Accueil | Publications | Écrire à plusieurs | Mots qui rient | Carterie | Expositions | Tremplin aux idées | Annonces | Cadeaux


Judaïsme libéral


par le Rabbin André Chalom ZAOUI

Extrait de la REVUE DE LA PENSÉE JUIVE, N° 7 - Avril 1951

Le rabbin André C. ZAOUI
Le Judaïsme mondial est actuellement traversé par des courants variés qui, malgré un ensemble de caractères communs, entraînent pour ses différentes fractions une grande diversité de nuances.
L'exposé suivant résume la position que prend actuellement le Judaïsme libéral français et qui se retrouve également dans de nombreuses fractions du Judaïsme libéral anglo-saxon.
Le Judaïsme libéral se consacre au renouveau de la spiritualité juive et permet le retour aux valeurs authentiques du Judaïsme prophétique et à la tradition mystique et hassidique. Il n'est pas une dissidence mais une réaction salutaire contre deux phénomènes opposés : une assimilation destructrice des valeurs propres au Judaïsme et un sectarisme contraire à l'universalisme juif.

Méthode

Le Judaïsme libéral propose une méthode d'enseignement et d'éducation religieuse, capable de répondre aux besoins et aux exigences de la vie et de la pensée moderne.
Le but de la méthode libérale est triple :
  • provoquer le réveil à l'amour de Dieu et de sa Tora ;
  • développer en chacun le sens de la "Communauté s'Israël ;
  • inspirer la vocation ardente de "peuple missionnaire"

Retour haut de page

Doctrine

La base d'enseignement du Judaïsme libéral est le "Chema" (Deuter. 6 4-9) qui forme, sans nul doute, le paragraphe de la Tora le plus complet et le plus émouvant dont se dégage toute sa philosophie religieuse :
  • Dieu est l'Etre des êtres. Il est Unique. Il est notre Seigneur.
  • Les fils d'Israël sont reliés à Dieu par amour, dans leur coeur, dans leur pensée, leurs actes et en leurs enfants.
  • Le monde créé par Dieu est l'ensemble des choses apparemment inertes, et indifférentes, qui, par notre obéissance et notre amour, reprennent vie et conscience sur le plan de l'éternité.
Aussi bien, le Judaïsme libéral actuel n'est-il plus exactement ce qu'il fut aux XVIIIe et XIXe siècle, à époque de la Réforme de Moïse Mendelssohn, de Geiger ou de Philippson, mais il en est la suite, corrigée et plus ouverte.
Dans l'étude des textes sacrés, le Judaïsme libéral préconise la libre interprétation et ne rejette pas plus la science que l'histoire, dont il admet l'importance quels que soient les résultats auxquels celles-ci aboutissent, car le seul postulat valable est l'unité du monde spirituel dans toutes ses manifestations et sur tous les plans.
Or, la Bible ne prétend pas être un livre de mathématique, de physique ou de biologie. Elle est le guide de la sainteté et de la spiritualité par excellence. En rien, elle ne s'opposerait à la recherche, ni à la critique scientifique, historique ou philosophique.
Ce qui est permanent et supérieur demeure la connaissance, l'amour, la charité et la paix. Ainsi se sont toujours exprimés nos Sages.
Le Judaïsme libéral proclame avec force qu'il n'y a pas de dogme dans le Judaïsme, mais une certitude : Dieu, le Père Unique de tous les hommes. Il affirme, en outre, conformément à la tradition, que la seule autorité valable est celle de l'ensemble de la Communauté d'Israël, gardienne de la Tora, qui décide des usages et des rites à maintenir ou à remettre en valeur en leur insufflant un sens et un esprit nouveaux.
Pour que la Communauté puisse assumer ce rôle, il lui faut développer, parmi ses membres, l'instruction religieuse et la vie religieuse familiale et communautaire qui constitueront le terrain sur lequel son autorité se fondera.

