Accueil | Publications | Écrire à plusieurs | Mots qui rient | Carterie | Expositions | Tremplin aux idées | Annonces | Cadeaux


LA MARCHE DE LA MORT

Rosy Burstin


parents rosy burstin
Maman était à Auschwitz pendant 16 mois, 16 mois d'esclavage.

Tous ceux qui ont été à Auschwitz le savent : les cheminées dont les flammes montent jusqu'au ciel sont la seule voie possible pour échapper à cet enfer. Et pourtant...
Papa est libéré par l'armée russe à Theriesen­stadt.
Il est si malade et dans un tel état d'épuisement qu'il ne se rendit même pas compte de sa libération.

Quant à maman, elle raconte :
"Mi Janvier 1945 le bruit court dans le camp que les Russes sont aux portes de Cracovie. Nous allons toutes être exterminées. On sent les allemands très nerveux.
Au milieu de la nuit, on nous rassemble, en rang par 5, alors que nous nous apprêtions à prendre le chemin de l'usine pour le travail de nuit ; on nous annonce que le camp va être évacué et n'y resteront que les malades.
Nous nous posons une foule de questions ; ou, comment, pourquoi ?
Les chiens aboient, les kapos hurlent, on sent la panique tout autour de nous. On nous donne une ration de vivre de 3 jours, c est à dire une miche de pain et de l'eau.
Un officier allemand nous annonce que celles qui seront à la traîne seront immédiatement exécutées.
C'est notre dernière nuit dans le camp, mais nous sommes toutes terriblement angoissées, nos bourreaux nous accompagnent, nous avons froid et sommes de plus en plus faibles.
Mes pieds me font terriblement souffrir. Nous sommes des milliers sur la route. Les hommes du camp nous ont rejointes, nous ne pensons qu'à survivre.
Je reste avec quelques camarades de l'Union Fabik, nous nous soutenons comme nous pouvons.
La nuit n'en finit pas, de nombreuses femmes tombent et sont immédiatement abattues par le SS.
Au petit matin, on nous fait entrer dans un hangar ou on nous laisse dormir quelques heures.
Puis, à nouveau, un coup de sifflet, et nous repartons sous la neige en laissant derrière nous quelques malheureuses qui n'ont plus la force de se lever.
Je ne sais même pas combien de temps a duré ce calvaire et, avec le recul, comment nous avons pu tenir !
Un jour, nous croisons un groupe de prisonniers français, évadés, et je profite de la désorganisation, avec trois de mes camarades, pour me mêler à ce groupe d'hommes. Ils nous couvrent de leurs manteaux, quelle émotion ! C'est le premier geste humain depuis si longtemps !"
C'est ainsi, Maman, que tu échappes à la mort pratiquement certaine, en évitant Bergen-Belsen, ta destination finale.
Tu retrouves donc la France, mais après cet enfer, il faut apprendre, réapprendre à vivre !

Comment as-tu fait, Maman ?
Où as-tu trouvé cette force qui t'a animée tout au long de ta vie ?

Maman a perdu toute sa famille, tous gazés, et se retrouve seule...
Son frère a été abattu pendant la marche de la mort.

"Se taire est interdit, parler est impossible. Personne ne peut se représenter ce que nous avons vécu. Personne ne peut comprendre," disaient nos parents.
rosy burstin

Notre mission est de transmettre de génération en génération le message qu'ils ne surent exprimer, afin de ne jamais oublier.
Papa, Maman, nous avons compris votre message. Vos souffrances, votre volonté acharnée de survivre, tout cela n'a pas été vain. Grâce à votre héroïsme, toute votre descendance vit aujourd'hui dans l'État Juif d'Israël pour que plus jamais l'horreur que vous avez vécue ne puisse se reproduire.

Rosy Burstin
fille d'Aaron Roth et d'Hélène Rudnitski

Votre avis  |  Lire d'autres textes


Valid XHTML 1.0 Transitional