Accueil | Publications | Écrire à plusieurs | Mots qui rient | Carterie | Expositions | Tremplin aux idées | Annonces | Cadeaux


Comprendre le syndrome d'Asperger


autisme
©nikibar.com

L'autiste qui ressemble à tout le monde

Il y a des autistes, des Asperger, des TED de toutes sortes, et il y a des gens "normaux" qu'on appelle aussi des neurotypiques.
Que penser d'un autiste qui ressemble à tout le monde ?
Dans le meilleur des cas, on le juge un peu bizarre.
Dans le pire des cas, on le qualifie de débile ou de malade mental.
En général, on évite de le fréquenter : il ne ressemble vraiment à personne...

Comment cet autiste qui ressemble à tout le monde peut-il expliquer à des gens dits normaux que leurs fonctions cognitives sont différentes ?
fleche  Quand il parle de la douleur qu'un bruit peut susciter, ils disent : "Je comprends... moi non plus je ne supporte pas le bruit !"
fleche  Quand il parle de son anxiété d'aborder une situation nouvelle, ils répliquent : "Je comprends... Pour moi aussi, c'est terrible !"
fleche  Quand il parle de son manque de discernement de l'espace et du temps, ils disent : "Je comprends... moi aussi j'ai souvent du mal à me repérer !"
fleche  Quand il parle de sa difficulté à suivre une conversation lorsque plusieurs personnes parlent à la fois ou qu'il y a des bruits de fond, ils s'exclament : "Je comprends... moi, c'est tout pareil !"
fleche  Quand il parle de ses peurs, du malaise du regard, de la gêne des étiquettes, du supplice des images rapides, de décalage, de la bulle opaque, de l'incompréhension, de l'isolement, du rejet, ils répondent : "Je comprends... mais, bah ! ce n'est rien, ça arrive à tout le monde. Faut que tu fasses des efforts..., faut surmonter ça..., faut pas être susceptible comme ça..., faut pas le prendre comme ça..., faut pas réagir comme ça..., etc."
fleche  Quand il dit que le bleu - la couleur bleue, bleu marine - est pour lui le chiffre 84, ils se taisent.
Ils comprennent enfin qu'ils ne comprennent pas.
Qu'ils n'ont rien compris.

Comment expliquer à ces gens "normaux" que le monde de l'autiste n'est pas tout à fait conforme à leur monde à eux ?
Pourtant, une meilleure communication pourrait s'établir sur ce constat : chaque autiste a son propre pas et suit son propre chemin.
Il n'y a pas de mode d'emploi, certes. Mais apprendre à distinguer ce chemin et tenter de lui emboîter le pas, permettrait sans doute d'améliorer le contact.

nvb


Le Syndrome d'Asperger et l'autisme de haut-niveau

Le Syndrome d'Asperger et l'autisme de haut-niveau sont des troubles neurologiques et complexes du spectre autistique qui affectent les fonctions du cerveau. Ce désordre du développement se manifeste par des difficultés de la communication et des rapports sociaux.
On parle communément de spectre autistique parce que les symptômes peuvent être combinés de façon différente et aller de légers à graves.
Les toutes premières descriptions de ce syndrome nous ont été livrées en 1944 avec les travaux du psychiatre autrichien Hans ASPERGER.
www.aspergeraide.com
Comprendre et accompagner les persoones Asperger et Autistes de Haut Niveau

Qui sont ces Asperger ?

Temple Grandin explique : "Les scanners de mon cerveau montrent que certains circuits émotionnels entre le cortex frontal et l'amydale ne sont tout simplement pas connectés - des circuits qui affectent mes émotions sont liés à mon aptitude à ressentir l'amour. Je peux être amoureuse, mais pas de la même manière que la plupart des personnes neurotypiques. Est-ce que cela signifie que mon amour a moins de valeur que ce que ressentent les autres personnes?"
Le Syndrome d'Asperger et l'autisme de haut niveau sont très proches dans le continuum de l'autisme. Les Asperger sont souvent très intelligents, (les tests QI ne sont pas adaptés aux Autistes Asperger) peuvent avoir une mémoire exceptionnelle, parlent bien et certains ont d'excellents résultats scolaires, mais ils ont des difficultés de coordination, de temps et d'espace. Ils présentent souvent dans leur façon de se comporter un coté rigide.