Retour haut de page

Les religions

Dans ses rapports avec les antres confessions religieuses, le judaïsme libéral enseigne la fraternité réelle et l'amour de "l'étranger". Il entend que le Christianisme et l'Islam sont des religions monothéistes et qu'il y a paganisme dans les idoles du coeur autant que dans le fétichisme ou l'adoration des images. Il professe que le peuple juif doit être le "royaume de pontifes et la nation saint", chargés d'apporter "la bénédiction à toutes les familles de la terre".
Il conçoit le Christianisme et l'Islam comme deux religions, issues de la Tora, l'une pour le monde des "Gentils" gréco-romain occidental, l'autre pour le monde des "Gentils" sémite oriental arabe ; l'une et l'autre, capables de permettre à leurs adeptes la connaissance et l'amour de Dieu.
Quant aux religions asiatiques, le judaïsme libéral voit également des pratiques et des conceptions particulières de l'adoration de Dieu.
Il semble évident que les différentes religions de l'humanité correspondent à la diversité des peuples et des hommes, mais nul n'a le droit de déclarer que sa religion est la religion supérieure et la seule valable, et qu'en dehors d'elle, il n'y a point de salut. Les seules valeurs humaines que Dieu estime sont la vérité, la charité, la justice et l'humilité. Chacun doit s'efforcer d'en faire ses principes de vie, et d'élever ainsi au plus haut degré son amour de Dieu.

Retour haut de page

La nouvelle Jérusalem

Le judaïsme libéral, jusqu'à la création de l'État d'Israël, avait pu passer pour une forme de Judaïsme intéressant seulement la Diaspora ; il avait même négligé, et parfois écarté, l'enseignement liturgique sur le retour à Sion.
Un peu avant, et depuis la restauration de l'Etat d'Israël dans la Terre des Ancêtres le Judaïsme libéral a révisé ses positions pour mieux assimiler, à la lumière du miracle historique auquel le monde vient d'assister, ce même enseignement sur le retour à Sion, des exilés de Jacob.
Le Judaïsme libéral enseigne qu'il n'y a pas double allégeance, mais il envisage la nouvelle Iérusalem comme le sanctuaire spirituel de tous les Juifs du monde, celui qui, demain, sera "la maison de prières pour toutes les nations".
Il soutient et encourage tous les rescapés du grand massacre ainsi que tous ceux d'entre les Juifs qui désirent avec eux, aller reconstruire la Terre des Promesses. En outre, depuis la création de l'État d'Israël, le judaïsme libéral croit de plus en plus urgente la nécessité d'instaurer dans le jeune Etat la méthode libérale d'éducation religieuse, afin d'écarter toutes formes de fanatisme religieux et de sectarisme, avec le seul souci de continuer la tradition des Prophètes et d'accomplir les promesses de Dieu. Il souhaite ardemment voir s'établir dans l'Etat d'Israël des rabbins missionnaires qui sauront redonner une foi religieuse ardente à la majorité de la population, actuellement abandonnée à l'indifférence religieuse, et si pleine cependant du désir de retrouver et d'aimer Dieu.

Retour haut de page

Messie

Il est trop tôt maintenant pour se prononcer sur l'avenir de l'État d'Israël, mais on se souviendra seulement de l'enseignement de nos Sages et de nos Prophètes qui avaient vu, pour la fin des Temps, affluer toutes les nations vers Jérusalem et y adorer le Dieu Unique de Justice et de Miséricorde en venant se réconcilier dans la Ville Sainte, après avoir aboli l'art dès combats et supprimé tous les instruments forgés pour la destruction.
L'humanité semble voir l'aube de cette ère messianique, bien qu'elle gémisse encore seps le poids de la peur et de l'orgueil. Le Judaïsme libéral enseigne, conformément à la pure tradition d'Israël que les jours messianiques viendront où Dieu sera reconnu le Roi Unique de tous les hommes, l'époque où les peuples et les individus se retrouveront unis dans le même amour fraternel, dans la même pratique de la vérité, du bien et de la justice.
Ces Jours messianiques annoncés par les Prophètes coïncideront avec la restauration glorieuse d'Israël dans la splendeur de la Terre sanctifiée par les promesses faites à Abraham lsaac et Jacob.

