Accueil | Publications | Écrire à plusieurs | Mots qui rient | Carterie | Expositions | Tremplin aux idées | Annonces | Cadeaux





L'Amazonie et le déboisement : immense région, grande dévastation
Campanha publicitária WWF Brasil 2007 meio ambiente
Durée : 00.01.00
WWF Brasil

JUSQU'AU BOUT DE LA FORÊT ?
Causes et mécanismes de la déforestation en Amazonie brésilienne

L'Amazonie est l'un des principaux foyers de biodiversité de la planète.
Au Brésil, les statistiques officielles de la déforestation portent sur une région dont la définition n'est ni géographique, ni hydrographique, ni fondée sur les associations végétales ou sur les limites des États fédérés : l'"Amazonie légale", vaste région au bénéfice de laquelle l'État fédéral avait décidé en 1946 de réserver 3% de son budget et dont les contours ont été définis en 1953 (Benchimol, 1977).
Pour des raisons politiques évidentes, on a taillé large, si bien que l'ensemble représente 5 millions de kilomètres carrés, soit près de 60% de la superficie du Brésil, dont environ 4 millions seraient recouverts de forêts de densités variables.
À l'exception de la collecte des produits de la forêt, dont le rôle économique est très modeste, la plupart des activités rurales de la région se développent à partir de la destruction de la couverture forestière afin de libérer le sol pour les cultures, "déforestation", "déboisement" ou encore "défri­che­ment" selon les auteurs.
Cette déforestation peut se produire très localement, par exemple dans le cas des systèmes de défriche-brûlis des populations traditionnelles qui touchent des surfaces de plus ou moins un hectare, abandonnées à la reconquête forestière en trois à cinq ans (Droulers, 1995; Théry, 1997).
Elle peut aussi se dérouler à très grande échelle, notamment dans le cas de l'installation de grandes monocultures, certaines exploitations pouvant défricher plus de 5 000 hectares en une seule année.
Le rythme annuel depuis environ 10 ans est de plus ou moins 20 000 km² de forêt détruits par an, avec des périodes de plus faible activité et des pics, soit environ 0,5% de la superficie encore en forêt par an (PRODES, 2002).

François-Michel Le Tourneau

Voir d'autres vidéos
Retour à la Page d'Accueil
[Retour à la page précédente]

         Valid XHTML 1.0 Transitional