Leurs qualités :
  • Perfectionnisme
  • Une sensibilité aux détails
  • Un grand respect des règles
  • Une pensée analytique
  • Une autre forme d'intelligence
  • Une logique indéniable
  • Une mémoire extraordinaire
  • Une objectivité et honnêté

Ce désordre affecte la manière dont la personne atteinte communique et entretient des relations avec les autres. Les personnes atteintes du S.A sont incapables d'effectuer les actions correspondant aux informations ou stimuli qu'elles reçoivent, à moins d'avoir reçu un apprentissage qui leur permettent d'acquérir les repères nécessaires.
Ce qui provoque, chez les enfants et adultes atteints du Syndrome d'Asperger, des difficultés : de communication, de langage, de décodage, d'écholalie, de socialisation, d'imagination et enfin de compréhension de l'abstraction.
Ces personnes peuvent aussi avoir des atteintes neuro-sensorielles.

Communication
Les enfants et adultes atteints du S.A ont souvent, avec un certain retard, appris à parler correctement. Mais à cause de leur difficulté à traiter les informations reçues, ils ont souvent du mal à comprendre la signification profonde de ce qu'on leur dit, par exemple dans le domaine de l'abstrait et des sentiments.
Leur langage contient un vocabulaire important, qui donne une fausse impression de leur compréhension lorsqu'ils parlent. En réalité, ils redisent et répètent ce qu'ils ont lu ou entendu. Ils saisissent souvent les mots et les expressions littéralement.
Ils ont des difficultés à soutenir une conversation avec une personne, à plus forte raison avec plusieurs. Leur voix peut-être monocorde, comme s'ils récitaient un texte appris par cœur, sans point ni virgule.
Leur communication non verbale est très limitée, peu ou pas d'expressions gestuelles ou faciales.
Les Asperger récupèrent et copient les expressions des autres, néanmoins, ne les utilisent pas toujours de façon adéquate, parfois même dans des contextes inappropriés. Ils ne comprennent pas toujours les subtilités du langage telles que l'humour et l'ironie, qui les mettent mal à l'aise, pensant qu'elles sont dirigées contre eux. Ils utilisent dans certains cas un langage grandiloquent voire pédant et répétitif.

Socialisation
Ils ne comprennent pas les conventions sociales, agissent à contresens, et leurs attitudes bizarres, obsessions et fixations sont souvent mal interprétées. Ils peuvent être égocentriques, me pas aimer le contact physique et sont peu connectés aux sentiments des autres, qui à leur tour, ne saisissent par leur incompréhension et leur indifférence.
Ils ont une altération des interactions sociales, à cause de leurs difficultés de décodage. Ils ont de la difficulté à comprendre les règles sociales, si bien qu'ils se trouvent isolés. Ils ont par conséquent des difficultés à se faire des amis malgré leur désir de nouer des contacts et de rencontrer des gens.
Ils ont tendance à être frustrés par l'incapacité à entrer dans les critères de "normalité". Un isolement social s'en suit accompagné d'intolérance, d'opposition et d'hostilité.
Ils sont gravement perturbés par tout changement et toute modification de leurs habitudes ou de leur environnement. Une vie routinière et structurée leur convient très bien.

Imagination
Toute notion abstraite est difficile, sinon impossible à comprendre pour les enfants et les adultes atteints du S.A. De ce fait, si ces enfants ou adultes utilisent une idée abstraite qu'ils viennent d'entendre, il ne faut pas supposer qu'ils l'ont comprise.
Ils ont aussi des difficultés à imaginer ce que les autres pensent ou ressentent, et ne peuvent pas se mettre à leur place. C'est ce qu'on appelle la "cécité mentale".
Ils ont également des difficultés à lire et comprendre les romans : ce sont des livres pleins de notions abstraites et de relations émotionnelles. Prendre une décision est un processus difficile lorsqu'il met en cause des concepts abstraits, ce qui peut expliquer pourquoi ils ont du mal à dire simplement oui ou non.

Atteintes Neuro-Sensorielles
Ils ont des difficultés de concentration. Ils sont très sensibles au bruit, au toucher, au mouvement et à la lumière du fait qu'ils sont incapables de moduler les tensions sensorielles. Ils ont une altération de la coordination motrice qui cause des difficultés pour écrire, lancer une balle. Dans les cours de gymnastique ils peuvent se trouver inhabiles et physiquement rigides et les jeux de compétition impliquent des conventions sociales difficiles pour eux de comprendre.