Retour haut de page

NOTRE MOUVEMENT RELIGIEUX

La jeunesse

Par son extrême efficacité, la méthode du Judaïsme libéral permet le développement spirituel et l'élévation religieuse de la jeunesse. Les moyens à sa disposition sont multiples pour intéresser la jeune génération à la tradition de nos pères. Les plus essentiels sont l'enseignement vivant, suivant les méthodes modernes (chants, histoire, contes et légendes, Midrach et langue hébraïque) et le culte fervent, intelligible et joyeux (offices des jeunes, Kiddouch du sabbat, Havdala, Seder, Soukka, Hanuka, Pourim, lectures bibliques et cantilation des Psaumes, en groupe).
La méthode libérale se propose avant tout de créer d'une part, auprès des jeunes comme auprès des adultes, un climat favorable pour l'étude et la connaissance des sciences juives par ses cercles d'études, et, d'autre part, grince à la ferveur de ses offices et à ses réunions de prières et de méditation, de susciter en chacun le désir de communion avec toutes les grandes âmes religieuses de l'histoire du peuple juif.
Sur ce point, elle se rapproche beaucoup de la méthode hassidique qui enseigne le Judaïsme par la joie en Dieu. Le judaïsme libéral permet ainsi le renouvellement du Judaïsme et devient par cela même la religion de l'avenir.

Retour haut de page

Les rites

Les pratiques qui suscitent le dynamisme religieux, amour pur de Dieu et dévouement au prochain et à la communauté, doivent être encouragées et observées, en premier lieu.
En conséquence, un des critériums de la pratique rituelle, d'après la méthode libérale, est l'enthousiasme au sens grec du mot. C'est dans la mesure où telle pratique religieuse, qui n'est jamais qu'un moyen et non une fin, sera animée d'un esprit élevé, et douée d'une énergie spirituelle profonde, qu'elle sera proposée et observée dans le culte communautaire et familial, aussi bien que dans le culte individuel.
D'une façon générale, le ritualisme sera présenté, non comme une obligation aveugle susceptible d'étouffer l'élan religieux, mais comme un moyen de continuer la tradition, d'une manière vivante et intelligente.

Retour haut de page

Droits de la femme

Une des implications de la méthode libérale est l'émancipation religieuse de la femme.
Se référant au "Chema" (Deutéronome 6. 4-7) et à Deut. 29.1 0, le Judaïsme libéral considère que l'Alliance qui unit Dieu à Israël a engagé, depuis Moïse, la collectivité entière du Peuple Témoin, et qu'il est injuste et contraire à l'esprit de la Tora, de maintenir l'infériorité civile ou religieuse de la femme (divorce, lévirat, miniane) sur la seule interprétation de quelques termes ou expressions scriptuaires (Deux. 24) alors que la femme Juive joue un rôle un rôle primordial dans l'éducation, l'instruction religieuse et l'enseignement de l'hébreu à ses enfants (Pro. 31 et Deut. 6-7).
C'est là, entre autres, que ses compétences doivent être suffisantes car le judaïsme libéral tient à ce que la mère juive complète l'enseignement du maître et du rabbin. Aussi le libéralisme a-t-il émancipé la femme juive en lui accordant au moins autant de droits et de devoirs religieux qu'à l'homme, en raison des nécessités du monde moderne qui ne laisse plus à ce dernier le temps d'instruire ses enfants dans la vie juive.
C'est la femme qui est "la maison" suivant le mot de nos Sages. C'est elle qui fait la beauté du foyer où ses enfants, comme le père, doivent trouver un Judaïsme vivant, intelligent et joyeux. Le Mouvement libéral veut aider de toutes ses forces les maisons juives à retrouver la tradition familiale dans toute sa pureté, notamment celle du sabbat, le vendredi soir, par les chants et les études bibliques, le samedi par la prière, la sanctification du repos et la Havdala, moments solennels que l'on rehaussera particulièrement à l'intention de la jeunesse, afin de conférer à la vie juive le respect religieux et la joie de sainteté dont le monde a tant besoin.

