Accueil | Publications | Écrire à plusieurs | Mots qui rient | Carterie | Expositions | Tremplin aux idées | Annonces | Cadeaux


Francine Mayran-Hertzog

Août 2009

Survivre ou les traces de la deshumanisation
Témoins passifs, témoins coupables ?



x
Francine Mayran-Hertzog, peintre et psychiatre née après la deuxième guerre mondiale, présente dans l'exposition de ses peintures et textes, intitulée "La Shoah et son ombre" un travail de mémoire, marquant les traces d'un passé horrifiant.
Elle peint ce qu'elle n'a pas vécu. Elle ressent profondément ce qu'elle n'a pas connu. Elle réinterprète ce qu'elle a vu, lu et entendu tant dans les films d'archives que dans les témoignages.
Sa peinture interroge le visiteur sur la responsabilité des hommes témoins de l'Histoire. Elle essaie de transmettre une réflexion sur l'indifférence face à la Shoah mais aussi face à d'autres génocides.
Dans ses peintures de groupes de déportés, l'individu émerge pour transmettre un regard d'Homme, pour énoncer une parole qui n'a pu être dite, ni être entendue, pour que ces morts soient aussi considérés, comme des hommes, des femmes et des enfants avec leur propre histoire, leur propre individualité.
La peinture d'abord, les écrits ensuite, sont là pour tenter de sortir les victimes de leur statut, leur permettre de réintégrer leur statut d'Homme, de Femme, les rendre à nouveau présent face à nous, pour demander à chacun de nous de ne plus jamais fermer les yeux, de ne plus jamais nous comporter comme si la réalité n'existait pas, de ne plus jamais permettre qu'un drame humain puisse se dérouler près ou loin de nous grâce à notre indifférence.
Dire, écrire, peindre, sont des petits cailloux sur la tombe des morts, des paroles de soutien aux survivants pour leur permettre de lâcher leur fardeau de culpabilité, de responsabilité. La mémoire de la tragédie ne doit pas disparaître avec l'individu qui en porte les traces. Il faut des porteurs de mémoire, pour transmettre un espoir en l'avenir, un espoir en un homme meilleur, qui empêche les haines, qui s'enrichit des différences, pour dominer le mal.
C'est une peinture qui veut unir les hommes par delà les frontières, qui veut allier sensibilité et réflexion en associant peintures et écrits, comme une exposition qui se ferait en deux temps, le premier pour être interpelé et pour ressentir, le deuxième pour entendre, écouter et réfléchir. Ainsi, la Shoah ne sera pas qu'une histoire lue, racontée, mais aussi une histoire ressentie grâce à l'émotion transmise par les peintures, une histoire qui pourra s'inscrire dans les fibres sensibles de chacun, pour qu'une trace mnésique subsiste en nous, pour que le vécu de l'autre soit intégré à notre propre vie.
Il faut que les générations à venir puissent s'appuyer sur ceux qui sont partis, pour que les hommes n'acceptent plus jamais d'être témoins de la souffrance d'un peuple.

Ce travail a permis l'organisation de l'exposition "Témoins passifs, témoins coupables?", au Conseil Régional d'Alsace en Juin 2008, ainsi que l'exposition "Survivre ou les traces de la deshumanisation" en Janvier 2009 à la galerie Maison d'Art.

Un chemin de mémoire s'est mis en place jusqu'en 2011, au travers de sept expositions :
  • "La Shoah et son ombre" au Centre Culturel Franco-Allemand de Karlsruhe, du 7 Septembre au 9 Octobre 2009
  • "Empreintes du passé, transmission de mémoire" au Mémorial d'Alsace-Moselle de Schirmeck, du 15 Novembre 2009 au 3 Janvier 2010
  • Au camp d'Osthofen (en Allemagne) de Janvier à mi-février 2010
  • Au Centre Mondial de la Paix à Verdun de mi-Février à fin Avril 2010
  • Au Centre Européen du Résistant Déporté au Camp du Struthof de Septembre à Décembre 2010
  • Au Centre de la Tolérance Gaon de Vilna à Vilnius de Janvier 2011 à Mars 2011, où l'exposition sera dédiée à la journée internationale de la déportation
  • Et au Fort de Breendonk en Belgique de Mai à Septembre 2011.