Conclusion
Le diagnostic du Syndrome d'Asperger n'est pas facile à établir.
En effet, ces symptômes peuvent souvent être confondus avec différents signes psychiatriques (schizophrénie etc ...) Il n'est pas rare que des diagnostics erronés soient posés. Les enfants et la plupart du temps les adultes atteints du S.A ne nous donnent pas la clef de leur comportement, qui nous laisse perplexes et désemparés.

Il est donc primordial de faire :
a) Un diagnostic précoce pour que les parents comprennent le comportement inhabituel de leur enfant et agissent de façon plus adéquate avec lui, c'est-à-dire :
- diminuer son anxiété en évitant de le mettre en situation de surcharge de bruit, d'information, de contacts sociaux car il est très fragile, vulnérable et peut avoir des réactions de confusion, d'anxiété, de peur, de panique.
- favoriser le plus possible son éducation et sa scolarisation avec des enfants neurotypiques, ce qui lui donnera confiance en lui. Ne pas lui demander plus que ce qu'il ne peut faire afin d'éviter de le mettre en situation d'échec.

b) De scolariser les enfants Asperger dans un milieu scolaire et pas dans un hôpital de jour ou un IME. C'est seulement dans une école normale qu'ils peuvent apprendre les codes sociaux. Dans un hôpital de jour ou un IME ils imiteront les codes sociaux des enfants atteints psychologiquement et physiquement.

c) De privilégier l'enseignement des compétences sociales d'un enfant autiste. La plupart des parents se focalisent sur la réussite scolaire. Cependant; apprendre en groupe de socialisation comme ceux qu'organise Asperger AideFrance lui permet de facon prouvée de faire progresser l'entant dans sa globalité. Développer la lecture et le calcul compte beaucoup, mais ne permet pas d'en faire des adultes acceptés si leur comportement n'est pas tolérable en société. Si un enfant autiste n'intègre pas les règles basiques de vie en communauté, il risque de devenir un individu violent qui sera de ce fait, rejeté de la société.
C'est important de lui enseigner petit à petit les comportements sociaux, les règles, les phrases pour des situations difficiles afin qu'il parvienne á les gérer par lui même. Des techniques de rééducation qui apprennent aux Asperger à communiquer de façon plus adaptée. L'objectif est de développer chez ces enfants des habiletés sociales avec leurs pairs afin de favoriser leur intégration sociale.

d) De mettre en place un suivi adapté avec un orthophoniste qui maitrise l'autisme, un psychomotricien et une psychologue ABA dans certains cas : Chez les autistes, la psychothérapie n'est pas du tout adaptée et peut être même particulièrement dangereuse si elle est pratiquée par une personne qui ne connait pas l'autisme.

La problématique du comportement social

Le syndrome d'Asperger est une forme d'autisme qui fait l'objet de l'attention croissante des chercheurs et des éducateurs.
"Je n'aime pas les étrangers, parce que je n'aime pas les gens que je n'ai jamais vus. J'ai du mal à les comprendre (...). Quand il y a un nouveau membre du personnel à l'école (...) je l'observe jusqu'à ce que je sois sûr qu'il n'est pas dangereux. Puis (...) je lui demande ce qu'il sait des missions spatiales Apollo, je lui fais dessiner le plan de sa maison, et comme ça, je le connais. Alors ça m'est égal d'être dans la même pièce que lui."
Christopher, 15 ans, protagoniste d'un roman de Mark Haddon, est atteint du syndrome d'Asperger.

Décrit par Hans Asperger en 1944, ce syndrome est une forme d'autisme, touchant des sujets d'intelligence normale. La description de l'autisme avait été donnée un an plus tôt par Leo Kanner mais le travail d'Asperger, lui, est resté ignoré jusqu'en 1983.
Depuis 1980, le syndrome d'Asperger est, avec l'autisme, classé parmi les "troubles envahissants du développement » (TED) dans les classifications des troubles psychiques, à savoir le DSM-IV américain et le CIM 10 de l'Organisation mondiale de la santé.

Un comportement différent
L'enfant atteint du syndrome d'Asperger apprend à parler. Cependant, comme tous les autistes, il est fermé au langage non verbal : il ne comprend pas l'expression des émotions chez les autres, il rit à contretemps... Dans le domaine verbal, son utilisation du langage est anormale : il emploie de grands mots sortis d'un dictionnaire, il ne sait pas quand ni comment s'introduire dans une conversation - et peut s'attirer ainsi des moqueries.