Retour haut de page

Le culte

La célébration du culte libéral obéit à deux principes talmudiques :
  • Mieux vaut peu avec conviction que beaucoup sans conviction.
  • L'essentiel est de comprendre et d'aimer le culte que l'on offre à Dieu, en quelque langage que ce soit.
Il s'ensuit que la prière classique sera écourtée, élaguée et enrichie des textes les plus édifiants de la Tora, des Prophètes, des Psaumes et de la littérature post-biblique. La structure traditionnelle de l'office est généralement maintenue en hébreu. (Chema, Amida, lecture de la Loi, Kaddich, Alénou).
Les traductions dans la langue du pays sont usitées dans une large mesure pour les parties mobiles de l'office. Les répons de l'assemblée sont alternés avec les versets lus par le récitant, de manière à obtenir une participation effective de tous les fidèles, aussi bien des adultes que des jeunes.
Hommes et femmes sont assis côte à côte ; le silence et le plus grand recueillement sont observés.
Le chant de l'officiant et du choeur comptera pour une grande part dans la célébration du culte public ; là aussi, il est bon d'obtenir la participation des fidèles de façon que l'heure de la prière soit un hymne joyeux rendu à Dieu par toute la communauté.
La prédication comportera des sujets religieux les plus variés. Ils seront traités alternativement sous forme de sermons, de causeries, d'allocutions ou d'entretiens familiers, de manière man aux que soit retrouvée la forme authentique de la prière juive qui comportait toujours un enseignement, une partie didactique. Le fidèle a besoin moins d'une consolation ou d'un réconfort que d'un éveil à la vie spirituelle pure qui est toute joie.
Le rabbin ne doit en outre jamais perdre de vue la réalité et l'actualité au cours de ses explications ou de ses causeries religieuses. Il apportera ainsi constamment des outres neuves au même vin vieux.

Retour haut de page

Mission spéciale

Dans ses rapports avec les autres communautés, la communauté libérale fait preuve de compréhension et d'esprit fraternel. De plus, par son action, elle leur indique l'importance de sa propre mission à l'intérieur du Judaïsme moderne. Cette mission s'adressera au grand nombre de Juifs détachés de la religion ou indifférents à la spiritualité, aux athées et aux incroyants qu'elle se propose de faire revenir au Judaïsme.
Elle s'adresse aussi à ceux qui, troublés par l'inquiétude spirituelle, se sont trouvés attirés vers d'autres disciplines religieuses, par suite d'une connaissance insuffisante ou nulle des valeurs spirituelles de la religion et de la vie juives.
Cette mission est pleinement justifiée du fait que nombreux sont les hommes de bonne volonté qui désirent connaître les valeurs permanentes de notre tradition religieuse à condition toutefois qu'elles leur soient présentées d'une manière vivante et actuelle et suivant les méthodes les plus adaptées à la vie moderne.
Grâce à notre méthode libérale, des centaines de jeunes ont appris l'hébreu et ont retrouvé le caractère authentique, joyeux et sacré de la prière et de la vie juives.
Un nombre de fidèles de plus en plus grand, de tous âges et de toutes cultures participent avec ferveur et recueillement à cette glorification infinie de Dieu que surent chanter nos prophètes, nos rois et nos poètes.
Notre méthode nous a permis d'obtenir de tels résultats qu'il ne fait aucun doute qu'elle soit bonne et la mieux adaptée à la génération actuelle. Se généralisant non seulement dans les pays de la Diaspora, mais aussi en Israël, elle permettra le grand retour au Judaïsme de tous nos frères égarés.
Avec ce "retour", le peuple missionnaire sera prêt à convertir le monde à Dieu.

Retour haut de page



Retour à la Page d'Accueil
[Retour à la page précédente]

Valid XHTML 1.0 Transitional