Accueil | Publications | Écrire à plusieurs | Mots qui rient | Carterie | Expositions | Tremplin aux idées | Annonces | Cadeaux


Affaire à suivre...

Un texte de Anne-Marie Auroyer

Peu férue dans le maniement de M. Ordinateur, ma "Imma" (ma maman d'adoption, quoique la mienne n'ait pas prévu de me renier...) a un jour décidé de venir à ma rescousse. Elle m'a montré qu'un clavier pouvait servir à d'autres personnes qu'aux secrétaires, et aussi qu'il n'est pas désagréable de passer du temps devant un écran. Même si, finalement, on évite ainsi de faire mille choses urgentes !
Cela fait maintenant six ans que nous sommes séparées par 4000 km, mais je dois avouer qu'elle a réussi son coup !
Sans aucune notion de dactylo, je parviens à "taper" avec six doigts et la quantité de temps passé, par rapport à mes débuts, me fait penser qu'il y a du progrès !
Seulement voilà : communiquer par courrier-papier, lorsqu'on a la flemme, c'est une corvée. Le net, c'est pratique, non ?
Cela fait un bail que je rêve de lui écrire depuis mon ordinateur, sauf que celui-ci ne trouvait pas le chemin de la maison ; encore moins la voie virtuelle d'internet.
Depuis peu, ADSL passe sur le territoire injustement méconnu de notre résidence. Détonateur qui m'a fait craquer pour l'acquisition d'un live box. C'est pour être en live ? Elle est plutôt liv.ide (OK, je suis Infirmière D. E. , mais ce n'est pas pour le jeu de mot!), car elle est couleur gris triste.
Pour l'installation, mon époux a contacté Bollog qui, comme chacun qui le connaît peut s'en douter, n'a pas mis moins de trois jour (lui et ses potes), pour comprendre ce que l'on souhaitait : un branchement !
Notre chance, il a pris des congés. C'est ainsi qu'hier après midi, M. Bol, un remplaçant, par erreur efficace et de surcroît charmant, m'a prévenue, avec humour, que nous allions être ralliés au Net dans les minutes qui suivent. Avez-vous déjà rencontré M. Bol ou quelqu'un de sa famille? Un vrai bonheur, qui vous réchauffe le coin de ciel froid au fond du coeur! Si vous n'en connaissez pas, recherchez sur le Net, des fois que...
Me voilà maintenant fière de pouvoir pianoter ! Enfin, je vais pouvoir converser avec ma Imma. Douce illusion ! Au premier mail de sa part, elle me fiche tout par terre !!!
Moi qui me croyais au top de la technicité, je me retrouve face à l'inconnu. Selon elle, je ne peux me contenter de ce maigre début : il me faut maintenant "skype".
C'est qui, celui là ? Je ne l'ai pas encore rencontré au village, mais si je le croise, je le tope, c'est promis !!! À moins que M. Bol frappe à la porte ?
En ce qui concerne la rapidité, je rame ! Il faut bien dire que mon ordi n'est peut être pas du dernier cri : je suis obligée de pédaler pour maintenir son fonctionnement et cela va finir par fatiguer le bébé qui est en moi et qui doit se demander à quoi joue sa mère !
C'est un modèle qui, ne tenant plus debout, se repose sur un semblant de bureau. L'écran s'éteint régulièrement, ce qui laisserait croire à un couvre-feu. Malgré tout, avec une petite tape, ça repart... parfois.
J'ai pour l'instant du mal à faire confiance à M. ADSL, car pour ouvrir une PJ (pièce jointe), il veut absolument télécharger! Par exemple, un truc qui fait 20 KO met un temps qui est venu à bout de mes bâillements... À moins que je ne sois pas assez patiente ?
Suis-je la seule au monde à ne pas pouvoir me dépatouiller dans ce monde hostile de l'informatique ?
Si quelqu'un a l'indulgence de me lire, qu'il ait aussi celle de ne pas rire trop fort : mon enfant pourrait refuser de voir le jour s'il se rend compte des incompétences de sa mère face à la modernité...

Vos commentaires :
Il faut croire que la nullité en informatique est une maladie très, très contagieuse, qui un jour ou l'autre vous attaque sans prévenir et ne vous quitte pas de si vite, et, quelquefois pas sans le secours de quelque anti-virus.
Voilà pour rassurer Anne-Marie.

Ecrit par : Lucie | mercredi, 15 novembre 2006

Votre avis  |  Lire d'autres textes




Valid XHTML 1.0 Transitional