Plus largement, le comportement social pose problème. L'enfant "Asperger" n'apprend pas d'instinct, ni par imitation, les règles du jeu social ; il n'arrive pas à voir les situations du point de vue de l'autre. Il dit "vous avez un gros nez", et ne comprend pas pourquoi l'autre est blessé ; il parle pendant des heures d'un sujet qui le passionne, comme les horaires des trains, sans voir que les autres ne s'y intéressent pas.
Autres traits caractéristiques de ces sujets : un attachement à leurs habitudes, et à des règles qu'ils se donnent ; une hypersensibilité au bruit, au toucher ; et un profil d'intelligence en dents de scie, avec des pics de compétence - l'intelligence visio-spatiale, la mémoire, le calcul mental... - et des déficiences, dans la compréhension du langage, dans les problèmes complexes. Nombreux aussi sont ceux qui pensent en images plutôt qu'en mots.

Ces enfants sont donc différents. Mais si ces différences posent des problèmes à leur entourage, elles ne sont pas toutes négatives, loin de là. Ils sont, par exemple, incapables de mentir et ils se montrent soucieux des règles ; leur mémoire, leur bonne vision des détails, leurs "pics de compétences" parfois spectaculaires, leur pensée en images constituent une "autre intelligence", dont notre société pourrait s'enrichir, selon certains auteurs, si elle savait s'adapter à eux, tout en leur offrant les moyens de s'adapter à elle.
Ces moyens existent : aider à identifier l'expression des émotions, apprentissage de "scénarios sociaux" qui expliquent les comportements normaux en classe, en récréation, au restaurant, etc. Dans certaines écoles, l'intervention de spécialistes de l'autisme pour apprendre aux enseignants à recourir plus largement au mode visuel, pour expliquer aux élèves ce que ressent leur camarade... permet une intégration des enfants atteints d'un syndrome d'Asperger.
L'intelligence des enfants "Asperger" leur permet donc d'utiliser de l'aide pour progresser ou s'entraider. On citera par exemple le témoignage de cette autiste américaine Temple Grandin qui, devenue adulte, a raconté son expérience .
Grâce à un de ses professeurs, dont elle dit : "Il n'a pas essayé de m'attirer vers son monde mais il est entré, au contraire, dans le mien", elle est devenue experte internationale en équipements pour animaux d'élevage. "J'ai appris, dit-elle, - par coeur - comment il fallait se comporter dans des circonstances données."
Par exemple, elle a appris à parler en public en regardant des cassettes vidéo.
www.scienceshumaines.com/autisme
Qu'est-ce que le syndrome d'Asperger, de Tony Attwood
AUTISME: une perception différente
Comment aborder les problèmes d'interaction sociale des personnes autistes?
Ce qu'il faut savoir

Hugo Horiot
Le Magazine de la santé
Invité : Hugo Horiot
En France une personne sur 100 est atteinte d'autisme. A 30 ans, le comédien Hugo Horiot a surmonté le syndrome d'Asperger, l'une des nombreuses formes de l'autisme.
Il se raconte dans "L'empereur, c'est moi", aux éditions L'Iconoclaste.
Hugo Horiot est comédien, réalisateur, producteur, monteur et écrivain. Rien, même dans son livre où le mot "autisme" n'apparaît jamais, ne montre qu'il a été un enfant autiste, atteint du syndrome d'Asperger.
"Cela ne m'intéresse pas de faire un livre sur l'autisme, c'est une histoire sur la différence, sur l'exclusion. C'est un livre où de nombreuses personnes peuvent se retrouver. L'autisme est comme un décor, on ne le voit pas, on ne le nomme pas, mais il est présent."

autisme
C La Santé
Syndrome d'Asperger, le diagnostic

PROJET À JÉRUSALEM : CRÉATION D'UN GROUPE D'ENTRAIDE POUR ADULTES ASPERGER

Autisme, syndrome d'Asperger et TED - Témoignage
Voir le film "Le cerveau d'Hugo" et le débat, diffusés sur France 2 le 27.11.2012

Retour à la Page d'Accueil
[Retour à la page précédente]

    Valid XHTML 1.0 Transitional
    CSS Valide !