Accueil | Publications | Écrire à plusieurs | Mots qui rient | Carterie | Expositions | Tremplin aux idées | Annonces | Cadeaux


hebreu

Bollog dans un parking

Droits d'auteur ©nikibar.com 2006 - Reproduction, traduction, adaptation, interdits sans le consentement de l'auteur.

Nous retrouvons Bollog dans un parking privé. Cela peut être l'aire de stationnement réservée aux locataires d'un immeuble ou celle d'un magasin ou d'une entreprise. C'est lui qui, étranger à l'endroit, gare néanmoins son véhicule en faisant fi de l'écriteau : "Réservé aux membres du personnel" ou toute autre remarque l'excluant...

Intervient un locataire, un responsable ou un gardien qui signale à Bollog que sa voiture occupe une place à laquelle il n'a aucun droit. Que va répondre Bollog ? Vous le savez, vous avez entendu ça mille fois :
"J'en ai juste pour une seconde... "
parking
Qu'est-ce que vous croyez ? Qu'il va vous dire qu'il en a pour une heure, deux heures, ou davantage ?
Et pourtant, c'est bien cela la réalité. Allez savoir, il cherche peut-être une place à l'abri où laisser son véhicule pendant son séjour en Italie ou en Papouasie...
Moi, je connais quelqu'un qui lorsqu'il trouve une place pour se garer n'en bouge plus. Comment fait-il pour se déplacer, demanderez-vous ? C'est simple : il demande aux copains de le prendre en passant ou bien commande un taxi. Il pense acquérir une deuxième voiture : ainsi il pourra quand même circuler, et d'autre part, il aura toujours une place de parking occupée...
Quelquefois, on rencontrera Bollog accompagné de Bollog junior. Ce tartuffe détient là un laissez-passer de première et ne se privera pas de jouer la carte du gros drame. La voix serrée, la larme à l'oeil, il soupirera : "Le petit est souffrant... "
Ben voyons ! Que peut faire le gardien dans ce genre de situation ? Rien. Il ne peut tout de même pas interdire une place à ce bon père de famille dont le fils est si mal en point ! Pourtant, en y regardant de plus près, le rejeton n'a pas si mauvaise mine que ça, il semble même étonnamment guilleret...
Si Bollog est accompagné de sa femme, ça c'est une aubaine ! Aujourd'hui, madame Bollog est... enceinte ! Cela ne se voit pas ? Eh ! Ce n'est encore que le début...
Bollog est avec une dame ou un monsieur âgé ? Quelle chance ! Un regard lourd de reproche, accompagné d'un bref "tsss !" sur un ton condescendant, clouera le bec au gardien. Le commentaire se fera plus loin : "Il pourrait, au moins, respecter les personnes âgées... ", pendant que le gardien se recroquevillera de contrition.
Vous connaissez aussi la situation suivante :
Vous avez garé votre auto dans votre emplacement privé ou dans tout endroit autorisé. Vous voulez partir, mais une voiture barre la voie de sortie : c'est la voiture de Bollog : d'une manière ou d'une autre, il est parvenu à ses fins.
Vous klaxonnez afin d'avertir l'intrus de la gêne qu'il vous cause. Personne ne vient. Vous êtes parti() en avance, allez savoir avec les embouteillages, mais il y a ce couillon qui vous bloque et ce n'est pas gagné. Les coups de klaxons se font plus insistants. Vous vous énervez, vous sortez de votre voiture : quelqu'un saura peut-être vous renseigner ?
Les passants interrogés haussent les épaules, ils ne connaissent pas celui ou celle qui a eu le toupet de se garer ainsi. "Quel sans-gêne, quel culot !" diront-ils. Certains vont vous raconter par le menu leur dernière expérience de ce genre : "Trois heures, que je suis restée coincée !" dira cette pauvre dame en en frémissant encore ; et elle ajoutera : "Quand "il" est revenu et que je lui ai reproché son stationnement intempestif, figurez-vous qu'il s'est mis en colère contre moi et qu'il m'a dit que je pourrais tout de même avoir un peu de patience !"
Les passants s'en vont, et vous restez seul(e) dans votre voiture bloquée. Vous appuyez sur votre klaxon sans plus de retenue, tant pis pour les mécontents qui se bouchent les oreilles en vous jetant des regards meurtriers. Enfin, Bollog arrive. La mine en fleur, sifflotant de bonne conscience, il ne vous voit pas. Il entre dans son véhicule et démarre avec une rapidité louche et surprenante. Vous n'avez même pas pu déverser sur lui cet océan de courroux qui vous étouffe...

Retour haut de page  


nuage qui passe

"Mais je hais les cafards et la race hypocrite
Des tartuffes de moeurs, comédiens insolents,
Qui mettent leurs vertus en mettant leurs gants blancs."
Alfred de Musset
(Premières Poésies, la Coupe et les lèvres)

"Un parking, c'est comme le tiroir de vos petites culottes dans votre armoire : s'il n'y a pas de place pour un string, n'essayez pas d'y ranger votre camion..."


Page d'Accueil
[Retour à la page précédente]


Valid XHTML 1.0 Transitional


Valid CSS!