Le livre "La Shoah et son ombre", reproduisant ses peintures et ses textes (traduits également en anglais et en allemand), sera disponible dès Septembre en librairie ou chez l'éditeur Arthénon.
Le diaporama du livre
Consulter le travail et trouver les textes attenants aux toiles de Francine Mayran-Hertzog



Survivre ou les traces de la deshumanisation

Jorge Semprun Rose Auslander Anne Lise Stern
Jorge Semprun (40x40) Rose Auslander (40x40) Anne Lise Stern

Elie Wiesel Serge Klarsfeld Noah Klinger
Elie Wiesel Serge Klarsfeld Noah Klinger

Tamara Deuel Sam Braun Primo Lévi
Tamara Deuel (30x40) Sam Braun Primo Lévi

Simon Wiesenthal Simone Veil Déporté 2
Simon Wiesenthal Simone Veil Déporté

    De l'enfer vers l'inconnu        Espoir d'un retour d'humanité   
De l'enfer vers l'inconnu (160x200) Espoir d'un retour d'humanité


Témoins passifs, témoins coupables ?

     Ombre inquiétant le monde          Une ère glaciale    
Ombre inquiétant le monde (Triptyque 24x54) Une ère glaciale (Tryptique 34x72)

Par-dessus les toits de la ville Le Veld'Hiv Derniers regards
Par-dessus les toits
de la ville (60x30)
Le Veld'Hiv (220x110) Derniers regards (100x150)

Reflets du monde
Reflets du monde (120x150)

Un train du dernier voyage
Un train du dernier voyage (40x80)

L'exode
L'exode (80x100)

Appels Rescapés
Appels (70x100) Rescapés (100x150)

Un monde chaotique Cendres
Un monde chaotique (130x89) Cendres (80x100)

La chaine de la descendance
La chaine de la descendance (73x100)


Commentaires :

j'ai pleuré, et j'écris sur cet ordinateur avec les larmes aux yeux.
Merci pour ma famille disparue et pour tous ces millions de victimes innocentes.
Écrit par : Henri Valachman | 7 août 2009
(Voir aussi Portrait et les expositions de Henri VALACHMAN 1 2)


J'ai regardé les travaux de Francine Mayran-Hertzog avec une grande émotion. J'ai aussi lu ce qu'écrit Henri Valachman. Que de douleurs. Impossible de croire qu'après avoir vécu cette période, on peut vivre une vie normale.
Écrit par : Tirtsa K. | 10 août 2009

Quelle émotion ! Quelle douleur ! Quelle mémoire ! Particulièrement intéressé par la transmission de la mémoire par l'Art, je porte un grand intéret aux oeuvres d'auteurs non-témoins.
Ces oeuvres portent en elles une conscience terriblement puissante des évènements que l'auteur pourtant n'a pas vécu. Cela me rappelle l'exposition "Poussières d'étoiles" d'Anselm Kieffer, créateur d'oeuvres monumentales évocatrices de cette mémoire, et également l'oeuvre "Fragments" de Stéphane Brunel. Ces deux concepteurs ne sont ni témoins, ni juifs...et pourtant. Et pourtant ils s'interrogent, et nous interrogent simultanément: comment allons-nous nous y prendre pour que ces évènements ne se reproduisent plus ?
(ces deux dernières oeuvres font l'objet de plusieurs articles sur mon blog: www.memoireenliberte.com)
Écrit par : Dr Michel Claverie | 8 septembre 2009



Valid XHTML 1.0 Transitional