les moines prirent l'habitude d'apposer une marque sur les i afin de les reconnaître : ce fut un point au-dessus de la lettre.
Cette pratique fut ensuite élargie à la lettre j.
Le point sur le i entra tellement dans les habitudes orthographiques de la langue française, qu'il survécut à l'écriture gothique jusqu'à nos jours.
Aujourd'hui, l'expression "mettre les points sur les i", signifie clarifier les choses, comme le firent les moines copistes...

Retour haut de page

Pourquoi parle-t-on de "mère poule" pour désigner une mère possessive, alors que les poules s'occupent très peu de leurs petits ?
C'est au Moyen-Âge, qu'il faut en chercher l'explication.
À cette époque où se construisait encore la langue française, il était dans les habitudes d'attribuer un animal à chaque trait du caractère humain. Pour désigner une mère possessive, l'animal féminin le plus courant dans la vie populaire était la poule.
Ainsi naquit l'expression "mère poule".

Retour haut de page

Pourquoi dit-on "noir comme un geai"... alors que cet oiseau est brun clair tacheté de bleu ?
Il sagit sans doute d'une erreur provenant de son homonyme, le jais, pierre d'un noir brillant.

Retour haut de page

Un remède de bonne femme... qui est cette femme ?
À l'origine, on disait bona fama, expression latine qui signifie "de bonne renommée".
Plus tard, l'usage du mot fâme s'est perdu et on se contenta de transformer fâme en "femme"...
Seuls ont subisté "fameux", "infâme" ou même "mal famé".

Retour haut de page

Tomber dans les pommes ? Et s'il n'y a pas de pommes, où tombe-t-on ?
Cette altération de la langue est semblable à la précédente.
À l'origine, on disait tomber dans les pâmes, "tomber en pamoison" ou "se pâmer"...
Le mot pâmes devenant inusité, il faut remplacé par "pommes"... Vous parlez d'une compote !

Retour haut de page

Idées reçues, idées fausses

Ces articles seraient véridiques : (Tatoufaux.com - Le tombeau des idées reçues)
Le cimetière des éléphants
On prétend que le cimetière des éléphants serait la dernière demeure des éléphants sentant la mort approcher.
Bien que, semble-t-il, conscient de la mort, notamment de ses semblables, le pachyderme quittant son groupe pour y rejoindre un endroit où reposer en paix reste du domaine du mythe, ce comportement n'a jamais été remarqué chez les éléphants.
Même s'il a pu arriver qu'un amas d'os d'éléphants ait été découvert en un endroit précis, les causes peuvent être multiples (attaque, famine, accident, maladie d'un troupeau, etc.) sans que cela implique obligatoirement une sépulture.
Quête du Graal des chasseurs d'ivoire, jamais le mythique cimetière des éléphants ne fut découvert car jamais il n'a véritablement existé.

Retour haut de page

Enrhumé ? Bisous interdits...
Le mode de contamination favori du rhinovirus est le contact direct ou indirect via les sécrétions nasales : quand on se touche le nez et qu'on donne ensuite la main à quelqu'un ou qu'on touche une poignée de porte... Tout objet touché accueille des germes susceptibles de contaminer d'autres personnes lorsqu'elles se frotteront le nez ou les yeux.
En revanche, le virus du rhume (contrairement à celui de la grippe) est très peu présent dans la salive ou dans la gorge ; il n'y a donc pas de danger à se faire des bisous !

Retour haut de page

Les vertèbres cervicales
On fait généralement le rapprochement entre cerveau et vertèbres cervicales. Et pourtant, le mot "cervical" n'a aucun lien étymologique avec le mot "cerveau", puisqu'il a pour étymologie le latin "cervix" qui désigne le cou.
Les vertèbres cervicales sont donc tout simplement celles du cou et non celles du cerveau.

Retour haut de page

Une plante verte dans la chambre
Une plante dans la chambre à coucher, ce n'est pas sain, dit-on : la nuit, la plante rejette le gaz carbonique et absorbe l'oxygène...
C'est vrai.
Cependant, le rapport entre ce que recrache une plante verte la nuit en gaz carbonique et ce que votre conjoint peut causer comme dégâts à votre espace vital, penche irrémédiablement en faveur de la plante.
Mieux vaut donc virer votre conjoint de votre chambre et garder la plante qui, elle au moins, ne ronflera pas.

Retour haut de page


Comme c'est bizarre...

On prétend que...
  Le muscle le plus fort du corps est la langue.
  Le cri du canard (coin-coin) ne provoque pas d'écho, et personne ne sait pourquoi !
  Multiplier 111,111,111 x 111,111,111 = 12,345,678,987,654,321
  Si le cheval d'une statue équestre a deux jambes en l'air, le cavalier est mort au combat.
S'il a un seul antérieur soulevé, le cavalier est mort de la suite de ses blessures reçues au combat.
Enfin, si les quatre sabots touchent le socle, l'honoré est mort de mort naturelle.
  Miguel de Cervantès Saavedra et William Shakespeare sont considérés comme étant les plus grands auteurs, respectivement, de la littérature espagnole et anglaise.
Tous deux moururent le 23 avril 1616.
  Il nous a fallu 20 siècles pour calculer la distance entre la Terre et le Soleil (149,400,000 km). Pourtant, il suffisait de multiplier par 1,000,000,000 la hauteur de la Pyramide de Kheops, construite 30 siècles avant nous.
  Il est impossible de se lécher le coude.
  Il est possible de faire monter des escaliers à une vache, mais impossible de la faire redescendre.
  Le briquet a été inventé avant les allumettes.

Retour haut de page


Retour à la Page d'Accueil
[Retour à la page précédente]

Valid XHTML 1.0 Transitional