Accueil | Publications | Écrire à plusieurs | Mots qui rient | Carterie | Expositions | Tremplin aux idées | Annonces | Cadeaux


Niki VERED-BAR (VERDERBER)

cliquer

Niki Vered-Bar est née à Strasbourg, France. Elle commence des études de peinture aux "Arts Déco" à Strasbourg, puis émigre en Israël en 1971 et s'établit à Jérusalem. Elle étudie à l'Académie des Beaux-Arts "Bezalel" à Jérusalem.
Niki est membre de l'UNESCO depuis 1981.
Ces dernières années, Niki se consacre davantage à l'écriture et à l'informatique.

"On note dans plusieurs de ses travaux l'influence de l'un de ses professeurs, Yoseph Hirsch. Son évolution artistique l'a conduite vers un style humano-expressioniste tout à fait personnel : l'humanisme est devenu sa règle de vie..." David Rakia (1992)

Expositions personnelles :

  • 1984 ­ Galerie du Théâtre  -  Jérusalem, Israël 
  • 1986 ­ Galerie 39a  -  Limoges, France
  • 1989 ­ "Les gens laids", Maison des Artistes  -  Jérusalem, Israël 
  • 1990 ­ "Les gens du loin", Alliance Française  -  Jérusalem, Israël 
  • 1991 ­ YMCA  -  Jérusalem, Israël 

Expositions collectives :

  • 1983 ­  "Fleurs", Maison des Artistes  -  Jérusalem, Israël 
  • 1985 ­  "Amnesty International" Galerie 39a  -  Limoges, France
  • 1987 ­  Misgav Ladach  -  Jérusalem, Israël 
  • 1987 ­  Théâtre  -  Jérusalem, Israël 
  • 1992 ­  Galerie Aked  -  Tel-Aviv, Israël 
  • 1992 ­  Biennale d’Art Contemporain des Pays Francophones  -  Ville nouvelle de Sénart, France.
  • 1993 ­  Architecture : "les fonds de tiroir", Maison des Artistes  -  Jérusalem, Israël 

Autres:


Autres expositions sur le site : [1] [2]

(2013) Les gens du loin - Il était autrefois...

Rétrospective des années 1980-2000
Peintures à l'huile sur toile

La dame verte La dame dans l'autobus La dame lasse
La dame verte La dame dans l'autobus La dame lasse

Le monsieur au telephone Le voteur La dame au telephone
Le monsieur au téléphone Le voteur La dame au téléphone

monsieur à lunettes monsieur aux pinces à linge monsieur qui épluche
Le monsieur à lunettes Le monsieur aux pinces à linge Le monsieur qui épluche

dame au vernis à ongles shampoing La dame aux bigoudis
La dame au vernis à ongles Le shampoing La dame aux bigoudis

Gens dans l'attente gens à deux La dame seule
Gens dans l'attente Les gens à deux La dame sur le banc

Koler-Hem Le jeu de cartes
Koler-Hem Le jeu de cartes

Monsieur au volant Histoire de gens 1 Histoire de gens 2
Monsieur au volant Histoire de gens - 1 Histoire de gens - 2


Commentaires :

J'aime beaucoup. D'abord pour la maîtrise, l'harmonie des tons, le côté expressif, je dirais expressionniste qui se rapproche de l'école allemande. De temps en temps on croit entrevoir "le cri" de Munk. Le jeu des mains est époustouflant : des mains qui parlent, qui hurlent. Attitudes prises sur le vif saisissantes, à peine esquissées mais qui en disent long. La détresse, la mélancolie et l'humour cohabitent.
Je suis très impressionnée par l'homogénéité de l'oeuvre.
Écrit par : Viviane Lesselbaum | 8 janvier 2013

Cela est très bien peint, une grande maîtrise dans les sujets, les harmonies de couleur, une vision mélancolique de la condition humaine : le regard des personnages semble venir d'un autre monde.
Écrit par : Nadine Sandler | 8 janvier 2013

Dans tous ces tableaux les mains ont une extrême importance, elles sont vivantes, elles parlent ; je pense à la période d'avant-guerre, avec Die Brücke, et tous ces artistes autour de Munch, Kokoshka (je doute de mon orthographe).
J'ai beaucoup apprécié, encore, encore.
Écrit par : Henri Valachman | 9 janvier 2013

Thanks for sharing, liked it, very original art!
Écrit par : Yony Debel | 12 janvier 2013

Merci Niki, je viens de découvrir tes toiles. J'aime beaucoup ces visages et les impressions troubles qui s'en dégagent. Cela renvoie un peu à certaines toiles sur les tsiganes faites par un homme semi tsigane : Felix Monget.
Écrit par : Francine Mayran | 16 janvier 2013

J'ai réussi à me poser pour regarder ces "gens". Ma première impression c'est qu'on les regarde tous ou on ne rentre pas dedans.
Ces gens racontent une histoire qui m'a prise aux tripes. On ne peut pas en parler avec des mots comme "beaux" ou "moches". Ces hommes et femmes sont angoissants, dérangeants, suffocants. Pas moyen d'échapper à un sentiment de malaise culpabilisant pourtant mélangé à une espèce de sérénité par les gestes et les attitudes.
Écrit par : Florence | 30 janvier 2013

Votre avis
Retour à la Page d'Accueil
[Retour à la page précédente]

Valid XHTML 1.0 Transitional