Accueil | Publications | Écrire à plusieurs | Mots qui rient | Carterie | Expositions | Tremplin aux idées | Annonces | Cadeaux



Bollog, technicien de maintenance informatique

Droits d'auteur ©nikibar.com 2006 - Reproduction, traduction, adaptation, interdits sans le consentement de l'auteur.

Le technicien de maintenance informatique est chargé de s'assurer du bon fonctionnement des postes de travail, des logiciels et des périphériques (imprimantes, etc.) des utilisateurs et, en cas de panne, être en mesure de les dépanner.
Au-delà des compétences techniques nécessaires au bon déroulement de sa mission, le technicien de maintenance doit savoir être à l'écoute des utilisateurs et faire preuve de patience et d'ouverture d'esprit...
Comment ça marche

Sans fausse modestie, je suis plutôt douée dans le maniement des outils de Windows, Word, Excel, PowerPoint et autres... Mais, franchement, je suis totalement, terriblement, complètement nulle quant aux méandres techniques de mon ordinateur.
Installer un logiciel est pour moi une bataille perdue d'avance.
Pire : j'ai tellement cliqué ci et là que mon cher Ordi en a perdu la boule. L'écran reste noir.
Il ne me reste plus qu'à téléphoner au technicien en informatique pour qu'il vienne tout remettre en état.
Et ce technicien qui est-il ? Bollog, pardi !

Il arrive, le visage sec, la parole brève et professionnelle, et l'air important du chirurgien qui va vous sauver la vie. Au début, il posera quelques questions :
PC fichu !
- Vous avez quoi sur votre carte-mère ?
- Euh...
- Votre PC, c'est quel système d'exploitation
- Euh...
- Quelle capacité, votre disque dur ?
- Euh...
- Processeurs ?
- Euh...
Je suis au beau milieu d'un océan, seule, sans la moindre petite bouée pour me sauver... Morte de honte, je finis par lui avouer mon ignorance.
Bollog hausse les épaules : des zéros comme moi, il en voit par paquets, tous les jours. Il ressemble étonnement à mon garagiste. Il a, comme lui, ce regard condescendant, un peu dégoûté et un tantinet méprisant qui vous écrase au fond de vos chaussures.
- Laissez tomber, me dit Bollog en me voyant compulser nerveusement un dossier où sont classées toutes les fiches sur l'ordinateur. Je me débrouillerai tout seul...

Il reprend sa pose de chirurgien, détend ses épaules, fait craquer ses doigts.
Je m'attends à ce qu'il dise : "scalpel !", mais il jette un "allons-y !" qui ne manque pas moins de panache.
Il est devant l'écran, tape à une vitesse hypersonique sur le clavier. Des codes secrets apparaissent, des hiéroglyphes qu'il sait interpréter, lui. Il bougonne un :"Eh bien, vous l'avez mis dans un fichu état !"
Il lui faut agir, vite, la vie du malade en dépend. Il revêt sa blouse blanche, ajuste son masque, fait claquer ses gants en latex et, d'un geste décisif, ouvre le boîtier. Ses gestes sont précis. Quel homme ! Il a cautérisé, clampé, incisé, greffé ci et là, sans sourciller. Il referme la plaie d'un coup précis de tournevis, respire un grand coup...
Je me retiens de ne pas applaudir, ébahie d'admiration.
Il refait la mise en marche. Ahhh ! Quelque chose a changé sur l'écran : des lignes de lettres et de chiffres hirsutes défilent à grande vitesse. Je suis au comble de l'inquiétude mais il se veut rassurant : "C'est normal !" dit-il.
Cela ne dure pas. Un sourcil mécontent se lève, puis un autre. Bollog grogne, gronde, esquisse une grimace d'empereur romain. "Ça y est, me dis-je, il va me jeter aux lions...". Il prend le ton du professeur qui admoneste le cancre de la classe :
- Vous avez fait quoi au juste ?
- Trois fois rien, j'ai essayé de faire la mise à jour de mon antivirus.
- Je vois ! Ça ne m'étonne plus maintenant. Vous aviez d'autres programmes ouverts ?
- Il me semble... C'est possible... Pourquoi ?
- Il ne faut JAMAIS faire ça sans fermer les autres programmes !
- Ah ? J'avais pourtant mis en route le scanner de Windows pour...
- JAMAIS !
Le voilà très en colère. Il perd son temps chez des handicapés, des infirmes techniques comme moi, des nuls qui bousillent tout, comme ça, sans réfléchir. De nouveau se superpose le visage sévère de mon garagiste lorsqu'il me tance :"On ne devrait jamais autoriser la conduite d'une voiture à des gens comme vous qui n'y entravent que dalle !"
- Vous étiez sur Internet ?
- Oui...
- Et voilà ! Pas la peine de chercher plus loin !

Là, il exagère. Nulle, d'accord, mais je ne suis pas idiote. J'essaie de controverser avec lui mais il trouve toujours un terme technique savant pour me rejeter au milieu de l'océan. La polémique tombe court. Autorité irréfragable, il lance son diagnostic :
- Il est fichu. Je peux l'emmener et le garder au labo pendant une semaine tout au moins, mais je vous préviens, cela sera cher et je ne suis pas certain de le récupérer. Ou bien, je peux vous vendre un nouvel appareil plus performant. De toute façon, il était déjà vieux celui-là, vous l'avez depuis quand ?
- À peine deux ans...
- C'est bien ce que je disais. Écoutez, je n'ai vraiment plus le temps, il y a d'autres clients qui m'attendent. Réfléchissez et donnez-moi votre réponse plus tard. En attendant, vous me devez 130 euros pour la visite, plus 99 euros pour la rallonge USB que je vous ai installée.

Je suis sûre à présent qu'il est en parenté avec mon garagiste.

Il est parti. Un peu plus tard arrivera Jojo, le petit voisin du dessus. Jojo a sept ans. Il jettera un coup d'oeil sur l'ordinateur, me demandera pourquoi il est en veille (Stand By), appuiera sur une touche et tout sera réparé.

Retour haut de page


espace

"Une fripouille est un opportuniste qui utilise la crédulité des gens pour les manipuler et qui sait en tirer profit à grandes doses de mauvaise foi. Un bollog, quoi..."


Page d'Accueil
[Retour à la page précédente]


Valid XHTML 1.0 Transitional


Valid CSS!