Accueil | Publications | Écrire à plusieurs | Mots qui rient | Carterie | Expositions | Tremplin aux idées | Annonces | Cadeaux



Bollog gourmand
ou L'effondrement des bonnes manières

Droits d'auteur ©nikibar.com 2006 - Reproduction, traduction, adaptation, interdits sans le consentement de l'auteur.

Chez lui, Bollog se tient plutôt correctement à table. S'il est invité chez des amis, il mangera avec bienséance, sans excès, se montrera courtois, et félicitera certainement la maîtresse de maison. S'il mange un croissant ou une part de pizza dans la rue, il ne le fait pas plus salement que d'autres. Bref, dans ces circonstances, il se comportera normalement. On pourrait même dire de lui qu'il est civilisé.

Civilisé ? Bollog ? Oui, certes ! Sauf... sauf s'il se trouve face à un buffet ! Car, devant un buffet, Bollog perd ses bonnes manières. Regardez-le plutôt...
La cérémonie est sur le point de s'achever. On ne se doute pas en le voyant à ce moment-là, à quel point il va se transformer... Continuez à l'observer. Vous voyez... Petit à petit, il sort du peloton des gens qui l'entourent et se glisse discrètement vers la table qu'on est en train de dresser. Ses papilles se dilatent, ses narines s'enflent, il lance de fréquents coups d'oeil vers les plats, les évalue, suppute ses chances de s'octroyer les plus grosses parts...
Des applaudissements retentissent. Ça y est, la cérémonie est finie et la foule va se rassembler autour du buffet. Bollog est déjà arrivé, lui. Il avait bien et habilement manigancé : il est le premier devant les petits ramequins aux anchois, les petits roulés au thon, les petits canapés aux olives, les petits feuilletés au fromage. Il n'a pas le temps d'en avaler un qu'il plonge vers une nouvelle assiette et tente autre chose.
La bouche pleine, il examine les mets que l'on dispose plus loin.
Le gourmand
Devant un buffet, Bollog perd ses bonnes manières

L'ennui, c'est qu'il est resté seul à peine le temps de quelques bouchées. À présent, des tas de goinfres, tout aussi effrénés que lui, se sont agglutinés autour du buffet, le serrent et gênent ses mouvements. Il aperçoit des petites quiches toutes fumantes que l'on vient d'apporter. Aïe ! Pas de chance, le serveur les a posées à l'autre bout de la table. Bollog, inquiet, voit les gens qui sont à proximité du nouveau plat se jeter dessus.
Suant d'angoisse, il joue des coudes, des pieds et des mains pour se frayer un chemin, mais, lorsqu'il arrive, l'assiette est déjà vide. D'ailleurs, toutes les autres assiettes dans ce coin sont vides aussi. Un mouvement de foule essaie de le repousser, mais il s'accroche avec rage à un pied de table. Il se débat si bien qu'il parvient à se déplacer vers l'autre extrémité où il a repéré deux ou trois petits pains encore intacts.

Hélas, il n'y parviendra pas à temps, le dernier petit pain vient tout juste d'être englouti... Bollog ne perd pas espoir pour autant. Sa longue expérience de prédateur ès buffets l'avantage : il sait que, souvent, on laisse passer un temps avant de servir les desserts. Bollog surveille les alentours. La plupart des personnes se sont éloignées de la table. Lui non. Il reste là, présent, aux aguets. Ah ! Comme il avait raison ! Un serveur chargé d'un long et lourd plat sort des cuisines. Bollog évoque déjà le goût tendre des petits gâteaux au chocolat sur sa langue, la légèreté de la crème parfumée dans sa bouche... Mais... Quelle horreur ! Les gens qui sont sur le chemin du serveur bloquent la progression de ce dernier et ne lui laissent pas le temps d'arriver jusqu'au buffet. Ils s'emparent avidement, ces voraces, du contenu du plateau. Le serveur a beau le hisser le plus haut possible, rien n'y fait. C'est la Bérésina !
Trois minutes après, le serveur retourne aux cuisines, son plateau vide au bout du bras. La foule se disperse : il n'y a plus rien à manger...
Quant à Bollog, malgré la défaite de la pâtisserie, un sourire narquois éclaire son visage... Dès le début de l'ouverture du buffet, il avait remarqué le manège d'une brave dame qui avait réussi à détourner clandestinement des petites tartelettes aux artichauts vers un sachet. Profitant d'un moment de désarroi de cette brave dame, et sous couvert de lui venir en aide (il lui aurait fait un croche-pied, d'après les dires de la victime en larmes), il s'est emparé du sachet sans qu'elle le remarque...

Retour haut de page


espace

"Une fripouille est un opportuniste qui utilise la crédulité des gens pour les manipuler et qui sait en tirer profit à grandes doses de mauvaise foi. Un bollog, quoi..."


Page d'Accueil
[Retour à la page précédente]


Valid XHTML 1.0 Transitional


Valid CSS!